La Mythologie Viking / Neil Gaiman

Forum consacré au reste de la fantasy et au fantastique, avec notamment les oeuvres écrites par les célèbres J.K. Rowling, David Gemmell, J.-P. Jaworski, Michael Moorcock, David Eddings, Greg Keyes, Pierre Grimbert, Terry Pratchett, Alain Damasio, Roger Zelazny et bien d'autres encore.
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 534
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

La Mythologie Viking / Neil Gaiman

Message non lu par Dark horse » 11 oct. 2018, 13:32

Image
L’univers de Neil Gaiman est nourri par les légendes nordiques. Il revient à ses sources et nous raconte enfin la grande saga des dieux scandinaves qui l’ont inspiré pour son chef d’oeuvre "American Gods". De la genèse des neuf mondes au crépuscule des dieux et l’ère des hommes, ils reprennent vie : Odin, le plus puissant des dieux, sage, courageux et rusé ; Thor, son fils, incroyablement fort mais tumultueux ; Loki fils d’un géant et frère d’Odin, escroc et manipulateur inégalable… Fières, impulsives et passionnées, ces divinités mythiques nous livrent enfin ici leur passionnante – et très humaine – histoire.
Plusieurs petits contes ici, dont les 3 derniers s'enchaînent. Les acteurs principaux sont surtout Thor et Loki, assez fidèles aux diverses représentations qu'on peut voir d'eux en BD ou au cinéma, avec néanmoins plus d'ambiguïté concernant Loki. Odin est bien sûr central mais n'occupe pas souvent le premier rôle, à l'instar des autres (Frey, Freya, Heimdall, Hel, Balder, Tyr...) que l'on va croiser sans trop s'attarder.
Malgré le format très résumé du livre, Gaiman arrive à faire le tour de cette mythologie en nous présentant la genèse et l'arbre Yggdrasil. Puis, avec les différents contes, il nous narre les tribulations de certains dieux et géants ; des aventures toujours truculentes, souvent drôles et comme dit dans le quatrième de couverture, très humaines. Enfin, il termine le récit en nous narrant l'inéluctable Ragnarök :barbare: .
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre