[Cycle] Calame / Paul Beorn

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Albéric
Annaliste
Messages : 1883
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Cycle] Calame / Paul Beorn

Message non lu par Albéric » 29 avr. 2018, 20:32

Image
Résumé tome 1 : Les Deux Visages
Après un an de guerre civile, la rébellion contre le "Roi Lumière", le tyran de Westalie, est écrasée dans le sang. Son chef légendaire, Darran Dahl, est tué, ses partisans dispersés ou jetés au cachot.
Parmi eux, la jeune Maura, sa lieutenante. Le célèbre légendier D’Arterac lui propose un marché : son exécution sera suspendue le temps qu’elle lui raconte la véritable histoire du chef rebelle, ce mystérieux guerrier aux origines obscures, que l’on prétendait indestructible.
Mais profitant de ce sursis, Maura prépare peu à peu son évasion pour reprendre la lutte…

Oyez, Oyez, David Gemmell est mort et ressuscité ! Je l'avais déjà annoncé avec Le Septième Guerrier-Mage et cela fait plus que se confirmer : nous tenons peut-être enfin notre auteur fantasy populares, car David Beorn / Paul Gemmell nous offre avec son diptyque Calame le chaînon manquant entre les deux époques de la quadrilogie Rigante ! Oh Yeah !!! (et pour ne rien gâcher c'est très fluide à lire malgré un texte un peu dense, grâce à un chapitrage qui fait alterner juste comme il faut le passé et le présent ainsi que le différentes POVs)
Après une sanglante révolution et une longue campagne militaire les rebelles du légendaire Darran Dahl assiègent la capitale du roi Erik (« qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent »)... Mais ils sont trahis, les troupes d'élite du tyran étant dans la place et non à des semaines de marche, et pour triompher de ses ennemis le roi fait appel à la plus noire des sorcelleries... Fin de l'Histoire et début de l'histoire ou fin de l'histoire et début de l'Histoire ???

Tout est perdu, sauf l'espoir... Maura la jeune magicienne rebelle refuse d'abandonner et compte bien continuer la lutte, seule contre tous s'il le faut, mais encore faut-il s'échapper du quartier de haute sécurité dans lequel elle est emprisonnée (remember Edmond Dantès ! ^^). Tout en préparant sa grande évasion, elle se soumet aux interrogatoires du légendier d'Arterac, missionné par le roi pour transformer la légende dorée en légende noire et mettre définitivement fin à la rébellion, mais missionné en même temps par l'Eglise pour jeter de l'huile sur le feu tant que les braises sont encore chaudes et créer un martyr et une sainte pour que la rébellion reprenne de nouveau (ce dernier est pris entre le marteau et l'enclume sauf que légendier qui n'a pas le droit de mentir est pris otage car SPOILER)... Du coup on a une narration à la Mille et une nuits, Maura reprenant le rôle jadis dévolu à Shéhérazade puisque l’exécution de ses camarades de lutte est reportée tant qu'elle continue son récit, mais on se retrouve aussi avec un récit structuré en analepse comme Le Nom du vent de Patrick Rothfuss ou Blood Song d'Anthony Ryan...
Image
Mais dès le premier flashback on retrouve à 100% le cahier des charges de la fantasy humaniste à la David Gemmell avec le relationship drama d'un guerrier blasé au passé tourmenté mais au grand cœur qu'il va falloir réveiller et d'une ado mal dans sa peau en guerre contre la terre entière, mais aussi avec la description d'une communauté isolée qui ne demande rien à personne, ses heurs et des malheurs, ses amours et ses haines, ses amitiés et ses rivalités, rattrapée par les réformes régressistes du nouveau roi qui souhaite diviser pour régner en rétablissant l'absolutisme, l'obscurantisme et l'esclavage, et qui soudée dans la douleur va se réunifier pour se transcender. Ni gentils ni méchants (y compris l'horrible tyran qui naguère a été un prince héroïque et idéaliste avant de basculer du Côté Obscur), rien que des hommes et des femmes pris au piège des événements et confrontés à un système ploutocratique persuadé qu’inégalité est synonyme de prospérité (pour eux hein, parce le reste du monde peut bien brûler eux ils n'en ont rien à secouer : allez au diable Chicago Boys, Reaganiens et Thatchéristes qui prétendent nous gouverner mais qui ne sont là que pour tous nous amener et dans les ténèbres nous lier). Morregan le paria alias Darran Dalh la légende prend sa hache et prend la tête des siens pour rattraper les négriers qui s'en sont pris à sa communauté (remember l'actionner Druss la légende, et son détournement grimdark mais badass La Quête des héros perdus ^^) : tout le monde pense qu'il le fait uniquement pour retrouver son amante, mais en fait c'est pour retrouver SPOILER...
Image
De fil en aiguille il prouve que le mal n'existe que par l'inaction des gens de bien, donc lui et les siens constituent un épine dans le pied des élites des mes couilles et leur TINA à la con qui sont bien contentes de faire du pognon facilement et tranquillement en professant un suprématisme à la noix. On a droit au twist sanglant à la GRR Martin, mais on n'est pas dans l'amoralité cynique et complaisante de GRR Martin : le miracle survient moins par la grâce du ciel que parce que les crevards dictateurs et les crevards terroristes se tirent dans les pattes, mais finalement les faits sont là et Darran Dahl le Vengeur, le fou à la hache, devient Darran Dalh le Libérateur, leader de la révolution mondiale...
Image
Et ça, ce n'est que la première partie du récit dans le récit qui nous est raconté ici !
Oui, fit la jeune fille, j'ai encore tant de chose à vous dire. Comment j'ai retrouvé ma mère. Comment nous avons vaincu trois armées. Et comment j'ai vu naître un dieu...
Les révélations pleuvent tout au long de ce tome 1, et sont toutes savamment dosées et orchestrées, bien amenées et bien exploitées car au final on finit par ne ne plus savoir qui croire et que croire : Darran Dahl était-il un héros ou un salaud ? Etait-il un génie ou un fou ? Etait-il un homme dépassé par les événements ou un homme tourmenté par les démons de son passé ? Etait-il la Némésis du Roi, le bouc-émissaire de l’Église, le leurre ou la dupe de la Princesse Fantôme ? A grands pouvoirs grandes responsabilités : au bout du bout était-il finalement Dieu ou Diable ?
Image
La magicbuiling est non seulement un élément clé du worlbuilding mais également du récit, les révélations faites à son sujet participant pleinement à sa construction. Les Gottarans inspirés par les dieux sont tous d'origine nobles, et les mindarans guerriers-nés et sorciers-nés qui sont tous suspectés d'être des deimonarans inspirés par les démons sont tous d'origine roturière
SpoilerAfficher
(Morregan / Darran Dahl se faisant passer pour un guerrier-né alors qu'il est un sorcier-né ^^)
, pourtant on nous montre d'un côté des généalogies entières de tarés royaux et de psychopathes aristos et d'un autre côté une flopée de magiciens de campagne qui eux se contentent de vivre leur vie quand ils ne viennent pas en aide à leur prochain... Lutte des classes ? Alors certes le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument, et d'autant plus facilement quand à la base tu es une crevure prête à tout pour être puissant et le rester, et au reste pour l'être davantage encore quitte à devenir un seigneur des cendres, mais nous sommes d'abord et surtout dans le même délire moorcocko-jungien que celui de Mark Lawrence dans son cycle La Reine Rouge ! ^^
SpoilerAfficher
Car oui la volonté influe sur la réalité, mais qu'est-ce que la volonté d'un homme face à celle de toute l'humanité ? Quand tu accèdes à la célébrité et que tu dépasses le cadre de la normalité, tu peux devenir un aimant à craintes ou à espérances modelé par ce que les gens finissent par s'imaginer pour ne pas dire croire (quelle jolie métaphore des liaisons dangereuses entre charisme médiatique et manipulation des masses ^^)... Dans son précédent roman, les guerriers mages tiraient leurs forces des  membres de leurs cercle, mais ici ce sont des populations entière qui entrent dans leurs cercles (sauf qu'ils ne maîtrisent rien du tout et peuvent vite basculer dans la folie)... Et qu'est-ce qu'on obtient à l'arrivée quand le temps des légendes devient réalité ? Des super-héros et des super-vilains dotés de super-pouvoirs donc la supracoolitude à l'état pur, l'auteur nous refaisant le coup du Septième Guerrier-Mage mais en mieux !!! Le Roi Pyromancien, sa cousine aux 1000 visages sœur cachée de Mystique des X-men, Maura qui contrôle les animaux et qui peut emprunter leurs formes et les capacités, le détecteur de mensonge humain, l'archère qui ne rate jamais sa cible, le télépathe, le télékinésiste...
Image
Mais ce n'est pas fini !!! Il a tout une réflexion sur le psychisme des masses, les salauds d'en haut, qui ne ne voient que le pire de l'humanité car ils prennent leur cas perso pour une généralité, misant sur la peur et sur l'ignorance en recourant à cette cochonnerie de théorie du choc (censure, propagande, terreur, inquisition, culte de la personnalité... on connaît la chanson), et les héros d'en bas, qui ne voient que le meilleur de l'humanité, misant uniquement sur ce qui peut nous faire grandir pour devenir plus grand et plus noble... Le tyran ne comprend pas pourquoi la rébellion écrasée le niveau de magie reste aussi élevée et on lui sert le bobard de la théorie des ensembles, mais la nature a horreur du vide et tel le phénix un espoir en remplace forcément un autre : la petite magicienne rebelle qui s'amusait à dresser des écureuils (et qui en colère rejouait le remake des Oiseaux d'Alfred Hitchcock ^^) se met soudainement à ressusciter des dragons en les faisant surgir du néant (et le premier d'entre eux s'appelle « Merci Beaucoup » ^^) Ce n'était donc pas la fin, mais le commencement !!!
Image
Paul Beorn appartient donc bien au courant néo-classique de la fantasy qui puise pas mal dans la BD, la télé et le ciné... Et après Sœur Cage de Mark Lawrence, il nous offre une nouvelle super-héroïne révolutionnaire incarnation de la badassité ! Qui triomphera du Grand Capital, de la Bête Immonde, ou de la liberté, de l'égalité et de la la fraternité incarnées par l'espoir et l'amitié ? La réponse dans la suite et fin de ce chouette diptyque : To Be Continued !!! (putain l'attente va être longue ^^)
Image
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre