Imajica / Clive Barker

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4386
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Imajica / Clive Barker

Message non lu par Toon » 28 mai 2013, 20:50

Image
Charlie Estabrook a décidé de faire assassiner sa femme Judith. Dans les bas-fonds de Londres, il va rencontrer bien plus qu'un simple tueur à gages : un étrange personnage au sexe indéfinissable et aux pouvoirs inouïs, membre de la race des Mystifs et capable de se métamorphoser selon les désirs de ses partenaires. En l'engageant, Charlie va déclencher un engrenage démentiel, et projeter Judith plus loin que la mort, vers un univers dont il ne soupçonne même pas l'existence... L'Imajica.
Encensé par la critique et les nombreux prix qu'il a recu, je suis pour ma part dubitatif mais n'est atteint pour le moment que le début du second tiers...
J'attendais un bon vieux Barker dans l'esprit des Livres de sang ou de Hellraiser, et tel n'est pas le cas, le roman oscille entre Policier, Horreur et fantasy.

Il n'est pas sans rappeller Leçons du Monde Fluctuant de Noirez puisque l'histoire se déroule à la fois en Angleterre et dans un des 5 Empires, et c'est d'ailleurs dans ces univers parrallèle que j'ai le + de mal...C'est long et il ne s'y passe pas grand chose d'excitant.

L'oeuvre n'est cependant pas à mettre en toute les mains, surtout pas celles d'enfants: Barker prend un malin plaisir à nous faire découvrir une galerie de personnage motivés par le pouvoir, l'argent et/ou le sexe. (Des DSK-like ?). Les conventions en prennent un coup et aucun n'est franchement épanoui (euphémisme) dans sa vie privée ou professionelle: les couples (hétéro ou homos) volent en éclat, l'autre est un faussaire de génie incapable de créer la moindre oeuvre originale...

Autant le dire tout de suite, ce roman (pavé de 1100 Pages) en 2 tomes est quasi introuvable neuf, alors bon courage et bonne chance. j'ai eu la chance de le trouver chez mon vendeur favori sur ebay, en 2 tomes grand format pour un prix très abordable (moins de 30 €).
Image
Image

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3605
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Imajica / Clive Barker

Message non lu par tam-tam » 29 mai 2013, 07:12

J'avais beaucoup aimé le royaume des devins, et de mémoire les critiques disaient que c'était un bon livre mais qu'il n'arrivait pas à la cheville d'Imajica. Celui là, je le lirai donc un jour. C'est une certitude.
J'attends ton avis définitif avec impatience.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Albéric
Annaliste
Messages : 1973
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Imajica / Clive Barker

Message non lu par Albéric » 29 mai 2013, 15:41

Le Royaume des devins et Imajica sont de longue date dans liste de trucs à lire.
Mais les Livres de Sang m'avaient laissé un souvenir partagé (imagination débordante, mais tout n'était pas à l'avenant)... donc c'est avec grand plaisir que je lirais l'avis définitif de Toon.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4386
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: Imajica / Clive Barker

Message non lu par Toon » 11 juin 2013, 17:51

Terminé le premier tome, je fais une courte pause avant de me lancer dans la suite (plus courte d'une bonne 100taine d epage d'ailleurs)
Regain d'intérêt dans le dernier tiers et une fin en apothéose ou l'on apprend "qui est vraiment qui", mais que le chemin fut dur pour en arriver là ! Malgré des touches d'originalité prodigieuses (mais pas rares non plus chez cet auteur), elles sont trop diluées dans une histoire qui s'alloooooooooooonge.

J'ai ressenti par moment la même lassitude que pour le Concile de Fer de Miéville (mon calvaire de l'an passé), à priori ceux qui n'en ont pas souffert (je pense à Tam-Tam) devrait quand même remarquablement bien se sortir d'Imajica.
Image
Image

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3605
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Imajica / Clive Barker

Message non lu par tam-tam » 12 juin 2013, 07:46

Ce que tu en dis, malgré tes reserves, me conforte dans ma conviction. Et effectivement, je n''avais eu aucun souci avec le Concile de fer bien au contraire.
Merci Toon, et pour la critique du Tome 2 c'est quand tu veux!
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3605
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Imajica / Clive Barker

Message non lu par tam-tam » 20 févr. 2014, 22:07

tam-tam a écrit : Celui là, je le lirai donc un jour. C'est une certitude.
Grâce à un mystérieux bienfaiteur voilà chose faite!

Ca commence un peu comme un vaudeville. Un mari jaloux décide de faire assassiner sa femme (fatale, haha^^) parce qu'elle le trompe. Mais elle devra la vie sauve à un ex petit ami, un artiste miteux, qui déjoue le complot d'un étrange assassin au sexe et à l'allure indéfinissable. Ce qu'on ne sait pas encore c'est que tous ces personnages sont marqués par le sceau du destin et qu'ils ne sont pas (mais pas du tout) ce qu'ils paraissent.

S'ensuit une traque visant à démasquer l'assassin qui nous entrainera sur les sentiers d'Imajica. Un ensemble de 5 univers parallèles reliés par de rares passages, peuplés de créatures merveilleuses et horrifiques.
Comme dans Le royaume des devins et dans coldheart canyon, Barker nous entraîne dans une urban-fantasy dense et chamarrée. C'est un véritable créateur d'univers à l'imagination débordante. Au fil des 1200 pages il nous entraine dans une mutitude de décors très originaux, faisant vivre à une palanquée de personnages des tonnes d'aventures d'une incroyable complexité.

Et c'est peut être là que le bas blesse. Barker, à trop vouloir en faire, déroute parfois son lecteur et le perd sous la profusion de personnages et de rebondissements. Le roman est beaucoup trop long c'est le seul défaut que j'émettrai.
Car pour le reste tout y est: exotisme, moments de bravoure, de beaux personnages. Notamment, Pie'Oh'Pah, un être protéiforme qui prend l'apparence de vos fantasmes les plus inavouables.

Décidemment, j'en ai pas encore fini avec Clive Barker.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Répondre