[Cycle] Nevernight / Jay Kristoff

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Avatar du membre
Z3D
Sergent
Messages : 108
Enregistré le : 29 nov. 2011, 18:32
Lecture du moment : Age of Myth - Sulliva

[Cycle] Nevernight / Jay Kristoff

Message non lu par Z3D » 15 déc. 2017, 15:36

Image

J’ai découvert l’auteur de Nevernight, Jay Kristoff à travers sa collaboration avec Amie Kaufman pour le roman jeune adulte Illuminae. J’ai pu constater qu’il a écrit ou coécrit une majorité d’œuvre dans ce segment de la SFFF. J’avais jusque là une appréhension vis-à-vis de classement d’œuvre car les seules que je connaissais y appartenant, c’était Twilight, Hunger Games & Co.
Je vous arrête de suite, ce Nevernight n’est pas de cette veine. Il est même parfois classé dans la Fantasy classique.
Si je devais décrire ce livre, je dirais qu’il pourrait s’appeler « Henriette Potter à l’école des assassins » (je ne trouvais pas le féminin d’Harry).
Dans un décors de Venise médiéval, on découvre Mia Corvere, fille d’aristocrate dont le père vient d’être condamné à mort après avoir choisi le mauvais camps révolutionnaire. Elle échappe à ses bourreaux grâce à son chat ou plutôt à son « non-chat » comme le décrit l’auteur, puisqu’il s’agit d’un chat d’ombre et de fumée.
Vagabonde, elle rencontre un assassin qui la forme pour rejoindre l’église rouge qui vénère la déesse de la mort. C’est là que sont formés les meilleurs assassins et c’est exactement ce que Mia a besoin de devenir pour assouvir sa vengeance envers les 3 personnes responsables de la déchéance de sa famille.
Voilà pour la mise en situation. Voici une liste des points forts et des points faibles selon moi de ce roman.

Les points faibles :
- J’en ai déjà cité un, c’est l’utilisation sans arrêt du terme no-cat (non-chat). C’est assez pénible à la longue et cela sonnait bizarre dans ma tête !

- Le second point : c’est le recours à de trop nombreuses et trop longues notes de fin de page. Ces notes permettent d’ajouter des anecdotes, de l’épaisseur à la construction de monde mais elles étaient beaucoup trop longues avec énormément d’informations. Je n’ai pas pu tout retenir. De plus, cela empêchait pratique moment la lecture en numérique. Toutes ces notes étaient regroupées en fin de chapitre ce qui imposait de nombreux aller et retour (jusqu’à 8-9 fois par chapitre des fois). En numérique, ces mouvements sont assez fastidieux. Certaines versions, les notes du textes étaient des liens hyperlinks, ce qui facilite un peu la chose mais ce n’était pas mon cas ! Un conseil, le format papier est recommandé pour ce livre (je ne sais pas comment cela est géré sur les audioboooks).
J’ai d’abord pris ce procédé comme une solution de facilité de l’auteur pour nous présenter son monde. Après, je me suis rappelé que le roman est écrit comme un récit que fait un personnage (pour l’instant non identifié) de la vie de Mia. Du coup, cela pourrait faire pensait à un compteur ajoutant des digressions fréquentes dans son récit.

Les points forts :
-Les profs de l’église rouges sont géniaux ! A l’instar d’Harry Potter, les cours de Mia sont vraiment jouissifs. Combats, vols, poisons et séduction sont au menu de la formation avec un certain droit à perdre des étudiants en cours. C’est quelque chose de savoir que tu peux perdre la vie à chaque interrogation !
-Le personnage de Mia est vraiment bien fait et assez vite attachante. Autour d’elle gravite des personnages secondaires intéressants et absolument pas manichéens.
-La scène d’introduction qui m’a fait acheter ce livre. J’ai téléchargé l’extrait en ebook et j’ai adoré le premier chapitre où 2 trames narratives sont imbriquées présentant le premier meurtre commis par Mia et la première fois sexuelle de Mia. Le parallèle est magnifiquement écrit. J’ai lu des critiques concernant le style de l’auteur un peu ardu, abusant des métaphores. Je ne l’ai pas vraiment ressenti. Il faut néanmoins un niveau correcte en anglais pour lire ce livre car il n’est pas traduit et n’a pas de parution prévue dans l’immédiat (dommage).

Pour conclure, il s’agit d’un de mes 2 coup de cœur de l’année (2017). Je me suis précipité sur le second tome sorti en septembre dernier dont la lecture est prévue prochainement.

Un petit conseil, n’abandonnez pas ce livre avant d’avoir attaqué la seconde partie. J’ai acheté ce livre en voyage. Durant ce dernier je n’ai eu le temps de lire que la première partie. Une fois rentré, j’ai poursuivi mes lecture en cours et j’ai eu du mal à y revenir car la première partie est un peu poussive je trouve, surtout comparé au reste du livre.
________________________________________________________________________________________________
Lecture en cours:

Nouvelles tome 1: 1947-1953 - Dick
The Legends of the First Empire tome 1: Age of Myth - Sullivan
Terra Incognita tome 1: Too like the Lightning - Palmer
The Dark Elf Trilogy tome 1: Homeland - Salvatore Audiobook
________________________________________________________________________________________________

Répondre