[Manga/science-fantasy] Takeru / Buichi Terasawa

Section consacrée à la BD sous toute ses formes, principalement la fantasy bien entendu mais également la SF ou la bd traditionnelle
Albéric
Annaliste
Messages : 1883
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Manga/science-fantasy] Takeru / Buichi Terasawa

Message non lu par Albéric » 28 mars 2016, 20:27

Image
Résumé :
Takeru, chasseur de primes excentrique, est considéré comme le meilleur guerrier que l’argent ne puisse acheter. Il n’a qu’un point faible : les femmes.
Arrivé dans la capitale de Yamato en compagnie de son assistant, il fait la rencontre de la Princesse du royaume et se retrouve impliqué dans une sanglante lutte de pouvoir.

Laissez-moi vous narrer des jours de grandes aventures, car il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... Takeru Ichimonji est un chasseur de primes au verbe haut et à l’incroyable gouaille qui vient chercher fortune et gloire au Royaume de Yamato, et après avoir été obligé d’exécuter sa principale cible Genta le marionnettiste il tombe successivement fou amoureux d’une jeune et belle inconnue, de la princesse du vent et la guerrière Hien. Et de fil en aiguille il se retrouve aux côtés des ninjas de Kurotora le Tigre Noir pour combattre contre la terrible sorcière Kaganjû et ses redoutables sbires : Genyôsai, Mashura et Ôgyokuka les chasseurs de l’ombre ainsi que le classieux mais redoutable Ryûôin Shôzanpû !

On pourrait avec raison croire à une variante de Space Adventure Cobra, mais ici le mangaka Buichi Terasawa passe à la moulinette des légendes du Pays du Soleil Levant et on retrouve les détournements des guerriers de Nara, des tribus Aïnou et Kumaso, de la reine-prêtresse Himiko et du prince Yamato. Ici le héros est à l’image de Gilgamesh, Achille, Cuchulain ou Siegfried : un formidable guerrier au regard sombre, l’épée au poing, aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies, prêt à fouler de ses sandales les trônes constellés de joyaux de la terre (refrain bien connu des amateurs de fantasy ! ^^)
https://www.youtube.com/watch?v=9oIWi3IK3RI[/video]
Ledit héros est qualifié d’haja, de poignard vivant, cad d’un guerrier n’ayant besoin d’autre arme que lui-même, et ici Takeru se bat littéralement avec des mots. S’il y a une parenté entre le Psychogun et le Kotodama la technique de l’esprit des mots, ce dernier concept s’avère d’une formidable plasticité visuelle et narrative : c’est difficile à expliquer et il faut plutôt le voir en action pour comprendre le truc. Disons que Takeru dispose d’un produit dérivé du Verbe divin : il peut transformer les concepts tracés sous forme d’idéogrammes en réalités bien tangibles…

Niveau univers c’est du 100% Buichi Terasawa : après le Sword & Planet d’Edgar Rice Burroughs, la science-fantasy de Michael Moorcock et le space opera à la George Lucas il nous régale avec un nouvel univers rétrofuturiste mélangeant magie et technologie… Un formidable pot-pourri avec lequel je me régale à chaque fois, et ici avec tous ces clins d’œil à des classiques de la Fantasy c’est champagne ! Mention spéciale au passage qui commence comme La Tour de l’éléphant, qui continue comme Indiana Jones et le temple maudit et qui finit par une scène du film connu de John Milius : Conan le barbare ! Tiens, je vais relire tout en écoutant du Basil Poledouris, rien que pour le fun !!! ^^

Niveau graphismes ça sent bon les comics des années 1980 : j’ai toujours dit qu’il y avait des influences comics chez l’auteur, mais ici cela m’a sauté aux yeux et on peut rapidement reconnaître des alter egos de Tornade, Malicia, Kitty Pride, ou de Lady Deathstrike et de Vipère… Le découpage est étonnamment classique mais avec un charadesign entièrement occidentalisé et une mise en scène très hollywoodienne, c’est très dynamique et on oublie qu’on est dans une bande dessinée et pas dans un film !
Et que serait un comic sans un bon sidekick ? Il est ici interprété par Bunbuku, un tanuki parlant faisant office de compagnon d’aventure, de moyen de transport et de placard interdimensionnel…

Un manga de 30€ c’est cher, mais ici l’édition de luxe réalisé avec soin par l’éditeur Isan Manga les vaut sans doute bien : planches entièrement colorisées, grand format 27 x 19 cm, couverture reliée, papier épais et une postface cool, fun et instructive de Florian Rubis. Que demander de plus ? La sortie du deuxième et dernier tome 2 au mois de mars peut-être…
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre