[Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image

Le Livre des Martyrs, tome 2 : Les Portes de la Maison des Morts.


Changement de décor pour ce tome 2, puisque nous embarquons en Sept-Cités, continent plus méridional que Genabackis. On y trouve un grand nombre de tribus, toutes éparpillées à travers différents déserts, et l'occasion leur est donnée de se réunir sous un seul pavillon afin de se rebeller contre l'empire Malazéen. Le Tourbillon va s'élever du Saint-Désert de Raraku et Sha'ik va guider l'Apocalypse.

Ayant des différents à régler avec l'impératrice elle-même, Kalam, le Brûleur de Ponts, va devoir traverser Sept-Cités pour atteindre Malaz, la capitale de l'empire. D'un autre côté, Violain, autre Brûleur de Ponts entame aussi un périple en compagnie d'Apsalar, la jeune femme possédée par Cotillon, le patron des assassins dans le tome 1 et de Crokus, le jeune voleur, épris d'Apsalar. Leur route va croiser celle de deux êtres légendaires : Icarium, vagabong de demi-sang Jaghut, qui a perdu la mémoire et Mappo le Trell, son fidèle compagnon.
Nous suivons également la descente aux enfers de Félisine, soeur de Tavore, la nouvelle adjointe de l'impératrice Laseen. Tavore elle-même va exiler sa sœur dans les mines d'Otataral, où Félisine va s'adapter, embrasser complètement le fatalisme de sa situation et tomber dans le cynisme le plus noir. Elle va côtoyer Héboric, ancien historien de l'empire, ancien prêtre du culte de Fener. Culte qu'il a renié.
Puis c'est avec Coltaine, Poing de la 7ème armée de l'empire et ancien renégat, que nous partirons dans une course folle et désespérée à travers les contrées arides de Sept-Cités. Lui et son armée trimballent un lourd fardeau, des milliers de réfugiés qui n'ont que cet homme fier et taciturne pour tenter de survivre. Leur périple est raconté du point de vue de l'historien de l'empire et ancien soldat, Duiker.

La lecture de ce tome se révèle plus fluide que celle du premier, mais non moins exigeante.
Le périple de Coltaine, laborieux et désespéré, est jonché de batailles, de morts, mais aussi d'actes de bravoure. Hommes, femmes et enfants réfugiés sont coincés entre la bêtise des représentants aristocratiques et la rude gouvernance de Coltaine. Duiker, à la fois acteur et spectateur de cette débâcle, confronte son humanisme à ces conditions extrêmes.
Les Garennes sont très utilisées dans ce tome, et Steven Erikson prend un malin plaisir à nous déstabiliser quand ses personnages empruntent ces portails dimensionnels (le mage Kulp est bien dépassé par moments !). On rentre dans des mondes uniques, difficilement concevables et seuls des êtres légendaires ou des dieux s'y baladent en toute quiétude. L'étrange et le fantastique pullulent quand l'auteur nous raconte brièvement le déclin de civilisations millénaires, quand il fait intervenir les D'ivers et les Solipris, des "changeurs de forme" alléchés par l'ascendance, l’accession au pouvoir divin. L'horreur est de mise, avec de purs moments de dark fantasy où le destin des humains sombre sous une couche putride d'insectes hématophages et où les créatures les plus abjectes vous dévorent en un clin d’œil !

Les péripéties des différents groupes de protagonistes sont plus faciles à suivre que dans le premier tome et on lit avec un plaisir coupable les avancées tumultueuses des uns et des autres. L'univers s'étoffe encore davantage et le récit gagne en profondeur. On réfléchit, on s'émerveille et on déguste !


PS : Dommage tous ces "Yep" par contre...
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3656
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par tam-tam »

Belle critique :)
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image


Voilà le monstre épique de Steven Erikson, un récit long, dense et d'une extrême richesse. Une lecture intense et mémorable.

Nous sommes de retour sur le continent de Genabackis et l'action se déroule en parallèle de celle du deuxième tome. Les personnages du premier livre reviennent, et bien des nouveaux font leur apparition. Un vrai défilé de héros, de dieux, d'aspirants dieux et de bien d'autres créatures qui vont, chacun, évoluer de la plus intéressante des manières sous la plume de Steven Erikson.
Une plume que j'ai trouvée fantastique, grâce aussi à un très bon boulot de la traduction. L'auteur va arriver à distiller un humour qui fonctionne à côté de moments épiques, de réflexions philosophiques, de sublimes passages spirituels ou encore de l'horreur la plus terrible.

Nous retrouvons les boss des Brûleurs de Ponts, Dujek Unbras et Mésangeai. Ils vont s'allier à Anomander Rake et Caladan Rumin, ainsi qu'a d'autres peuples : Barghasts, Rhivis, Irréguliers de Mott... pour contrer une menace commune. Une menace qui a pour nom le Domin de Pannion, une armée de fanatiques mystérieuse et terrible, puisqu'elle compte dans ses rangs les paysans asservis et affamés qui sont transformés en cannibales.
Un autre ennemi s'immisce peu à peu dans ce conflit par l'intermédiaire des garennes. Un poison que rien n'arrête, une force très ancienne.

Dans ce récit, passé et présent se rejoignent, mais personne n'est capable de prédire l'avenir. Les anciens peuples ressurgissent, les dieux oubliés se cachent. Certaines divinités tombent en disgrâce, d'autres émergent et c'est grâce à une fantastique mythologie que l'auteur déroule un récit d'une profondeur et d'une complexité qui font de ce livre un chef d’œuvre !
Les implications sont nombreuses, à travers ce roman, mais aussi par rapport aux précédents, ce qui accentue le sentiment de monstre épique que l'on est en train de dévorer...

Impossible de résumer la chose en quelques lignes, je peux citer les facéties de Piocheuse et Mêle, les Brûleuses de Ponts, ainsi que les parties de jambes en l'air de Hetan (pauvres hommes...) pour les nombreux sourires que j'en ai tirés. Je peux également parler des capacités hors normes de Ben le Vif, qui se révèle enfin dans ce tome. Ou encore le tragique destin des T'lan Imass, histoire monumentale aux nombreux événements qui semble ne jamais prendre fin.
Mais ce sont surtout les aventures d'Itkovian et de la Mhybe qui m'ont le plus marquées.
La compassion sans faille du Bouclier-Enclume est bouleversante, tellement bien racontée et profondément spirituelle. Le destin de la Mhybe est terrifiant, et trouve une conclusion elle aussi très profonde qui montre qu'Erikson a énormément travaillé son histoire pour en arriver à un tel résultat d'interactions entre ses personnages.

Une chose, une seule m'a déplu :
SpoilerAfficher
le méfait de Kallor, à la fin, assez prévisible... Je ne comprends pas qu'il soit envoyé aux côtés de l'armée de Unbras, alors que personne ne lui fait confiance. D'ailleurs je ne comprends même pas que Rumin le garde vivant. Cependant, ça reste un personnage mythique qui a sûrement son importance et je n'ai peut être pas tout saisi car Erikson en garde pour plus tard...
Les autres personnages sont fantastiques, ils ont tous un énorme intérêt, à l'instar des Seguleh, dont j'espère en savoir plus dans les prochains tomes.
Le traitement de Grognard est superbe, sa transformation singulière et sa psychologie en font un personnage attachant. Et que dire de Kruppe ? Rien qu'à le mentionner j'ai envie de me marrer, mais aussi de l'admirer et surtout de me poser pleins de questions...

Beaucoup de choses nous sont ici révélées et c'est parfois difficile de faire tous les rapprochements. Mais le plaisir est bien là, un plaisir qui prend différentes formes.
Si les garennes, les anciens peuples et le rôle de Paran sont plus développés dans ce tome, de nombreuses choses restent encore à découvrir à leur sujet. Steven Erikson a encore beaucoup à raconter...
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3656
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par tam-tam »

Je l'ai abandonné au bout de qques pages. Pas pcqu'il n'est pas bien, ça partait bien au contraire. Mais j'ai plutôt une vie de nomades ces derniers temps et une brique pareille ça se déplace pas facilement. J'aurais du opter pour la version numérique.
Mais je le lirai c'est sûr, ta critique donne encore plus envie.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

C'est un livre exceptionnel Tam, faut vraiment que tu le lises (malgré le fait que tu l'aies déjà lu en VO si je me souviens bien) :wink:
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Z3D
Sergent
Messages : 116
Enregistré le : 29 nov. 2011, 18:32
Lecture du moment : The Red Knight

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Z3D »

Bonjour à tous,

Je souhaiterais demander l'avis des lecteurs du cycle en anglais ou de ceux ayant lu les tomes sortis en VF.
J'ai commencé la lecture de ce cycle il y a plusieurs années en anglais et avec beaucoup de difficultés je suis parvenu à lire le premier tome. En revanche après 200 pages du second j'avais arrêté jugement mon niveau d'anglais trop limité et surtout devant un ennui profond pour l'histoire.

Je sais que je vais être un peu iconoclaste ici mais j'ai renouvelé l'expérience après la publication du cycle chez leha. Après la lecture des deux premiers tomes et un tiers du troisième, je me pose une question: Vais-je à un moment apprécier ma lecture de ce cycle?

J'ai trouvé le premier tome tout juste bon et le second vraiment moyen (et cela ne reflète pas l'ennui que ce tome m'a procuré). J'ai toujours entendu que ce tome 3 était un tome charnière, c'est en partie pour cela que j'ai poursuivi ma lecture. Je n'aime absolument pas l'ambiance du livre (trop violent, trop négatif) et peu de personnages trouvent grâce à mes yeux.

De plus, j'ai comme l'impression que les 2 premiers tomes sont déconnectés du troisième! On pourrait presque les considérer comme une préquelle! Pourquoi ce changement d'ennemi? pourquoi 2 invasions consécutives (Empire et Domin)?

Est-ce que je suis perdu pour ce cycle ? dois vraiment persévérer? rien qu'à l'idée de retrouver dans le 4 les personnages du 2 j'ai envie de lire autre chose.

Merci pour vos avis et vos conseils.
________________________________________________________________________________________________
Lecture en cours:

The Traitor Son tome 1: The Red Knight - Cameron
The Legend of the First Empire tome 4: Age of Legend - Sullivan
________________________________________________________________________________________________
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4639
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Toon »

tu devrais peut etre lire le guide de lecture de ce cycle paru chez "les voisins d'en face" ;)
perso j'achete les tomes mais me lancerai qu'une fois le 9ième sorti
Image
Image
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Je pense sincèrement qu'il vaut mieux arrêter là, Z3D. Tu n'adhères clairement pas au style de l'auteur et si tu trouves ça trop violent et trop négatif, ça ne risque pas de s'arranger :wink:
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Z3D
Sergent
Messages : 116
Enregistré le : 29 nov. 2011, 18:32
Lecture du moment : The Red Knight

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Z3D »

@Toon Merci pour ton aide. Je ne connais pas ce guide, as tu la référence complète? je doute tout de même qu'un guide résoudra mon cas!

@Dark horse Merci pour ta réponse. J'ai bien peur que tu aies raison. J'en suis arrivé à un point ou chaque chapitre achevé est une petite victoire tellement je lutte...
________________________________________________________________________________________________
Lecture en cours:

The Traitor Son tome 1: The Red Knight - Cameron
The Legend of the First Empire tome 4: Age of Legend - Sullivan
________________________________________________________________________________________________
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4639
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Toon »

Z3D a écrit : 29 nov. 2019, 19:07 @Toon Merci pour ton aide. Je ne connais pas ce guide, as tu la référence complète? je doute tout de même qu'un guide résoudra mon cas!
il ya vait cet article
http://www.elbakin.net/fantasy/news/Com ... e-malazeen
Image
Image
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image
Au nord de Genabackis, un groupe d’incursion mené par trois guerriers teblors descend de la montagne dans le but de ravager les plaines méridionales occupées par les basse-terriens qu’ils honnissent. Pour le dénommé Karsa Orlong, ce raid marquera le début d’une extraordinaire destinée.

Quelques années plus tard, Tavore, la nouvelle Adjointe de l’Impératrice, débarque dans le dernier bastion de Sept-Cités encore aux mains des Malazéens après les événements dramatiques de la Chaîne des Chiens. Nouvelle à son poste de commandement, elle devra aguerrir douze mille soldats fraîchement recrutés pour la plupart — à l’exception d’une poignée de vétérans ayant survécu à la légendaire marche de Coltaine — afin de former une armée capable de renverser les hordes de l’Apocalypse qui se terrent au cœur du Saint-Désert.

Tandis que les Grands Prêtres et les généraux de Sha’ik se livrent à une lutte de pouvoir qui menace l’âme même de la Rébellion, d’obscures forces se rassemblent autour de Raraku et de son mystérieux Tourbillon. Dans le Naissant, Onrack, un T’lan Imass perdu, libère de ses fers le Tiste Edur Trull Sengar, abandonné et banni par ses semblables ; tous deux vont dès lors se lancer dans une longue odyssée pour rejoindre leur domaine d’origine. Sur Avalii la dérivante, une sanglante confrontation ravive les inimitiés qui règnent entre les trois garennes primordiales, forçant Ammanas et Cotillon à sortir de leur réserve. Et au cœur de Kurald Thyrllan, les Tistes Liosan sont aux abois : Osric, leur dieu, a disparu, et personne ne semble savoir où il est.

Steven Erikson continue de tisser sa toile avec un acharnement arachnéen. Ce tome 4 fait suite au tome 2 : Les Portes de la Maison des Morts. Nous allons donc nous retrouver en grande partie à nouveau sur le continent de Sept Cités.

Mais d'abord le roman commence avec une grosse première partie se concentrant sur un guerrier, un "barbare", dont nous allons suivre la furieuse quête punitive afin d'occire un maximum d' "enfants". L'immersion dans la vie de Karsa Orlong est totale si bien qu'on se croit dans un autre univers que celui du Livre des Martyrs pendant un bon moment. Et si l'on découvre avec stupeur les qualités guerrières de Karsa et de ses deux acolytes, Bairoth Gild et Delum Thord, on apprend en même temps à relativiser ces barbares qui, à l'instar des barbares de notre monde à nous, se révèlent bien plus spirituels, bien plus complexes que ce que l'on croit.
Ainsi, Karsa Orlong du peuple des Teblors avance afin de trouver des réponses à ses questions et montre une détermination farouche, propre aux héros des légendes. Son épopée l'amène à une introspection difficile et passionnante à suivre.

Mais le cœur de l'intrigue est bien le Tourbillon qui rugit au sein de Raraku, dissimulant les forces de Sha'ik, la déesse. Son armée se révèle constituée de serpents aux motivations personnelles et hétéroclites. Si les commandants aspirent à plus de pouvoir, certains comme Léoman des Fléaux et Héboric ont des desseins plus troubles. Tout le monde se rattache à la déesse, mais chacun poursuit son propre but.
Steven Erikson fait de cette partie un jeu de pouvoir complexe, pas facile à suivre mais là encore, passionnant et dont l'issue est amenée avec intensité.

Face à Sha'ik, se dresse Tavore, la sœur de Félisine. Son armée montre plus de cohésion bien que ne possédant pas l'expérience des commandants ennemis. Les héros de la saga, les brûleurs de ponts, n'y sont pas pour rien... Insondable, l'adjointe de l'impératrice traînera son armée remplie de doutes dans l'hostilité du désert, sur les traces de la Chaîne des Chiens, faisant, symboliquement, le chemin inverse emprunté par Coltaine.

Les premières pages, comme d'habitude, nous plongent dans une scène d'introduction aussi fascinante que déroutante. Mais, au fil du récit, nous allons suivre la quête du personnage impliqué et d'Onrack le Brisé, un T'lan Imass. Avec ces deux êtres, ce sont encore d'autres mystères, d'autres peuples qui surgissent. L'immense mythologie de Steven Erikson s'étoffe encore ; les garennes, les domaines des dieux ont beau se dévoiler de plus en plus, elles n'en restent pas moins extrêmement mystérieuses. Mais le récit s'éclaire également sur certains points et tout ce que l'on a appris jusque là commence à prendre forme. Une forme changeante qui a encore beaucoup de secrets à dominer avant de devenir réellement tangible.

L'auteur ne cède jamais à la facilité (à part peut être avec les nombreux évanouissements de Karsa dans la première partie pour passer d'un endroit à l'autre), la psychologie des personnages est toujours délicieusement fouillée et c'est avec régal que je me suis plongé dans leur psyché profonde, complexe à la manière de la façon de penser de nous autres, humains.
J'ai un petit doute concernant les Tistes Liosan, mais je vois mal Erikson se fourvoyer dans un manichéisme trop facile...

Il y a encore d'autres personnages, d'autres quêtes importantes dans ce roman. Apsalar et Crokus notamment ou encore Kalam, que l'on suit plus par intermittence, mais dont les actes ont également leur importance et qu'il ne faut pas négliger.

Encore un tome ardu, qui demande une certaine application pendant la lecture mais dont l'intrigue, immense, est maîtrisée par un auteur voulant raconter une histoire aux dimensions hors normes. Alors j'espère que les lecteurs vont réussir à s'accrocher pleinement à ce récit titanesque avec la même détermination que Karsa Orlong.

"Sois témoin, Urugal !"
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3656
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par tam-tam »

Un jour je m'y remettrai^^
Toujours sympa tes chroniques DH :book2:
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Merci Tam :wink:

Ah ouais il faut y aller c'est un truc de malade ! Parce que du coup toi tu as lu tout le cycle en VO, c'est ça ?
Déjà que je relis pas mal de passages pour bien les assimiler, alors en VO...
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3656
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par tam-tam »

Alors j'ai lu le tome 1 2 fois (En VF d'abord puis en VO qques années plus tard). Et le T2 en VO exclusivement. C'était pas simple effectivement^^
Mais paradoxalement ce doivent être les bouquins pour lesquels j'ai les souvenirs les plus précis (de par les efforts déployés probablement).
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Ah ouais t'as pas lu grand chose en fait (bouuuh...), mais si t'en as des souvenirs c'est mieux parce que la reprise va pas être simple^^

En tout cas je précise que Leha fait du bon boulot, tant au niveau de la traduction (évidemment je peux pas comparer avec la VO mais c'est très bien écrit) que de la qualité éditoriale (il n'y a pas beaucoup de coquilles, le calendrier de sortie est respecté et en plus les couvertures sont sublimes).
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image
Situé chronologiquement avant les Jardins de la Lune, Les Marées de Minuit étend l’univers tentaculaire de Steven Erikson en introduisant de nouveaux personnages hauts en couleur et en creusant les soubassements de l’intrigue exceptionnellement riche du Livre des Martyrs.
Après des décennies de guerres intestines, les tribus des Tistes Edur se sont enfin unies sous la férule du Roi-Sorcier des Hiroths. La paix s’est établie, mais à quel prix : un pacte conclu avec un pouvoir secret aux motifs au mieux suspects, au pire meurtriers.
Au sud, le royaume expansionniste de Lether, désireux d’accomplir l’antique prophétie qui le verrait renaître en tant qu’Empire, a asservi tous ses voisins moins civilisés que lui.
Tous, sauf les Tistes Edur. Mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’eux aussi ne tombent, qu’ils soient écrasés sous le poids étouffant de l’or ou passés au fil de l’épée. C’est du moins ce que la destinée a décrété.
Pourtant, alors que les deux parties se réunissent afin de conclure un traité crucial dont personne ne veut vraiment, d’anciennes forces se réveillent. Car le conflit qui couve n’est que le pâle reflet d’une lutte autrement plus primordiale : une confrontation avec la blessure encore à vif d’une vieille trahison qui, plus que jamais, aspire à la vengeance dans son cœur bouillonnant…

Le Livre des Martyrs est devenu pour moi un incontournable, une fabuleuse saga de Dark Fantasy aux accents épiques et à l'univers étoffé, complexe.
Chaque tome est une découverte avec de nouveaux personnages et de nouvelles cultures ; des relations tragiques, émouvantes, grandioses ou décadentes, des destins qui se bousculent et qui font naître une myriade de chemins.

Ce cinquième tome, Les Marées de Minuit, se passe bien avant les quatre précédents et nous narre le conflit entre le peuple des Tistes Edur et celui des Letheriis. L'un représente une nation tribale tandis que l'autre est un royaume colonialiste au fonctionnement capitaliste, voulant à tout prix conquérir en infligeant des dettes afin d'asseoir sa domination.
L'affrontement entre peuple tribal et peuple "civilisé" n'a rien d'original, mais ici, une autre dimension entre en jeu : l'implication de divinités oubliées, manipulées, trahies, aux côtés de héros déchus, d'êtres surpuissants et de créatures prêtes à tout pour à nouveau imposer leur volonté.

C'est tout d'abord l'histoire du Tiste Edur Trull Sengar que nous allons suivre. Un personnage croisé dans le tome quatre, La Maison des Chaînes, et dont le sort nous était resté bien mystérieux.
Lui et son peuple s'apprêtent à entrer en conflit avec les Letheriis sous l'impulsion du roi sorcier Hannan Mossag. Trull va tenter de raisonner les siens, à commencer par ses frères, mais il va se heurter à l'impitoyable volonté du Dieu Estropié. Son grand frère, Fear, guerrier accompli et voué à mener les troupes, Binadas (dont j'aurais aimé avoir plus de développement) et le dernier, Rhulad, vont se laisser emporter dans l'ivresse de la guerre suite à un événement décisif, terrible.

Les Letheriis, eux, s'apprêtent à couronner leur souverain lors de la septième conclusion, l'avènement de l'Empire. Dans une cité aussi opulente que pervertie, Tehol Beddict et son acolyte Bugg vont préparer un plan ambitieux grâce au génie de Tehol. le duo de choc va nous faire sourire plus d'une fois dans des dialogues savoureux et toujours ironiques. La condition que s'impose Tehol, le génie de la finance, est à elle seule d'un cocasse irrésistible... Leurs actions vont impliquer un grand nombre de personnages tous plus incongrus les uns que les autres et par les yeux desquels la grande cité et ses travers vont se révéler.
Les deux frères de Tehol, Hull Beddict ayant renié son peuple au profit de la cause Edure et Brys Beddict le fantastique épéiste forcé d'accomplir son devoir malgré sa noblesse d'âme, auront aussi un rôle à jouer dans le déroulement funeste des événements.

La première partie du récit est assez longue, Steven Erikson prenant son temps pour nous faire découvrir les coutumes de chacun, leurs relations tumultueuses et développer son intrigue. Les choses ne vont réellement s'accélérer que sur la fin avec des affrontements magiques de grande intensité et un final très rythmé dans la cité de Lether.

Le personnage qui m'a le plus marqué est sans conteste Udinaas, un des nombreux esclaves des Edurs et dont le rôle est particulièrement important. Tout en ambiguïté, son traitement est singulier et certains moments avec lui, sans être aussi émouvants que ceux avec Itkovian dans le tome trois, sont touchants et forts en émotions.

Le traitement de Seren Pedac, l'acquitteuse, est lui aussi marquant. Bien que n'ayant aucune envie de choisir entre un camp ou l'autre, elle va se retrouver précipitée dans les horreurs de la guerre et fera la rencontre d'un personnage à la puissance étonnante.

Si je peux reprocher quelques longueurs, ce cinquième tome est tout de même plus concis, plus clair que le premier tome ou le troisième (qui reste cependant mon préféré pour l'instant). Bien qu'il y ait toujours de nombreux intervenants, le fait que l'intrigue ne se concentre que sur un conflit améliore la compréhension de l'ensemble malgré certains passages plus ardus dès lors que l'on aborde les garennes.
Une chose m'a déçu :
SpoilerAfficher
Je m'attendais à retrouver la relation directe avec l'introduction du tome quatre et même si on peut imaginer comment Trull en arrive là, je trouve qu'il manque un passage. Peut-être dans un autre tome ?
En définitive, un tome encore puissant et dont les personnages se retrouvent confrontés à des forces étranges et anciennes qui ne cessent de vouloir revenir à la vie. Les Antres, les garennes, la Garde Pourpre, les Tistes Andii, les Tistes Edur, le premier empire... le monde créé par Steven Erikson évolue continuellement, dans un sens comme dans l'autre, et tant pis si on est un peu largué des fois ; le plaisir de suivre des aventures aussi dantesques et d'arriver à faire certaines connexions tout en admirant les forces et les faiblesses des uns et des autres, leurs profondes réflexions et leurs actes désespérés entraînent une lecture captivante qui n'a pas fini d'étonner.
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4639
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Toon »

Allez dans 2 ans je m'y met. Super tes critiques darkhorse, hate de les partager :)
Image
Image
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Merci Toon ! J'ai hâte d'en causer avec toi aussi mais dans deux ans ça va être chaud de me rappeler des premiers tomes...
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image

Le livre des Martyrs - Tome 6, Les Osseleurs


Encore une fois, c'est cette somptueuse couverture signée Marc Simonetti qui attire d'emblée. À l'instar du titre, il vous faudra attendre quelques pages pour en savoir plus...
Ensuite, et comme à chaque tome, le chapitre d' introduction va conditionner l'intrigue principale, donc gardez-le bien en tête.

Maintenant arrivé au 6è tome, on est habitué au style de Steven Erikson et à sa façon de procéder. Ici, on se rapproche de la narration du tome 3, avec plein de groupes de personnages que l'on connaît plus ou moins dorénavant (à côté de certains nouveaux). Il faut quand même souvent faire de gros efforts de mémoire pour se rappeler de leurs agissements et de leur sort dans ce qu'il s'est passé avant.

La XIVè armée de l'adjointe Tavore continue de pourchasser les derniers rebelles de Sha'ik menés par Léoman des Fléaux. C'est l'occasion de passer un bon bout de temps en compagnie de ces sacripants de Brûleurs de ponts et particulièrement du fantastique Bouteille. Une terrible et longue épreuve les attend, le point d'orgue le plus marquant de la première moitié du roman (peut-être du roman tout court).

C'est donc sur le continent de Sept-Cités que nous nous trouvons d'abord et que nous allons retrouver Karsa Orlong, Mappo et Icarium, Apsalar, Couteaux et Héboric ou encore un Ganoes Paran maîtrisant de mieux en mieux le Jeu des Dragons.
Il se passe donc mille et une chose et surtout, l'interaction avec les dieux et leurs domaines devient de plus en plus présente. Ces derniers nous apparaissent plus fréquemment ; Steven Erikson nous en présente certains et en approfondit d'autres, les rendant plus "intimes".

Plus loin dans le roman, le lien se fait avec le tome 5 et une gigantesque confrontation gronde alors que les événements et les personnages convergent vers des issues encore troubles.
La dernière partie se concentrera principalement au cœur de l'empire, sur l'île de Malaz.


La lecture de ce tome est très ardue tellement tout se croise et que les petits détails disséminés auparavant prennent de l'importance. De plus, les nombreuses allusions de l'auteur ne facilitent vraiment pas la tâche.
Mais bon, c'est comme ça depuis le début, donc on se tait et on s'accroche !

Et quel plaisir quand tout se met en place dans notre tête et que soudain, jaillit un éclair de lucidité ("Ah, c'est pour ça que...", "Mais alors, si il dit ça c'est que... OH !)

Steven Erikson nous gratifie également de scènes monstrueuses où la magie et certains personnages continuent de nous surprendre. Les affrontements sont très détaillés (surtout à la fin) mais pas toujours très clairs, il m'a fallu repasser sur certaines scènes pour bien les visualiser.
SpoilerAfficher
Je reste aussi sur ma faim concernant le T'rolbarahl que j'ai bien du mal à imaginer, ainsi que son attaque contre Mappo et Icarium, un passage vraiment pas clair pour moi.
Cependant, l'ambiance Dark Fantasy est bien là et on en a pour notre compte ! Sans oublier certains passages très émouvants...
SpoilerAfficher
Cette idée du Bouclier-Enclume est géniale et l'utilisation qui en est faite, cette fois-ci avec Héboric, m'a de nouveau beaucoup touché.

Pas de doute, cette saga est unique et d'une densité hors-norme. Les nombreux sentiments ressentis ne mentent pas et les traces que laissent certains personnages dans mon esprit (Ah Helian... Mais aussi Bouteille et Tout Sourire, Ben le Vif, Héboric...) non plus ! les Éditions Leha font encore du bon boulot malgré quelques coquilles sur la dernière partie du roman et une utilisation du demi-cadratin à la place des virgules qui ne m'a pas convaincu (mais peut-être déjà présente dans la version originale).
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 855
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Livre des Martyrs /Steven Erikson

Message non lu par Dark horse »

Image

Le Livre des Martyrs, tome 7 : Le souffle du Moissonneur.

De retour dans l'empire de Lether pour ce septième tome du Livre des Martyrs, et nous reprenons le fil des événements du cinquième tome, Les Marées de Minuit tout en suivant ceux du sixième, Les Osseleurs.

Les Tistes Edur ont conquis Lether, la capitale du royaume, et Rhulad Sengar est dorénavant le nouvel empereur. Un empereur aux Mille Morts toujours plus torturé par sa vicieuse immortalité. Son peuple est présent dans la capitale et certains, comme Hannan Mosag, l'entourent encore de près. Mais les Letheriis sont toujours là et font mine de partager le pouvoir. Ils chuchotent à l'oreille de l'empereur tels des serpents et continuent de s'attribuer richesses et privilèges, le manipulant et tirant profit de sa folie aveugle.
En cherchant à capturer les plus grands guerriers qui pourraient accroître la puissance de l'empereur en le combattant, Rhulad et les Tistes Edur ont frappé à la mauvaise porte. L'empire de Malaz a été attaqué et celui-ci envoie ses brûleurs de pont, dirigés par l'adjointe Tavore, pour rendre les coups.
Un autre conflit va prendre de l'ampleur de l'autre côté du royaume, car un exilé des peuples de l'est, Masquerouge, est de retour pour réunir les tribus et affronter l'empire.
Il n'y aucun doute sur la domination letheriie et l'incapacité des Edurs à se montrer à la hauteur de diriger un tel royaume. Si chaque armée et chaque province comptent une alliance des deux peuples à leur tête, le contrôle des letheriis est évident et la conquête des Edurs semble leur échapper à chaque instant...

On retrouve ici avec plaisir les personnages laissés en chemin.
Theol Beddict est toujours aussi pouilleux et impayable, et pourtant son plan pour saborder l'économie du royaume est en train de faire des ravages.
Rhulad, misérable marionnette, se retrouve détourné des siens, à la merci du chancelier letherii Triban Gnol et de l'emprise maléfique de son épée.
Il ne jure que par les combats qui lui sont promis, dont le redoutable Karsa Orlong et le légendaire Icarium sont "les cerises sur le gâteau".
Seren Pedac, elle, fait route avec le frère de Trull Sengar, Fear, ainsi qu'avec Udinaas l'esclave et Marmite, la petite fille née de la maison Azath de Lether. Accompagnés du mythique Silchas Ruin, ils partent à la recherche de l'âme de Scabandari Oeil de Sang.

Énormément de choses à suivre encore dans ce tome.
Le conflit interne entre Letheriis et Edurs concerne un grand nombre de personnages, et à lui seul, il occupe beaucoup de notre concentration.
Entre les manigances du chancelier, des Patriotistes et du Cénacle libératoire auxquelles se heurtent les valeurs des Tistes Edurs, il faut ajouter l'invasion des malazéens. Une invasion assez étrange, car menée par petits groupes, loin de la capitale. Mais c'est l'occasion de suivre plusieurs factions des Brûleurs de ponts.
Et c'est un régal ! Violain, Bouteille, Helian, Koryk ou Malabar (je suis loin du compte), que du beau monde ! Un petit nouveau, aussi talentueux que timide, fait son apparition : l'incroyable Bec, le personnage le plus marquant de ce tome.

Du côté est, dans les grandes plaines de l'Alêne'Dan, avec Masquerouge et ses tribus, il y a aussi d'étonnants protagonistes dont un qu'on n'avait pas vu depuis longtemps et dont la présence ici n'est toujours pas très claire pour moi...
C'est arc nous donne droit à de grandes batailles où la stratégie se mêle à la barbarie. Par moments, j'ai eu du mal à m'immiscer dans les combats, que j'ai trouvés moyennement bien décrits, souvent perdu dans les positions des différentes factions.

Plusieurs dieux ou ascendants parsèment également le récit et c'est grâce à eux que l'intrigue s'étoffe encore et toujours. Entre divinités Edurs, Andiis ou anciens dieux, c'est un combat de tous les instants avivé souvent par la vengeance ou par des motivations plus obscures.
On est encore loin de tout cerner et c'est aussi frustrant que passionnant !
La magie ici déployée est multiple sur bien des aspects et il est difficile d'en faire le tour. Cependant, elle est souvent à double tranchant, si bien que sa puissance ne donne pas forcément la victoire à tous les coups... L'utilisation que Steven Erikson en fait est imprévisible et révèle beaucoup de surprises !

La noirceur de la dark fantasy du Livre des Martyrs est omniprésente tant dans les comportements que dans les actes, dans les affrontements que dans les destinées. on parvient tout de même à s'amuser parfois, à rire grâce à certaines facéties et certains personnages hauts en couleur. On parvient même à s'émouvoir devant le sort réservé à certains.
Cruel, fatal, surprenant et passionnant. Un très bon tome !

Je regrette cependant les trop nombreuses coquilles sur le dernier quart du roman (le dernier paragraphe d'une sous-partie est même passé dans la suivante, créant une confusion).
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Répondre