[Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 07 oct. 2013, 10:59

Image
Résumé du tome 1 :
Deuxième jour de traque. Depuis le départ du château, la pluie n'a pas cessé de tomber. Je profite d'une roche en surplomb pour abriter le journal et écrire ce premier compte rendu. Arrivés sur les alpages, nous avons suivi la crête pour trouver des indices. Rien ne nous avait préparés à ce que nous avons trouvé là. Un autre campement avait été édifié à cinquante pas à vol d'oiseau du premier et tout indique qu'alors que nous pensions notre retard considérable, ses occupants s'en étaient allés quelques heures auparavant.
Entrez dans l’univers des 7 royaumes où sévit l’inquisition, et découvrez le secret de l’origine du sang bleu.
J'ai fini le tome 1 hier, et finalement ce n'est pas si éloigné que cela du Haut-Royaume de Pierre Pevel tout en reprenant des éléments de Fils-des-Brumes, sans parler des influences de Zelazny, Gemmell, Verne, Dumas, Leiber...
Bref, j'ai bien aimé et la suite est sur mes tablettes évidemment.
Par contre le cycle et son auteur sont de nouvelles victimes du long contentieux entre Elbakin.net et l'Atalante.
D'où les chroniques et les avis mi figues mi raisins voire pisse-froid torchés à la va-vite. :barbare:
Pour oser parler de recyclage du Trône de Fer, il faut vraiment n'avoir lu que cela en Fantasy...
Et quand les "spécialistes" parlent d'"intrigue téléphonée, de "récit ennuyeux", de "persos à charisme d'huître", d'"écriture franchement poussive", de "procédé narratif insupportable"...
on tombe dans le bashage voir le lynchage de bas étage. :barbare:

Mais je vous en reparlerai pour La Cité de Stella Gemmell, là c'est carrément un scandale en bonnes et dues formes.
Modifié en dernier par Albéric le 08 août 2015, 09:43, modifié 3 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Darkstar
Asservi(e)
Messages : 3357
Enregistré le : 05 janv. 2006, 17:02
Lecture du moment : Le Sentiment du Fer
Localisation : Front de l'est
Contact :

Re: [Cycle] Le Sang des 7 rois / Régis Goddyn

Message non lu par Darkstar » 07 oct. 2013, 11:09

Diantre, j'ai failli lire Terry Goodkind. :peur:
"When you play the game of thrones, you win or you die, there is no middle ground." Cersei Lannister
Phnglui mglw nafh cthulhu r'lyeh wgah nagl fhtagn.
"Et c'est ainsi, par la petite porte, que je m'introduisis dans la famille du Podestat." Benvenuto

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 08 oct. 2013, 18:47

Visiblement tout le monde a apprécié ce roman sauf le site de référence qui a pris un malin plaisir à le dévaloriser.

David Weber avec La Guerre des dieux avait composé un chouette revival héroïc-fantasy, Régis Goddyn avec Le Sang des 7 Rois nous gratifie d’un chouette revival low fantasy : avec leur bonne connaissance du genre, les 2 auteurs aborde leur sujet avec générosité et humilité. On est vite plongé dans une ambiance qui rappelle les bonnes vieilles sagas médiévales littéraires ou télévisées (c’est triste de devoir rappeler à certains que G.R.R Martin n’est pas le seul auteur autorisé à piocher chez Maurice Druon et consorts).

L’histoire commence à la page 1, et c’est ça c’est bien. J’ai un temps soupçonné l’auteur d’appartenir au courant de la Fantasy poétique, mais non en fait. Si le héros narrateur d’alignement loyal neutre ne se laisse pas facilement cerner, il n’y a pas de distanciation qui empêche l’empathie avec celui qui constitue le principal protagoniste du roman.
J’ai pensé à Corwin d’Ambre (Roger Zelazny), le personnage blasé qui devient un super révolutionnaire humaniste.
J’ai pensé à Djeeb Scoriolis (Laurent Gideon), un personnage emphatique et empathique qui ne laisse pas indifférent.

Image

Certains rageux ont dénoncé, je cite, un roman « poussiéreux » (sic). Mais les vrais amateurs parleront d’agréable odeur de patine. Orville au Goulet c’est Edmond Dantès sur L’Île mystérieuse : on s’inspire de Verne et Dumas, mais parfois j’ai aussi retrouvé le parfum de René Barjavel et de Robert Merle.
Là où le Lorn Askarian du Haut Royaume de Pierre Pevel marchait dans les pas du Comte de Monte-Christo, Orville suit d’autres traces que celle d’Alexandre Dumas : tout ce qui se construit autour de la vengeance du pigeon contient une plaisante dose d’humour qui se termine par un très sympathique clin d’œil aux héros de Fritz Leiber

Image

L’ensemble reste assez hétérogène :
La 1ère partie est centrée sur la mission d’Orville qui se transforme en survival montagnard de plus en plus intimiste quelque part entre Randonnée pour un tueur et Cliffhanger. Cette presque dommage de ne pas être allé plus loin dans cette voie, car si les scènes d’action sont peu nombreuse elles sont bien troussées et tirent l’ensemble vers le haut. Dans les cols et les crêtes dotés de forts jolies descriptions assez immersives, notre capitaine-ambassadeur commence sa lente transfiguration physique, physiologique et psychologique.
Certains rageux ont trouvé à ce stade du roman l’usage du journal insupportable. Je n’ai pas ressenti cela bien au contraire. L’alternance des techniques narratives permet de donner du rythme et de la fluidité à la quête d’Orville qui sans cela aurait été trop lente et trop longue, bref trop monotone.
Dans la 2e partie cela se diversifie, d’un côté nous suivons Orville et les exilés du Goulet traité avec un 2e degré subtilement assumé, d’un autre côté, nous avons quasiment de l’héroïc-fantasy avec Rosa et les compagnons du Verrou (ces passages ont un côté David Gemmell assez agréable à lire).
La candeur de Rosa, qui pense comme une proie, tranche avec la violence qui l’entoure mais aussi avec un Orville qui pense de plus en plus comme un prédateur. J’ai hâte d’assister à la rencontre de ces 2 représentants d’une humanité nouvelle confrontés à des méchants très méchants à la Gemmell : impossible de ne pas penser aux paladins noirs SS style de Renégats, c’est-à-dire des blonds aux yeux bleus obsédés par la pureté raciale (mais pas que)…

Image

Mais je me demande si le récit n’aurait pas gagné à développer dès le départ une structure en POV faisant alterner des chapitres consacrés à Orville et des chapitres consacrés à Rosa avec des interludes sur les intrigues des Gardiens et des rebelles. Car en l’Etat des éléments arrivent trop tôt ou trop tard dans l’histoire : tout cela aurait pu gagner en fluidité.

Le worldbuilding a été volontairement épuré et c’est tant mieux. Certains rageux ont dénoncé la flemmardise de l’auteur, mais moi je préfère la simplicité à un naming inutilement compliqué à base de trémas et d’accent circonflexes (quand je pense que les mêmes ne trouvent rien à redire sur un méchant millénaire nommé Xhum Y’Zir…). Comme souvent je renvoie à la satire de Boulet : http://www.bouletcorp.com/blog/2010/05/21/fantasy/.

Le magicbuilding a été volontairement épuré et c’est tant mieux. On part de talents liés au sang qui rappellent les univers de Brandon Sanderson (difficile de ne pas songer à celui de Fils-des-Brumes), pour développer les Pouvoirs Extra Sensoriels des univers de David Gemmell. Mine de rien c’est assez élégamment fait. Gageons que sang bleu, sang rouge, Gardiens, Clairvoyants et mages nous réserve encore pas mal de surprises.

On nous laisse dans le schwartz pas mal de temps au niveau des intrigues et des mystères. On a un triumvirat monarchie, théocratie, Gardiens optimates en opposition à des rebelles populares. Mais chaque faction a son idéologie et ses objectifs, sauf que dans les rebondissements difficile de savoir qui trahit qui avec ces plans cachés et ces gents infiltrés. Ainsi l’empressement des méchants contrastent avec leur emphase à faire des plans sur plusieurs générations.
Certains éléments arrivent trop tôt, d’autres trop tard. L’un d’événement majeur du roman est traité hors-champ avec une ellipse et il faut attendre l’opposition entre Orville et son alter-ego pour comprendre de quoi il retourne vraiment.
Reste le gros WTF du coup de foudre d’Orville pour Armine… Gageons que l’auteur nous réserve une surprise !

Mais c’est contrebalancé par des thématiques politiques et sociales intéressantes. Cette opposition entre sang bleu et sang rouge, entre noblesse qui est puissante et veut le rester et petit peuple qui demande qu’on lui la paix, rappelle cette bonne vieille lutte des classes (qui pour certains n’existent pas que d’autres déclarent qu’ils sont en train de la gagner).
Dans une veine similaire, dans la construction du 8e royaume on retrouve les utopies sociales du XIXe siècle comme le Phalanstère de Charles Fourier.

Image


Il ne se passe finalement pas tant de choses que cela dans ce tome 1, et pourtant cela se lit et vite et difficile de s’ennuyer tant l’auteur ne ménage pas ses efforts pour amener de la variété sur le fond comme sur la forme.
Du classique peut-être, mais assurément du solide. Si vous cherchez un cycle familier et différent à la fois, Le Sang des 7 rois est fait pour vous n’en déplaisent aux blasés de chez Jules de chez Smith d'en face


Vous avez remarque mes nombreuses comparaisons entre David Gemmell et Régis Goddyn : ce sont 2 auteurs complètement autodidactes qui ont misé avant tout sur la générosité et la sincérité, et qui ne rechigne pas à prendre parti lorsque qu’ils abordent des thèmes politiques et sociaux.
Modifié en dernier par Albéric le 30 juin 2014, 16:12, modifié 2 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 08 oct. 2013, 19:45

Image
Tome 2 :
— Tu n'es pas une fille Rosa, tu es un miracle.
Fernest se pencha et cueillit une petite fleur
qu'il lui glissa dans les cheveux.
— Pourquoi m'aimes-tu ?
— Je t'aime... parce que tu en as besoin.
— Ce n'est pas une raison.
— Alors je t'aime parce que j'en ai besoin.
Rosa essaya de voir les voyageurs en contrebas.
Ils étaient trop loin, et dissimulés par le relief.
Elle ferma les yeux et sentit leur présence, leurs
émotions, leurs douleurs et leurs peines.
Elle s'écarta pour regarder Fernest, puis elle détourna
le regard comme pour se mesurer au glacier,
colossal nuage pétrifié sur le flanc de la crête.
Elle resta ainsi longuement avant de reprendre la parole.
— On ne m'a jamais aimée, Fernest.
Modifié en dernier par Albéric le 08 août 2015, 09:44, modifié 2 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 29 mars 2014, 16:17

Fini le tome 2. J'ai encore bien aimé. Comment dire...
Orville = MacLeod ? Cravan = Kurgan ? Leo = Ramirez ?
Highlander forever ! :paladin: 

Image

Il y a une ligne de démarcation entre les Gardiens qui sont puissants et veulent le rester sinon l'être davantage pour profiter des plaisirs simples de la vie, cad "écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes", et les rebelles qui déplorent être porteurs du fardeau de l'immortalité. Le récit de la vie de Léo m'a beaucoup touché alors qu'il ne s'agit que d'un aparte.

http://www.youtube.com/watch?v=_Jtpf8N5IDE[/video]
Modifié en dernier par Albéric le 13 avr. 2014, 17:42, modifié 1 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 13 avr. 2014, 17:41

Concernant le Livre 2 :

Un peu d’appréhension du fait de perdre le plaisir de la découverte, mais encore une fois j’ai trouvé cela vraiment très rafraîchissant. Tous poursuivis par les Gardiens, on retrouve Orville et Pétrus en cavale maritime dans la Mer Intérieure, et Rosa et ses compagnons en cavale terrestre dans la Crête. Pendant ce temps on nous montre le coup d’Etat des Gardiens vu de l’intérieur, tandis qu’on découvre enfin la Résistance à la fin du roman… et que de nouvelles résistances apparaissent un peu partout ! Ce sont sûrement là de nouvelles graines semées pour le tome 3 !

L’auteur sait se rendre accessible avec un style simple, mais fluide donc efficace (même si j’ai regretté de perdre les descriptions montagnardes du tome 1), une résumé du tome précédent, une carte du monde, un dramatis personae et un glossaire. Difficile donc de se perdre en cours de route.
D’un côté le ton et l’atmosphère sont très différentes du « tout venant » fantasy.
D’un autre côté j’apprécie le mélange entre comédie et tragédie qu’on retrouve souvent dans la Fantasy française.
Pas mal de running gags comme Orville qui fait passer l’improvisation pour la préparation, la chance pour de l’expérience, tout en masquant ses pouvoir de mage de façon abracadabrantesque, les prisonniers du Goulet qui se font passés pour benêts à moitié fous alors qu’il s’agit tous de génies dans leur domaine d’expertise qui jouent finement la comédie (comme en faisant mine de croire à la légende du fantôme du Goulet), les anciennes amantes jalouses de Pétrus qui rappelle le Sieben de Gemmell…

En outre il y a vraiment un parfum seventies pas déplaisant du ton, notamment dans les thématiques sociales.
On retrouve l’opposition entre sang bleu et sang rouge, mais on développe avec le peuple honteusement trompé et exploité, les théocrates quoi doivent maintenir le peuple dans l’ignorance et l’obéissance, les aristocrates qui sont là pour prendre du bon temps, les monarques qui sont là pour prendre encore plus de bon temps, les Gardiens qui se sentent au-dessus du commun des mortels et qui vont bien le faire sentir, les mystérieux commanditaires du leader des Gardiens dont on ne sait pas encore grand-chose… et les rebelles qui veulent rester à l’écart de ce jeu de dupes mais qui servent d’épouvantail aux crevards !
Tout cela fait très lutte des classes, concept suranné et erroné d’après les prescripteurs d’opinion.
C’est marrant parce les gens les plus concernés pensent être en train de la gagner (cf. Warren Buffet).
Et on ne sait plus trop si Lothar, Rufus et leurs sbires finissent pas gober leurs propres bobards.
On pille, on viole, on tue… pour contrer une rébellion dont on ne voit même pas le bout du nez. Aristocrates et monarques n’y voient que du feu et marchent à fond dans le truc par peur de perdre leurs privilèges dans un très hypothétique Grand Soir. Impossible de ne pas penser au garde à vous des nations occidentales suite au « War against terror » de George Walker Bush.
Image

Il y a une aussi une véritable ligne de démarcation entre les Gardiens qui sont puissants et veulent le rester sinon l'être davantage pour profiter des plaisirs simples de la vie, cad "écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes", et les Rebelles qui déplorent être porteurs du fardeau de l'immortalité. Le récit de la vie de Léo m'a beaucoup touché alors qu'il ne s'agit que d'un aparte. D’un côté je retrouve des thèmes humanistes développés par David Gemmell, de l’autre je retrouve la célèbre configuration d’Highlander avec Orville McLeod, Léo Ramirez et Cravan Kurgan !
Image

Quelques trucs m’ont empêché d’être pleinement convaincu :
- le grosbillisme : On nous a répété à l’envie que les mages n’existaient plus et là il en apparait toute une fournée d’un coup…
- l’autospoil : quelle horreur ce chapitre « Pour le Pire » qui spoile tout et rien à la fois tout en démystifiant le cycle…
- au bout de 800 pages effectivement, la caractérisation des personnages manque quand même de tassiture.
On est dans du Gemmell light. Mais est-ce vraiment gênant pour trouver cela plaisant ?
J’ai adoré par exemple l’évolution d’un Sylvan (lui, c’est un pote un Waylander à Olek Skilgannon !), et j’espère qu’on le reverra par la suite. Le jeune érudit prodige Aldemond qui n’est pas dupe du tout est lui aussi assez intéressant.
J’ose espérer que les rebelles immortels comme Jof le flibustier seront du même acabit dans le tome 3.
- des méchants très méchants qui recourent aux pires bassesses pour satisfaire les caprices de leurs égos !
C’est un peu dingue que des moines-guerriers semi-immortels se transforment presque du jour en lendemain en brutes fourbes et sadiques qui se complaisent dans l’assouvissement de leurs plus bas instincts… ils étaient en manque ou quoi ?
- quelques points amenés de façon un peu rapide pour ne pas dire abrupte
- le coming out de Pétréus sort un peu de nulle part quand même
- Lulius Never : WTF, deus ex machina, hommage à son anagramme, rebondissement feuilletonnesques ou autre chose ?
Image

Maintenant arrivé à la fin du tome 2, je saisis mieux l’ampleur du projet : la résurrection du roman-feuilleton !
D’ailleurs les tribulations maritimes d’Orville sont d’inspiration clairement vernienne (avec un soupçon de filouterie).
L’hétérogénéité des POV passe mieux, mais pourrait mieux passer quand même. On quitte trop souvent avec regret Orville ou Rosa et les autres POV sont trop dilués pour qu’on puisse encore vraiment accrocher. Reste que le gros du roman, cela reste les tribulations d’Orville qui continue à explorer les limites de sa métamorphose tout en étant en quête d’Armine, l’élue de son cœur qu’il n’a vue une seule fois dans vie.
SpoilerAfficher
amusant d’ailleurs qu’Orville quitte le Goulet pour la retrouver alors que cette dernière fait le chemin en sens inverse en étant envoyée au Goulet

Se dirigent-on vers une guerre des mages avec Orville, Rosa, Braseline, l’enfant de Jean et Eliette, Oldarik et les armes secrètes des Gardiens, des Rebelles ou des Compagnons du Verrou…
Enjoy et vivement la suite ! 8)
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 30 juin 2014, 16:16

Image
Tome 3 :
Monte dans la vallée, celle que tu verras sur ta droite en arrivant dans le septième royaume. Tu te trouveras dans un cul-de-sac. On peut escalader la falaise, elle ne mesure pas même trois cents pieds. Il y a des prises,
mais en montant sur la gauche, après les grandes chutes d'eau. Puis, une fois dans la vallée suspendue,
marche environ deux semaines en collant la montagne sur le flanc nord. Tu trouveras un passage. Il sera probablement bouché par les arbres et les ronces, ça dépend des moments, mais je sais qu'Odalrik se débrouillera pour te faire venir à lui... Si ce vieux chameau est bien luné.

Le plaisir de la découverte étant dissipé, il faut maintenant bien cerner les caractéristiques de ce cycle. Il ne faut s’attendre ni à une complexité vertigineuse, ni à une prose étourdissantes, ni à un festival d’action non stop. Le worldbuilding est épuré, le magicbuilding est épuré, le dramatis personae évolue au fil des événements des romans (certains personnages apparaissant, d’autres disparaissant) et l’alternance des POVs ne permet pas vraiment d’approfondir la caractérisation des personnages.
Nous sommes avec ce 3e livre dans la saison 3 d’un très sympathique roman feuilleton d’environ 3000 pages. Chaque chapitre est une histoire en soi, l’auteur effectuant une coupure toutes les 400 pages pour qu’à 1 livre corresponde 1 saison. Ce qui nous fait 1 livre tous les 6 mois pour les lecteurs : le rythme est donc bien pensé.
Mais je commence à percevoir les limites inhérentes au projet. Le côté autodidacte de l’auteur se ressent dans l’hétérogénéité des POVs certes, mais aussi de l’ensemble : on change souvent de ton voire de registre d’un chapitre à l’autre (pas facile d’alterner tragi-comique, mélancolie douce-amère, romance fleure bleue, les utopies sociales des exilés du Goulet ou des amazones du Jourd, le grimm & gritty de la dystopie totalitaire des Gardiens de Lothar et Rufus avec leurs crimes de masse…)
Il y évidemment un plan d’ensemble, mais on sent quand même qu’on se laisse volontiers porter les personnages qui eux-mêmes se laisse volontiers porter par les événements. Comme le dit Régis Goddyn, au bout de 4 chapitres, on a tellement divergé de la ligne d’origine qu’il vaut mieux changer son fusil d’épaule… ^^

J’ai un peu moins apprécié ce tome 3 que les tomes 1 et 2, principalement parce qu’il présente un faux air de tome de transition.
Mais j’avoue avoir des atomes crochus avec cette belle aventure :
- Parce que je suis sur la même longueur d’onde que l’auteur concernant les homines crevarices.
Image
Le monde semble divisé en 2 catégories : il y a ceux qui vivent leur vie et ceux qui veulent contrôler celles des autres pour se donner un sentiment de supériorité, et ces derniers sont prêts à tout et au reste pour être puissant et le rester…
Que dit Théod à son ancien camarade révolutionnaire qui rejoint les tortionnaires ?
« Que reste-t-il d’humain en toi, toi qui veut utiliser ta force pour exploiter les faibles ? »
Que dit Kenshiro Orville à Jagi Cravan ?
« Que reste-t-il d’humain en toi, toi qui veut utiliser ta force pour exploiter les faibles ? »
- Parce que je reste persuadé qu’il s’agit d’un cycle de Fantasy classique différent qui peut constituer une bonne alternative aux autres cycles de Fantasy classique.
On pioche dans la littérature française (Jules Verne), la littérature américaine (Fritz Leiber) et la littérature allemande (Wolfgang Hohlbein), certains passages dégagent un parfum de SFFF des années 1970, d’autre un parfum plus subtil qui renvoit aux classiques de la littérature générale (j’ai bien aimé « la princesse des marais » et « la sorcière des taillis »).
Cela sent la patine, cela sent le vintage. Pour moi c’est un compliment et donc je laisse les hipsters habituels à leurs lubies littéraires habituelles (tout ceux qui considèrent que tout ce qui est daté de plus de 15 ans est vieillot, désuet, dépassé, poussiéreux, à la papa, bref has been…).
- Orville est roublard et un peu paillard, bref rabelaisien, mais il se fait progressivement le défenseur de la veuve et l’orphelin.
Mine de rien, il marche dans les pas des héros tels Vaelin Al Sorna, Corvus, Rictus, Corfe, Skilgannon, Druss, Waylander…
Ne viole jamais une femme, ne fais pas de mal aux enfants.
Ne mens pas, ne triche pas, ne vole pas. Laisse cela aux gens médiocres.
Protège les faibles contre les forces du mal.
Et ne laisse jamais l'idée de profit te guider sur la voie du mal.
- et puis il y a cet hommage à la littérature avec la rencontre d’un mage aveugle avide de lecture et d’une jeune padawan qui s’est pris au jeu de l’écriture avec la rédaction de son journal…
Image

Pour tout reste direction spoilerland : (et dire que ce n’est qu’un tome de transition !)

SpoilerAfficher
Les 7 mages originaux, fondateurs des 7 royaumes, transmettent leur pouvoir à leur mort par métempsychose, à la manière des avatars de l’anime Le Dernier Maître de l’air. OK !
Image
- Braseline a hérité des terrifiants pouvoirs de Kradath, mais on ne sait pas de qui…
- le bébé de Jean et Eliette a hérité des pouvoirs de Lulius Never, tué par Orville dans le tome 2
- le vieil Oldarik a hérité des pouvoirs du fondateur du 2e ou 3e royaume depuis une sacrée éternité…
Oldarik qui s’inscrit dans les lignée des Merlin, Gandalf, Belgarath, Macros le Noir, Maître Yoda et cie… ^^
- on ne sait de qui Orville et Rosa tiennent leurs pouvoirs…
Reste 2 postes à pourvoir :
- on ne sait pas si Sébédia est morte ou encore en vie…
- peut-être que Cravan n’a pas dit son dernier mot… ou que l’auteur nous réserve encore des surprises !
Et concernant le sang bleu, le côté Highlander se renforce avec ces immortels frappés de quasi stérilité…

Le sacrifice de Théod nous apprend que les rebelles ne sont pas responsables des empoisonnements du tome 1…
Accompagné de Tarman et d’Hybold, Adelmond mène sa révolution de velours ou Goulet.
Pas de nouvelle des mystérieux maîtres du führer Lothar…
Mais tandis que Rufus démantèle la Rébellion à grand coup de désertions collaborationnistes (mort aux socio-traîtres !), de nouvelles résistances apparaissent un peu partout : les Compagnons du Verrou à Gradlyn, le Quatrième royaume contacté par les compagnons de Rouault, vaillante et sémillante émule d’Arlette Laguiller, le Cinquième Royaume qui s’allie aux contestataires du Goulet, Mother Aléaïde qui se met en quête de vengeance avec Luigi et Rombus…^^ La lutte des classes se poursuit !
Image
Modifié en dernier par Albéric le 08 août 2015, 09:45, modifié 1 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 08 août 2015, 09:43

Image
Tome 4 :
Alors qu'il se sauvait à toutes jambes,
l'incompréhensible brasier le suivait dans sa fuite,
explosant la montagne en milliers d'éclairs.
Celui qui l'attaquait ne pouvait être qu'un mage.
Un mage surpuissant ! Orville réfléchit aussi vite
qu'il bondissait pour échapper au déluge de feu.
Bon sang ! Mais que ferait un mage
dans une telle situation, sinon brûler
comme une poignée d'herbes sèches
dans les feux de l'enfer ?

Le tome 3 était placé sous le signe de la mélancolie, et l'auteur continue ici d'explorer le fardeau de l'immortalité avec par exemple un Léo plus Highlander que jamais qui nous fait ici de bien tristes adieux...
Image
Mais ce tome 4 est plutôt placé sous sous le signe de la flânerie : nous flânons toujours avec les tribulations du chevalier-mage Orville, mais aussi avec le Gardien Sylvan accompagné de Falco puis de Martin, avec le Gardien Tarman confronté à la folie de Braseline la petite pyromancienne psychopathe puis à celle de Sa Majesté Lothar, avec Rouault et d'André en infiltration sur la Crête, avec Mother Aléïde, Luigi, Rombus et Ethercos en quête de l'arme pour vaincre le sang bleu, avec Fernest dans le désert méridional aidant tantôt Rosa a retrouver Sébédia la mage rebelle, tantôt Ferrand à entraîner les amazones immortelles du Jourd, avec Fanette et Martha dans une auberge de la capitale, avec Adelmond et Asertimas qui continuent à développer le Huitième Royaume créé par Orville, avec les pirates Jof, Poète et La Bûche qui entrent à leur tour en rébellion...
Pendant ce temps-là, Sa Majesté Lothar continue sa politique suprématiste et ses délires eugénistes et productivistes, dignes des dirigeants nationaux-socialistes du IIIe Reich, conduisant ainsi le monde à sa perte... Régis Goddyn se lâche niveau grimm & gritty sans pour autant verser dans le voyeurisme : il faut qu'ils soient haïssables ces méchants, sinon comment pourrions-nous vraiment les détester ? ^^
Image

Et puis Orville retrouve Léo et Pétrus, et après avoir délivré cette pourriture de Vallade, synthèse de tout ce que le capitalisme prédateur a produit de dégueulasse (l'ennemi de mon ennemi est mon ami, mais avec des amis comme ça, plus besoin d'ennemis hein !), il décide de passer à la vitesse supérieure : penser en mage tout en restant Orville... C'est donc tout naturellement qu'il prend la tête de la coalition pirate !
Et enfin les choses s'accélèrent : les Compagnons du Verrou et les Compagnons de l'Alambic entrent en action, tandis que les Troisième et Quatrième royaumes entrent en guerre contre la dictature du sang bleu. Le roi Arcol le Lâche devient le roi Arcol le Brave et son fils Geluin marche dans les pas des héros de légendes en œuvrant à la seule cause qui lui reste encore : être le sauveur de son peuple ! Sa Majesté Lothar lance alors une contre-offensive générale pour écraser les derniers bastions de résistance : la bataille entre les réfugiés escortés par la coalition pirate et la flotte de Lothar aura lieu au Goulet où convergent les derniers défenseurs du monde libre...
Cette conclusion volontiers épique pourrait faire penser à un détournement du SdA, la noble et vénérable Minas Tirith étant remplacée par un trou paumé dont personne ne voulait ayant pris pour emblème un pigeon à crocs, mais inconsciemment on touche du doigt un archétype universel : en Occident, La Bible nous racontait comment Moïse voulait éloigner son peuple du courroux du pharaon Ramsès ; en Orient, Le Roman des Trois Royaumes nous racontait comment Liu Bei voulait éloigner son peuple du courroux du dictateur Cao Cao...
Image

Le roman-feuilleton tragi-comique de Régis Goddyn continue et c'est toujours avec grand plaisir que je poursuis l'aventure d'Orville et ses amis. Mine de rien, on retrouve beaucoup de classiques du genre que l'auteur prend un malin plaisir à détourner, d'où l'impression de familiarité, mais tout est fait par un auteur autodidacte qui déboule de nulle part avec une bonne volonté évidente et une bonne humeur débordante : ce qu'il fait, on ne le retrouve pas ailleurs... Régis Goddyn est sans doute aussi à l'aise avec la gravité qu'avec la légèreté (mort de rire le passage avec le désorceleur Egon Stantzman : remember Ghostbusters ! ^^),
Image
du coup on se retrouve avec quelque chose qui se situe entre les romans fantasy humanistes de David Gemmell et les romans fantasy humoristiques de David Weber (qui lui aussi s'amusait à détourner les archétypes tout en les aimant et en les respectant). Je crois même que l'auteur a désormais les épaules assez larges pour réaliser un vrai truc epicness to the max : s'il souhaite emprunter cette voie, je le suivrai là-bas avec joie !

Mais le côté autodidacte joue aussi parfois en défaveur de l'auteur... On assume carrément mais joliment de se laisser plus ou moins porter par ses créations, mais la séparation Orville / Oldarik fait hiatus, la jonction entre le groupe d'Orville et celui de Jof est assez bordélique, tout ce qui se passe autour de Martha est bien nébuleux, quand aux très Science-Fiction pilotes devant qui Sa Majesté Lothar serre des fesses ils sont plus mystérieux tu meurs... Va-t-on vers un bon vieux Planet Opera vancien ou un truc plus novateur lorgnant vers le cyberpunk des Wachowskis ? Malin comme un singe ce Régis Goddyn... ^^
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 13 août 2015, 21:46

Ah! Bah voilà ma prochaine lecture, j'ai hâte d'attaquer le tome 1!
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 14 août 2015, 20:41

Dark horse a écrit :Ah! Bah voilà ma prochaine lecture, j'ai hâte d'attaquer le tome 1!
C'est un roman-feuilleton, donc il faut laisser le temps au récit de s'installer (d'autant plus que le tome 1 n'est pas totalement maîtrisé)... Mais après on peut prend beaucoup de bon temps avec cette série !
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 17 août 2015, 00:20

OK, merci! Je me suis un peu renseigné avant de vouloir attaquer cette saga et j'ai bien compris que c'était une oeuvre de qualité.

Je compte bien m'enfiler toute la série, donc je suivrai ton conseil et ne me découragerais pas!
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 08 sept. 2015, 00:40

Bien, voilà ma lecture de ce premier tome terminée.

Le sentiment de plénitude procuré par la quête "survival" d'Orville (me rappelant Rambo ,le premier, pour ajouter une référence à celles d'Albéric) m'a complètement scotché!

Ici nous n'avons pas un guerrier inapte à son monde mais un jeune homme déjà aguerri lancé à la poursuite de kidnappeurs bien mystérieux, ayant enlevé deux enfants. Il connaît déjà bien les plaines et montagnes qui lui serviront de terrain de chasse, jusqu'à un certain point. Il va découvrir, en même temps que nous, le monde dont il est question et arpenter les forêts et les cols, caché derrière un buisson, ayant suffisamment de bouteille pour ne pas se faire repérer. Petit à petit, il se rendra compte que ses aptitudes sont bien inférieures à celles du groupe qu'il traque, un groupe particulièrement bien préparé!

Orville se retrouve face à lui-même, en pleine nature, livré aux éléments et à son but. Il compile son avancée dans un journal qui permet un point de vue plus subjectif quant à son voyage. J'ai beaucoup aimé ces petites pages qui parsèment le récit et qui permettent de se poser au coin du feu avec Orville. L’ascension furtive est prenante et rude à la fois tellement le relief est escarpé et plein d'ennemis tapis dans l'ombre.

L'intrigue se révèle doucement, avec ses tenants et ses aboutissants, à travers les différentes castes des sept royaumes. L'ordre religieux des Théocrates est vite dépassé par un ordre plus ancien (la Garde), aux membres doués de certains pouvoirs ayant un lien avec le "sang bleu".
Les pouvoirs inhérents à ce sang bleu sont intrigants, à défaut d'être originaux. Mais les mystères qui en découlent, ainsi que les implications politiques révèlent une intrigue bien plus profonde qu'il n'y paraît.

Un sacré coup de cœur, une épopée qui promet et qui, j'espère, me tiendra en haleine!

Je n'ai pas parlé de Rosa, petite fille aux pouvoirs déjà bien établis et douée d'une empathie fabuleuse! Elle est à peine introduite dans ce tome et promet, je l'imagine, de grandes choses dans ceux à venir!

Ce "Livre premier" est déjà sorti il y a belle lurette mais je conseille vivement de le lire à tous les amoureux de Fantasy!

Edit: le parallèle avec Rambo n'a rien à voir avec mon avatar^^
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 09 sept. 2015, 18:08

Content que tu aies aimé Dark Horse. Si on ne revoit pas de sitôt le passage à la "Rambo", la série propose tout plein de chouette trucs !
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 13 sept. 2015, 17:42

Cool! J'ai plein d'autres choses à lire avant de continuer, mais franchement elle me botte grave cette saga!
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 13 sept. 2015, 17:58

Dark horse a écrit :Cool! J'ai plein d'autres choses à lire avant de continuer, mais franchement elle me botte grave cette saga!
C'est un roman-feuilleton : cela se lit bien, cela se lit vite et c'est fait pour autres lecteurs populares
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4292
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Toon » 11 nov. 2015, 08:58

aujourd'hui seulement le T1 en version numérique à 0,99€ sur amazon !
Et zouip dans ma besace !
Image
Image

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 03 janv. 2017, 11:09

J'ai été un petit peu déçu par le "Livre deux". Tout d'abord, c'est le personnage d'Orville que je n'arrive pas à cerner, il est complètement idiot ou il fait exprès ? L'auteur joue avec ça, mais moi ça ne me convainc pas, l'humour qui en découle non plus... La première partie avec lui et Pétrus est intéressante mais j'ai eu du mal à adhérer à ce jeu de cache-cache avec les pirates. Et puis, avec tous les exploits qu'arrive à réaliser Orville, personne ne devine que c'est un Mage ?? Sérieux...
J'ai déjà préféré la partie avec Rosa et les fuyards qui tentent d'échapper à l'ignoble Kravan. Leur lente marche en avant désespérée est plaisante à suivre.
Pas mal de choses se passent avec les Gardiens, alors que le grand plan se met en marche. D'un côté Lothar et ses sbires, dont certains montrent une cruauté abjecte et de l'autre, Sylvan et Aldemond, aussi forts que sages qui nous font comprendre que tous ne sont pas rassemblés sous le machiavélisme de Lothar. Les passages au Goulet sont intéressants aussi et ça fait plaisir de retrouver les anciens compagnons d'Orville :)

Après il y a beaucoup d'éléments passionnants et de nombreux acteurs qui doivent encore se révéler, donc la suite promet. J'en attend bien sûr beaucoup du personnage d'Orville, on verra avec la suite !
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par arsenie » 14 janv. 2018, 14:24

Choisi "au pif" sans rien savoir du tout avec l'abonnement kindle, j'en suis à la moitié et très étonnée, je viens faire des recherches .
Livre étonnant par son écriture - je viens de voir que l'auteur est français! :smoke2: - et donc, j'en déduis que "l'ambiance" est volontaire .
Il y a comme un "feutrage" , un gommage de tout "effet" : un refus de tout "sensasionnalisme" , et cela donne un curieux sentiment en lecture :
pour une fois, mon mode de pensée et mes sensations sont dans le monde fantasy du livre, et non l'inverse ( un monde "exotique" qui vient à moi)
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 16 janv. 2018, 21:00

Cool que t'aies commencé ça arsenie ! Oui, l'ambiance est assez particulière, et tu en parles de façon bien personnelle :)

J'attaquerai le tome 3 dès que j'aurai fini ma lecture du moment. Et j'ai hâte !!
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par arsenie » 17 janv. 2018, 00:19

oui, c'est "cool"! :punk:
je viens de finir le tome 2 - c'est avec l'abonnement "kindle" - (il y a un mois gratis ... mais faut pas oublier de se désinscrire :mrgreen: )
j'ai commandé le 3, très contente de la lecture des précédents .
En effet, je suis très surprise par l'écriture : il n'y a aucun "effet de style", pas de vocabulaire spécialement recherché et cela me provoque une étrange immersion :smoke2:
Je suis consciente que passée la surprise de me sentir "à l'intérieur" du récit, car la voix descriptive de l'auteur "colle" à la mienne, il y a un risque de déception.
il y a pas mal d'action! pas mal de persos et de "factions" à suivre ! est-ce que cela va tenir la route?
le dernier élément à peine effleuré va -t-il tout basculer?
SpoilerAfficher
la SF touch! qui sont les "aliens"? (ben, nous, of course... mais pourquoi/quand/comment dans les 7 royaumes?)

vivement la suite :book2:
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par arsenie » 18 janv. 2018, 19:03

encore un tome d'avalé, et, s'il n'y a pas de crescendo, le tout se maintient parfaitement : je commande le 4 donc! :smoke2:
Encore une fois, le "handicap" de cette série me semble être le refus du "ton commercial" - Alberic la nomme "vintage" comme moi :mrgreen:
Je ne crois pas que l'auteur soit dupe : à un moment, le "maitre" annonce à son disciple mage (qui croit bien reconnaitre une recette de cuisine dans les incantations inutiles) que le "decorum" de la magie a son utilité ... impressionner les crédules :P
Mais on fait avec ce qu'on a, il n'y a pas d'esbrouffe, mais pas de quoi "s'esbrouffer" au génie car pour l'instant, je n'ai pas rencontré quoi que ce soit de novateur -
Sauf que, le génial, c'est très rare! alors, quand c'est simplement bien, faut savourer, pas dénigrer .
je suis contente de savoir que la série est bouclée, contente qu'elle s'étire sur 7 tomes, (la lenteur n'est pas due au "délayage", il y a de l'action, bien menée)
il y a beaucoup de groupes et de persos à suivre, et je trouve que c'est un plaisir de prendre son temps de lecture à papillonner d'un groupe à l'autre, et ils sont bien variés !
La composante
SpoilerAfficher
SF
est confirmée, mais ne se précise que peu .
je ne sais plus si Alberic a fait le parallèle avec les "chroniques de Tramorée" extrêmement plus brillant, mais - et c'est un GROS MAIS ! tellement long dans le temps d'écriture et de traduction que j'en ai jamais connu la fin - du coup, je savoure ce sang des 7 rois ! :popcorn:
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Albéric
Annaliste
Messages : 1897
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Albéric » 18 janv. 2018, 20:51

arsenie a écrit :je ne sais plus si Alberic a fait le parallèle avec les "chroniques de Tramorée" extrêmement plus brillant, mais - et c'est un GROS MAIS ! tellement long dans le temps d'écriture et de traduction que j'en ai jamais connu la fin - du coup, je savoure ce sang des 7 rois ! :popcorn:
non, mais j'y ai pensé assez fortement ! :punk:
profite, l'auteur planche actuellement sur un préquel... en 7 tomes ! 8)
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par arsenie » 23 janv. 2018, 20:24

Albéric a écrit : profite, l'auteur planche actuellement sur un préquel... en 7 tomes ! 8)
:lol: fini le 4 ! :smoke2: je regrette un peu que le foisonnement des persos et le crescendo des actions diminuent le "délayage descriptif" qui me plait tant...
toutes les explications du monde - sa "pauvreté géographique", le sang bleu, les clairvoyants et la magie ... - sont subordonnées à
SpoilerAfficher
la composante SF qui ne se précise qu"au compte-goutte

Ainsi, je peux affirmer que la pauvreté de la carte, des "appellations" 1-2-3...7 ème royaumes, sont de faux reproches compte-tenu du scénario qui se dessine .
Mais tiendra-t-il ses promesses? voila ce que je ne peux pas dire encore :popcorn:
En milieu de cycle, je ressens une baisse d'enthousiasme : trop peu d'avancées dans la compréhension, et si les intrigues ont pris une grande envergure géopolitique, dans un monde médiéval, ça carnage en plus grand, mais pour moi, ce n'est pas plus intéressant qu'une promenade botanique pour confectionner des poisons :smoke2: beaucoup moins ... :book2:
j'embringue sur le 5 - plus que 3 avant de passer aux préquelles! :arrow:
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 09 avr. 2018, 14:08

J'ai à mon tour fini le tome 3 et bien apprécié l'ensemble. Le récit suit son cours et on oscille entre la cruauté de Lothar et des siens (inquiétante Braseline...), les facéties d'Orville et les destins divers des autres personnages.

Pas beaucoup de révélations, mais juste ce qu'il faut pour permettre d'accrocher :) Je prends plaisir à suivre chaque groupe de protagonistes, mis à part les pirates auxquels je n'arrive pas à m'intéresser...
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Avatar du membre
Dark horse
Lieutenant
Messages : 497
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Le Sang des 7 Rois / Régis Goddyn

Message non lu par Dark horse » 23 avr. 2018, 10:48

Je suis globalement d'accord avec arsenie sur ce livre 4, en effet les parties avec Aléide, Luigi et Rombus sont très plaisantes à suivre :) Par contre j'aime de plus en plus le déroulement géopolitique, qui gagne en ampleur et en cohérence, même si on voit peu certains personnages importants comme Rosa ou Braseline dans ce tome.

Je ne m'en fais pas trop pour la suite, qui nous promet pleins de bons moments (en espérant que l'intrigue principale soit à la hauteur) !
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre