[Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 13 déc. 2012, 20:48

Image
Royce et Hadrian, voleur et mercenaire, n‘ont jamais reculé devant une mission. Le danger, c'est leur fond de commerce. Alors, quand on leur propose la fortune servie sur un plateau d‘argent, ils pensent n'en faire qu'une bouchée. Ils n'avaient pas prévu qu'on leur tendrait un ignoble piège. Les voilà accusés du pire des crimes : l'assassinat du roi ! Pour sauver leur peau, ils n'auront pas le choix. Il leur faudra dénouer les fils d'un mystère qui, depuis des générations, renverse les monarques et bouscule les empires.
Une belle histoire pour l'auteur qui s'est auto-édité sur le Net avant d'être repéré par Orbit.

J'y vais de ma petite analyse personnelle pour l'épisode 1 : La Conspiration de la Couronne

Un worldbuiling de jdr ultraclassique avec humains, elfes, nains et gobelins, un vieil empire éclaté en royaumes anglo-saxons et comme d’habitude une association entre un panthéon polythéiste et un clergé qui ressemble fort à l’église catholique.
D’ailleurs on sent des ficelles de mdj dans les descriptions paysagères, vestimentaires ou culinaires toujours placées là où il faut
Ajoutons également des personnages vidéoludiques, une intrigue hollywoodienne, des dialogues dignes des séries télé.
Ajoutons finalement des vilains qui se pavanent en racontant leurs plans machiavéliques pour devenir les Maîtres du Monde !!!

Bref, c’est conçu pour un public Young Adult : nous avons ainsi 2 canailles censément bad-ass mais au final assez cœur d’artichaut, ersatz de Fahrd et du Souris Gris , qui chaperonnent 2 ados mal dégrossis qu'on imagine sans peine sous les traits de Jean-Kévin le freshair de la classe de 2nde 7 (Alric), et ceux de Dylan le nolife de la classe de 2nde 3 (Myron).
Mais l’auteur ne s’en cache pas une minute, puisqu’il s’est mis à écrire pour réconcilier sa fille dyslexique avec la lecture.

Le vrai problème de Michael J. Sullivan, c’est le manque de tonalité : de manière générale il est bien souvent très malaisé de distinguer les personnages les uns des autres, tant leurs tirades se ressemblent beaucoup dans l’écriture des dialaogues
De la même manière, difficile de distinguer l’humour de Royce de celui d’Alric par exemple.
Les branchouilles VOphiles vont encore accuser une mauvaise traduction : que nenni, le travail Mathilde Roger est très bon puisque cela se lit bien et vite avec une prose très fluide qui s’est bien adaptée au bon rythme distillé par l’auteur qui élimine tous les temps morts et toutes les lenteurs calculées chères aux littéreux.
Et le prisonnier de l’Ancien Temps qui s’exprime en Ancien Français avec qui-propos et jeux de mots à la clé : bravo et respect !

L’auteur ménage suffisamment de suspens pour susciter de l’intérêt pour la cavale de ses personnages et sur l’identité du conspirateur, mais ledit suspens est régulièrement gâché par le fait que les personnes comprennent tout très vite. Pour eux c'est toujours non problemo.
Difficile donc de stresser pour les personnages si les personnages eux-mêmes ne se font jamais face aux évémenents.
Et le récit est émaillé de nombreux passages explicatifs peu naturels tant ils sont amenés avec maladresse sinon balourdise.
Néanmoins l’ensemble se bonifie au fil des pages, et j’ai même trouvé un très léger parfum gemmellien au final hollywoodien assez réussi. Suffisamment réussi en tout cas pour ne pas être hostile à retrouver ultérieurement l’auteur et ses créations.


Une lecture sympathique qui devrait beaucoup plaire aux gamers et aux néophytes.
Les autres publics devront être assez peu exigents pour trouver cela plaisant.
Dans tous les cas, une lecture 100% divertissement qui rempli son office. :)
Modifié en dernier par Albéric le 30 janv. 2013, 17:54, modifié 1 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 30 janv. 2013, 17:54

Image
Le village de Dahlgren est en proie aux attaques répétées d’un monstre sanguinaire. Sur les conseils d’un mage, une jeune rescapée du massacre fait appel aux services de Royce et Hadrian dans l’espoir d’éradiquer ce fléau.
Le magicien met les voleurs sur la piste d’une antique tour elfique, où sont cachés les fragments d’une épée légendaire, seule arme susceptible de venir à bout de la créature maléfique. Parviendront-ils à s’emparer de cet artefact qui représente bien plus qu’ils ne croient ? Cette fois, c’est l’avenir d’Elan qui est en jeu…
J'y vais de ma petite analyse personnelle pour l'épisode 2 : La Tour Elfique

Fortement refroidi par une critique qui m’apparaît maintenant avoir été écrite par un pisse-froid, j’y suis allé à reculons par pure curiosité. Et au final, j’ai bien kiffé en avalant les 460 pages d’une seule traite : c’était très sympa !
Encore une lecture 100% détente qui remplit bien son office.
Et merci à Mathilde Roger qui a rendu cela très fluide.

Niveau personnage on prend les mêmes et on recommence à quelques changements près.
On laisse Jean-Kévin et Dylan à la maison pour découvrir les bouseux Thrace et Theron.
C’est sympa de résumer le tome 1 avec La Conspiration de la Couronne, la pièce de théâtre la plus populaire de Melengar.

Quelques twits forcé limite deus ex machina pour faire avancer le schmilblick, et 2 ou 3 clichés (genre l’inquisiteur espagnol).
Quelques révélations qu’on n’avait pas du tout vu arriver ! (2ème degré inside : :lol:)
Mais l’auteur est clairement en progrès sur le fond comme sur la forme. Stylisquement cela s’améliore car on commence à offrir de la tonalité aux différents protagonistes, bref c’est mieux construit et mieux écrit que le tome 1 (l’alternance des POV est plus homogènes, et il y a plus de liant entres les différents moments du romans). Il reste toutefois des trucs mal fichus comme quelques dialogues foutraques, quelques passages explicatifs lourds, des personnages secondaires peu consistants.
On sent que l’auteur a envie de bien faire, mais :
- il n’arrive pas à tenir la distance dans les scènes de combats
- il n’arrive pas à distiller tension et souffle de manière régulière
- l’humour ne fait pas toujours mouche avec quelques clichés trop souvent déjà usités
- les petits zooms humanistes censé apportés de l’émotion ne sont pas toujours bien troussés

Un grand moment :
SpoilerAfficher
le vaste plan de merde conçu par la CIA médiévalo-religieuse s’effondre comme un château de cartes…
… mais on retourne sa veste illico-presto pour élaborer un vaste plan B de merde qui s’avère ma fois assez original.
On reconnaît bien là nos les crevards carriéristes près à tout et au reste pour sauvegarder leurs petit intérêts calculés.


Niveau worldbuilding cela s’étoffe avec les récits des guerres elfiques, du mythe de Kile, ou de la Grande Guerre Civile.
Finalement on n’est pas si loin que cela d’une version très soft de background d’Un Monde sans Dieux.
Et puis j'ai adoré toute les allusions explicites ou implicites au Comte de Monte-Christo. L'auteur aime Dumas c'est sûr !
Dans tous les cas, j’en serai pour le tome 3. Cela sort directement en poche et c’est tant mieux !
Modifié en dernier par Albéric le 31 janv. 2013, 08:22, modifié 1 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par arsenie » 30 janv. 2013, 22:17

:lol: Alberic, je crois que tu serais capable de me vendre des rollers, si j'étais cul de jatte!
sympa, tes critiques : on a le sentiment qu'on ne sera pas déçu, même si ce n'est pas notre tasse de thé :punk:
si je trouve d'occas, je prends - mes 2 neurones frétillent de paresse :wink:
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 31 janv. 2013, 08:19

mes 2 neurones frétillent de paresse
C’est exactement cela ! :happy:
Les 800 pages de Génésia avaient été plutôt laborieuses et j’avais du mal à me motiver pour avancer dans ma PAL.
Je me suis dit que j’allais commencer celui-là le temps qu’un truc mieux sorte ou me fasse de l’œil.
Et au final il a suffit de 2 soirées pour le terminer. C’était parfait pour remettre le pied à l’étrier.
Le genre de truc très utile pour faire une pause dans son bookathlon sans perdre le rythme.
Et puis franchement :
SpoilerAfficher
entre l’ersatz d’Aragorn, l’Edmond Dantès semi-elfe, le Gandalf manchot, la princesse Désideria et Jéhan de Domrémy on s’amuse bien, et puis ajoutez des conspirateurs qui se la pètent grave mais qui ne sont guère plus efficaces que ceux de Kaamelott.

Evidemment il ne faut pas prend cela au sérieux, car sinon c’est assez creux, mais comme le 2ème degré est assez assumé…

C’est un mélange de high fantasy et de sword & sorcery : on reste donc en dessous de Taltos et Garett.
On pourrait presque dire que c’est du sous-Lynch, mais au moins Michael J. Sullivan avance dans son cycle lui...
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 24 août 2014, 11:18

Concernant L'Empire de Nyphron :

Dans ce 3e épisode, une jeune servante devenu noble par le caprice d’un connard carriériste doit veiller sur une jeune paysanne devenue impératrice par le caprice d’un connard carriériste. Amilia doit ainsi répondre aux ordres de son Eminence Maurice Saldur si elle veut survivre, tout en protégeant desdits ordres Modina Novronia, alias Thrace devenue neurasthénique voire à moitié folle depuis le dénouement du tome 2. Comment dire… C’est Princesse Sarah contre le Cardinal de Richelieu ! Mdr
Image
Image

J’avoue sans honte que ce POV m’a beaucoup plu car c’est drôle, c’est mignon, c’est sympa. Et en plus cela respire les intrigues des vieux films de cape et d’épée : elles sont un peu téléphonées voire clichées, mais c’est tellement La Dernière Séance que je ne peux pas m’empêcher d’aimer.
Mention « Mort De Rire ! » également à la jeune orpheline aux boucles blondes et au raton-laveur domestique…
Image

D’un autre côté la princesse Arista déçue du total échec de sa mission d’ambassadrice, tente le tout le tout en se lançant dans la négociation avec les républicains de Degan Gaunt… sans le dire à son frère le roi Alric. lol
Sauf que durant son périple avec Royce et Hadrian, elle découvre la vraie vie des vrais gens. Pas de serviteurs, pas de confort, pas d’hygiène, mais des repas pourris et des nuits à la belle étoile, et ce avant même de partager les conditions d’existence miséreuse des prolétaires de Ratibor… Je l’avais bien vu venir que Desideria la princesse rebelle mais pas trop quand même allait se transformer en émule d’Arlette Laguiller, par contre la grosse révolte à la Braveheart avec des discours à la Braveheart et des tragédies à la Braveheart, je l’avais moins senti arriver. Là encore mdr…
Image
Image

Princesse rebelle + idées progressistes = revival Star Wars ?
Image
Pouvait-on en attendre moins de la part de l’auteur originaire de Detroit, la ville sinistrée symbole vivant de la faillite totale de l’American Dream et du néolibéralisme ? Non, Ratibor la ville pourrie est une allégorie à peine déguisée de la misère de la cité ouvrière du Michigan, qui elle-même n’est que l’arbre de la forêt des millions d’abandonnés du Rust Belt.

Ces 2 POVs féminins se taillent la part du lion, les 2 compères de Riyria étant réduits au rôle de chaperons ou de messagers. Royce mis au courant de la noble ascendance d’Hadrian par le mage Ershanadon tente de sortir son ami de son mal de vivre… en l’emmenant une énième fois en vadrouille avec lui !
On explore le passé de Royce à Colnora, où on en apprend plus sur son rôle de Brunissoir au sein du Diamant.
Evidemment de petites ressemblances avec l’Edmond Dantès d’ Alexandre Dumas ne sont pas fortuites.
On explore le passé d’Hadrian à Hintinda, où on en apprend plus sur ses héritages de Gardien.
Evidemment de petites ressemblances avec le D’Artagnan d’Alexandre Dumas ne sont pas fortuites.
Pourtant les personnages gardent encore bien des secrets (voir le tome suivant pour Hadrian qui se la joue Conan), et ils finissent par sortir de leur marasme personnel dans la dernière partie du récit (pour empêcher l’armée impérialiste de triompher, Hadrian doit rejoindre l’armée nationaliste de Degan Gaunt et Royce l’armée royaliste d’Alric).
Image

Il est amusant de voir les plans prétendument chiadés des uns et des autres systématiquement foirer. ^^
Si de mystérieuses puissances supérieures permettent aux homines crevarices de retomber sur leurs pieds, ici c’est le vieux magicien manchot Ersrahaddon qui permet par un deus ex machina d’éviter la catastrophe à nos héros et aux forces du Bien…
On notera que Riyria se fait entourlouper par un nouveau venu appelé à prendre de plus en plus d’importance dans la série : Merrick Marius est à Royce chez Michael J. Sullivan ce qu’Artemis Entreri est à Drizzt Do Urden chez R.A. Salvatore. Les connaisseurs apprécieront…
Image

En terme d’écriture, c’est un miracle car on est loin des maladresses des débuts de la série : au-delà du côté autodidacte de l’auteur, c’est là qu’on voit avec la différence entre des livres autoédités et des livres édité en bonnes et dues formes qui ont bénéficié d’un véritable travail de correction donc d’amélioration. Combien d’auteurs n’ont-ils pas eu la chance d’être ainsi épaulés (et d’avoir assez d’humilité pour accepte d’être épaulés) pour pouvoir progresser ?

Et j’ai gardé le meilleur pour la fin, attention MEGASPOILER :
SpoilerAfficher
L’Héritier de Novron, de très noble ascendance, l’élu annoncé par la prophétie bidule truc chouette, qui doit rétablir l’ancien empire, la paix, la prospérité, la justice et tout le toutim est… un révolutionnaire républicain intégriste qui conchie monarques et aristocrates ! mdr… Et bien, encore une fois on devrait bien s’amuser ! ^^


Avec Riyria nous avons un cycle fantasy grand public qui s’améliore de tome en tome, en développant les personnages et l’univers et en amenant les enjeux à des niveaux plus élevés. Les néophytes et les gamers sont visés, et les easy readers devraient bien aimer. Michael J. Sullivan appartient bel et bien au courant de la Fantasy néoclassique !
3,5/5 pour L’Empire de Nyphron.
Je ne cache pas que j'ai bien aimé, et que j'ai enchaîné de suite avec la suite ! :wink:
Modifié en dernier par Albéric le 31 août 2014, 18:03, modifié 2 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 30 août 2014, 10:14

Putain, je ne l'avais vraiment pas vue venir l'évolution de la relation entre Arista et Ersahaddon, le Gandalf manchot en vendetta contre le système depuis des siècles...

Image
Elle tendit les bras et éleva les doigts dans les airs, comme si elle touchait la surface d’un objet invisible. Le pouvoir vibra, telles les cordes d’une harpe, tandis que son fredonnement se transformait en incantation. Elle ne récitait pas les paroles qu’Ersahaddon lui avait enseignées, ni celles d’Arcadius. Ces mots étaient les siens. Elle touchait du doigt l’étoffe de l’univers, et elle lutta pour contrôler son excitation. Elle pinçait les cordes de l’instrument invisible. Elle pouvait obtenir des notes seules, des accords, des mélodies, des rythmes et une multitude de combinaisons pour chacun. Les possibilités de la création étaient incroyables, et les choix si innombrables qu’elle se sentait submergée. Il fallait une vie, et même davantage, pour seulement appréhender le potentiel qu’elle ressentait. Mais cette nuit, sa voie était simple et clair. Un mouvement sec du poignet, un balayage des doigts, comme pour un adieu, et au même instant, la bougie s’éteignit.
Le vent soufflait. Il souleva sur le sol de petites tempêtes de sable. De vieilles feuilles et des morceaux d’herbes séchées furent balayés. Les étoiles s’éteignirent, voilées par des nuages lourds et épais qui envahissaient le ciel. Elle entendit le son clair sur le toit d’étain. Il chantait sur le métal, le chœur de sa chanson, puis elle sentit en riant une goutte s’écraser sur son visage levé.
https://www.youtube.com/watch?v=Etqte77XRRQ[/video]
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 01 sept. 2014, 18:27

mégalol : le discours Ersahaddon sur la magie est à peine différent de celui de Mû sur la cosménergie ! :punk:

https://www.youtube.com/watch?v=38OrHWTo9yc[/video]
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 30 oct. 2014, 21:46

Je reviendrais sur le fil chroniquer chaque tome, mais là je viens de terminer le grand final que j’ai surkiffé : si on m’avait dit avec un tome 1 de fantasy à capuche mainstream un peu maladroit, que ce tome 6 marcherait carrément dans les pas du Silmarilion et du Seigneur des anneaux… Et bien, je n’y aurais jamais cru !
Enfin un auteur qui a compris où Tolkien voulait en venir !
Ma 3e claque SFFF en moins d’1 an avec les fins des Chronique de Tramorée, d’Imaro et des Chroniques du Grimnoir.
Et quelle fin parfaite pleine d’espérance : liberté, égalité, fraternité solidarité pour hommes, nains, elfes et sang mêlés.
Quand je pense que un auteur audodidacte qui s’est autopublié qui m’a donén autant d’émotion, là où tant de grandes plumes se regardent le nombril en n’offrant rien du tout… VDM
Si l’auteur avait le talent d’un Tolkien ou d’un Negrete, on obtenait une référence fantasy.
On se contentera d’une œuvre qui, si elle est un peu soutenue, fera oublier Brooks, Eddings, Feist et cie !
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 07 janv. 2015, 14:33

Image
Résumé du tome 4:
Ex-mercenary Hadrian Blackwater sets course on a high seas adventure to find the lost Heir of Novron. His only hope lies in confronting the ruthless and cunning Merrick Marius. Fearing Hadrian is not up to the challenge, Royce Melborn joins his ex-partner for one last mission. Their journey finds them adrift amid treachery and betrayals forcing Hadrian to face a past he had hoped to never see again.

L’auteur originaire de Detroit continue sa fantasy à la Robin des Bois, version Alexandre Dumas. Nous sommes dans la littérature de l’imaginaire populaire, héritière directe du roman-feuilleton populaire. Nobles progressistes et républicains révolutionnaires, ouvriers et paysans, héros et manants, tous s’allient pour lutter contre les gros connards carriéristes qui ne pensent qu’à l’argent et au pouvoir que ce dernier peut amener. Liberté, Egalité, Fraternité… Bref JUSTICE FOREVER !

Sauf qu’ici on commence directement dans le drame par la mort d’une des figures les plus importantes de la série… SPOILER
SpoilerAfficher
RIP le Gandalf manchot qui avait repris le rôle de V dans V pour Vendetta.

Tandis qu’à la cour d’Aquesta Amilia continue de protéger Thrace des homines crevarices, Royce et Hadrian, ce dernier encore sous le choc des révélations du tome 3, s’embarque sur le Tempête d’Émeraude pour déjouer les machinations de leur Némésis Merrick Marius.
L’auteur a décidé de rendre hommage au roman d’aventures maritimes, et mine de rien j’ai trouvé cela réussi même si je serais bien incapable de me poser en spécialiste du genre. Ainsi tout est là : mystérieuse destination, mystérieuse cargaison, mystérieux passagers, conflits entre membres d’équipage, conflits entre officiers, crypto mutinerie, poursuite en mer, abordage et naufrage. D’ailleurs parmi les rescapés on compte un certain Defoe. Un hasard sûrement, parmi quelques autres que les connaisseurs d’aventures maritimes apprécieront… ^^
Image
Je gage que certains vont encore râler contre la complexité du vocabulaire maritime. Je leur rappelle par avance que cette série a été conçue pour une adolescente dyslexique… ^^

Mais les aventures en mer cèdent ensuite la place à un trek dans la jungle où Hadrian révèle qu’autrefois il a marché dans les pas du Conan de R.E. Howard. Quelle différence Gallenti le Tueur et Amra le Lion ? Presqu’aucune, et l’auteur se fait plaisir avec plusieurs clins d’œil.
Image

Le point d’orgue de se roman est le combat dans l’arène du Palais des Quatre opposant un groupe de prisonniers à un clan de combattants peaux-vertes pratiquant la magie la noir sous le regard du seigneur de guerre halluciné surnommé « le Puma » (qui a dit Marlon Brando dans Apocalypse Now ?). C’est une excellente scène d’action que j’ai vraiment bien kiffé, digne de série télé Spartacus, et elle a d’autant mieux marché que je m’étais vraiment attaché à ceux qui ici vont mourir tragiquement. Morituri te salutant !
Image

En fait, l’auteur a pris le soin d’étoffer la personnalité de chacun des petits personnages du livre et c’était très agréable.
Néanmoins, certains points font un peu artificiels : la disparition et la réapparition plus tard dans le récit d’un des personnages principaux, le retour d’Hilfred au moment où sa protégée a le plus besoin de lui, les intrigues entre caciques dans le village tropical (qui n’a pour but que de faire du foreshadowning par le biais de la shamane voyante, et de nous indiquer que Gwen DeLancy fait partie, avec Arcadius, Miranda Gaunt, de ces personnages qui en savent bien plus long que les héros et les lecteurs sur les enjeux et les forces en présence, auxquels il faut peut-être ajouter l’aristocrate ruiné Nimbus (son nom, son arrivée et sa gentillesse sont trop énormes pour être honnêtes)).
De la même manière, on pourrait aussi reprocher aux twists finaux de se prendre un peu les pieds dans le tapis en faisant mention d’événements qui sont contés dans Les Chroniques de Riyria, dont à connaissance l’auteur mais pas les lecteurs au jour d’aujourd’hui !
Vu le parti pris résolument roman-feuilleton, associé à un style plutôt visuel, on ne pas râler car cela fait parti du truc !
Et entre Thrace qui peu à peu émerge de sa neurasthénie pour redevenir la Jeanne d’Arc qu’elle a failli devenir à la fin de l’épisode 2, Amilia qui à force de côtoyer la pourriture Maurice Saldur commence à maîtriser les arcanes du pouvoir, et Arista qui après avoir perdu son V marche dans les pas d’une Evey magicienne, on dépasse largement le cadre d’un revival de Drôles de dames. Mais pouvait-on en attendre moins de la part d’un auteur privilégiant autant altruisme et progressisme ?

Un tome plus sombre que les précédents avec le nettoyage ethnique que subissent les minorités elfes, la grande migration des peaux vertes face aux troubles venus du Nord, les forces d’Erivan qui semblent vouloir prendre leur revanche sur l’humanité, Thranic le bourreau et le tortionnaire qui fait payer aux autres sa haine de lui-même, la tragédie de l’arène… Dommage qu’on en fasse un peu trop sur les enfants elfes et sang-mêlés victimes de l’anthropophagie des tribus gobelins…
SpoilerAfficher
Et au final Le monde libre est en ruines, à cause de ceux qui voulaient le sauver. Royce et Hadrian se sont fait menés par le bout du nez par Merrick Marius, donc tous leurs efforts et tous les sacrifices de leurs compagnons se sont révélés vains. Son Eminence Maurice Saldur et ses comparses triomphent : tous leurs ennemis sont dans la merde jusqu’au cou, et nos héros sont en prison ou en cavale. Et les bad guys se lolent tandis qu’ils planifient la mort de Modina Novronia.

Les derniers espoirs des défenseurs de la liberté reposent donc sur les épaules d’une femme de chambre adolescente et d’une jeune paysanne à moitié folle… On est mal barré hein ! A moins que… Justice Forever ? Vivement la suite ! ^^

En terme d’écriture, c’est un miracle car on est de plus en plus loin des maladresses des débuts de la série : au-delà du côté autodidacte de l’auteur, c’est là qu’on voit avec la différence entre des livres autoédités et des livres édité en bonnes et dues formes qui ont bénéficié d’un véritable travail de correction donc d’amélioration. Combien d’auteurs n’ont-ils pas eu la chance d’être ainsi épaulés (et d’avoir assez d’humilité pour accepte d’être épaulés) pour pouvoir progresser ?
Avec Riyria nous avons un cycle fantasy grand public qui s’améliore de tome en tome, en développant les personnages et l’univers et en amenant les enjeux à des niveaux plus élevés. Les néophytes et les gamers sont visés, et les easy readers devraient bien aimer. Michael J. Sullivan appartient bel et bien au courant de la Fantasy néoclassique !
Un 4 étoiles d’encouragement pour Tempête d’Émeraude.

PS : déjà agréablement surpris du virage qualitatif pris par la série, je ne m’attendais pas à ce que la suite gagne encore en qualité sans sacrifier au fun et à la coolitude, les deux marques de fabrique du cycle.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4318
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Toon » 27 août 2018, 21:34

alors mon avis sur le tome 1

j'ai carrément bien aimé ! Même si le monde est un peu classique (ya quand même 1 Nain et & 1 elfe ! seraient-ce des "pistes" pour plus tard ? ) et pas encore détaillé (mas l'annexe du tome 2 tendrait à prouver le contraire), il suffit juste d'1 ville, de ses environs et d'un pays voisin pour décrire un roman vraiment sympa où la politique tient le premier rôle.

Sullivan a inventé un duo qui serait beaucoup plus proche du Locke/Jean (la vulgarité en moins) de Scott Lynch que Fafhrd/Souricier gris de Fritz Leiber: Il y a encore un balaise et un nettement plus fluet très complémentaires: Si Hadrian est redoutable à l'épée, Royce est surtout compétent en déverrouillage des portes et des coffres.

Les personnages sont fouillées et il y a plein de petites anecdotes sur leurs vies passées qui les rendent très crédibles.

Mention particulière pour ce passage dans la prison d'Ershanadon très oppressant et original, juste à l'entrée de laquelle j'ai trouvé ce bel oeuf de paques: "j'ai entendu bien des contes rapportant que les nains avaient un faible pour les énigmes et qu'ils créaient parfois des clefs avec des sons ou des mots qui dévoilaient les issues une fois prononcé" (un clin d'oeil de l'auteur pour sa fille ?)
Image
Image

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Les Révélations de Riyria / Michael J. Sullivan

Message non lu par Albéric » 22 oct. 2018, 07:17

il suffit juste d'1 ville, de ses environs et d'un pays voisin pour décrire un roman vraiment sympa où la politique tient le premier rôle.
c'est la magie du cape et épée ! :chevalier:
dans ce tome on attend voir Errol Flynn débouler à tout moment ^^
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre