[BD/Historique] Kersten, médecin d'Himmler

Section consacrée à la BD sous toute ses formes, principalement la fantasy bien entendu mais également la SF ou la bd traditionnelle
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 517
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

[BD/Historique] Kersten, médecin d'Himmler

Message non lu par Dark horse » 28 sept. 2016, 20:39

Image

BD éditée chez Glénat, en deux tomes, avec Patrick Perna au scénario et Fabien Bedouel aux dessins.
23 juin 1941. Un train blindé fonce dans la nuit vers le front de l’Est. À son bord : Heinrich Himmler avec sa garde rapprochée et tous les membres de ses services. Lors des séances de soin avec son médecin particulier, le docteur Félix Kersten, le Reichsführer a pris l’habitude de se confier, délivrant des informations capitales sur les plans secrets du Reich. Fort de sa position, Kersten se livre de son côté à un marchandage : en guise d’honoraires, il obtient la libération de prisonniers de guerre. Mais ce pacte avec le diable commence à intriguer Heydrich, chef de la Gestapo et bras droit d’Himmler, qui voit d’un mauvais œil la complicité entre le médecin et son patient. Il soupçonne Kersten d’être un agent allié infiltré...
Ce diptyque est passionnant à plus d'un titre. Tout d'abord un dessin agréable, fluide et maîtrisé. Un bel encrage qui fait ressortir la noirceur des décors et des uniformes. Puis, une narration sur deux époques, qui permet de décerner l'impact des événements.
Mais l'essentiel est de s'attarder sur la personnalité bienveillante et neutre de Kersten, qui est tiraillé entre son serment d'Hippocrate et ses valeurs humanistes.

Si vous êtes aussi ignorant que moi, vous découvrirez à cette lecture un personnage oublié aussi emblématique qu'Oskar Schindler.
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre