Gwendy et la Boite à Bouton / Stephen King &

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4396
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Gwendy et la Boite à Bouton / Stephen King &

Message non lu par Toon » 01 janv. 2019, 13:11

Image
"Il y a trois manières d'accéder à Castle View, un point de vue panoramique de la ville de Castle Rock : par la route 117, par la Pleasant Road, ou via Suicide Stairs, les marches du suicide.
Tous les jours de l'été 1974, Gwendy Peterson, 12 ans, monte ces marches qui sont maintenues par de solides (mais rouillées par le temps) verrous qui zig-zaguent jusqu'en haut de la falaise.
Au sommet de cette escalade, Gwendy rattrape son souffle et écoute les bruits des enfants du terrain de jeu. D'un peu plus loin peut être entendu le raclement d'une batte de base-ball en aluminium puisque les jeunes de l'équipe de Grande Ligue s'entraînent pour le match caritatif du 4 septembre.
Un jour, un étranger dit à Gwendy : "Hé, petite fille. Viens ici un petit peu. Il faut que nous palabrions, toi et moi".
Sur un banc à l'ombre, se tient un homme dans un jean sombre, un manteau noir comme celui d'un costume, et une chemise blanche déboutonnée en haut. Sur sa tête se trouve un petit chapeau noir.
Le temps viendra où Gwendy fera des cauchemars à propos de ce chapeau ..."

Dans ce court roman (140 pages) illustré et écrit à 2 mains (oui 4 mains c'est pour le piano), Stephen King retrouve son lieu mythique (Castle Rock) et l'un de ses périodes favorites à savoir le milieu des 70's. Cette combinaison lui permet notamment de faire quelques clin d'oeil discrets à d'autres de ces oeuvres en replaçant le shériff Bannerman que l'on a déjà croisé dans Dead Zone et Cujo.

Ainsi donc le destin(?) place une nouvelle entité (on pensera à ce drole de nouveau venu sur l'ile dans la Tempète du siècle ou encore à l'antiquaire de Bazaar) sur le chemin de Gwendy et lui offre cette mystérieuse boite avec ses non moins mystérieux boutons. 140 pages cela peut paraitre court mais est nettement suffisant pour faire passer Gwendy par à peu près toutes les émotions, et amorce uen vrai réflexion quand au povoir de cette boite; ET moi si je l'avais, sur lequel aurais-je appuyé ?
Image
Image

Répondre