[Manga/SF] Cyborg 009 - Shotaro Ishinomori

Section consacrée à la BD sous toute ses formes, principalement la fantasy bien entendu mais également la SF ou la bd traditionnelle
Albéric
Annaliste
Messages : 1901
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Manga/SF] Cyborg 009 - Shotaro Ishinomori

Message non lu par Albéric » 03 juin 2015, 19:27

Image
Shotaro Ishinomori a écrit :« Au mépris des volontés pacifistes venant du monde entier, aujourd’hui encore, quelque part, des coups de feu retentissent, le sang coule et des hommes meurent. Et certains se délectent de ces bruits, s’abreuvent de ce sang et se nourrissent de ces morts afin d’engraisser encore et encore : les marchands de morts… C’est pour les vaincre que j’ai créé Cyborg 009 et ses huit compagnons. »
Et il a bien fait, créant ainsi un shonen humaniste qui en plus des années 1960 a marqué plusieurs générations de lecteurs/spectateurs.

Shotaro Ishinomori est un monstre sacré de la planète manga : fils spirituel d’Osamu Tezuka, auquel il a beaucoup emprunté, et père spirituel de Go Nagai, qu’il lui a beaucoup emprunté, il est l’auteur de pas moins de 770 œuvres dont les légendaires Cyborg 009, Kamen Rider et San Ku Kaï (vous savez, le Starwars nippon ^^)… S’il est le père fondateur de toutes les séries live tokusatsus, il est aussi l’auteur d’une formidable histoire du Japon en 55 tomes.

Cyborg 009 raconte l’histoire de 9 jeunes gens venant de pays différents qui vont être doté de pouvoirs différents par un syndicat industriel et financier chapeauté par l’organisation mafieuse Black Ghost et présidé par le mystérieux Skull. Prototypes d’une nouvelle génération d’armes de destruction, c’est sous la houlette du professeur Gilmore qu’ils vont se rebeller contre leurs créateurs pour se mettre au service de l’humanité.
001 : à Ivan Whisky l’enfant russe la super intelligence et les pouvoirs psychiques
002 : à Jet Link, le voyou du West Side new-yorkais (remember la comédie musicale culte ^^), la super vitesse et le vol
003 : à Françoise Arnoul (hommage à l’actrice du même nom) l’étudiante française, les super sens (c’est Super Jaimie 15 ans avant l’heure ! ^^)
004 : à Albert Heinrich, qui a perdu sa fiancée en passant le Mur de Berlin, les armes à feu et les armes blanches intégrées
005 : à Geronimo Jr, le fier amérindien qui veut défendre les siens, la super force et la super résistance
006 : Chang Changku, le paysan chinois ruiné par le Grand Bond en Avant, la maîtrise du feu
007 : à Great Britain (forcément ! ^^), l’acteur anglais cabossé par la vie, le pouvoir de polymorphie
008 : à Pyunma, le rebelle kenyan écologiste, la maîtrise du milieu aquatique (un Namor black quoi ! ^^)
009 : à Joe Shimamura, le métis japonais rejeté par les siens, les capacités de combat améliorés de ses camarades (dans l’anime culte des seventies Gatchaman, il y a un héros métisse qui s’appelle Joe aussi : cela ne doit pas trop être fortuit ! ^^)
Si la série emprunte à Amazing Stories pour le côté SF et à James Bond pour côté intrigue (ben oui, les matricules double zéro viennent de là ! ^^), le mangaka possède 10 ans d’avance sur l’Homme qui valait 3 milliards et les fabuleux X-Men de Chris Claremont ! A bord de leur sous-marin refuge, ces cyborgs vont sillonner le monde entier pour lutter contre les courtiers du chaos, les rentiers du néant et toutes les Bêtes Immondes issues de leurs créations… Le Capitaine Nemo de Jules Verne peut reposer en paix, Shotaro Ishinomori lui a offert de courageux héritiers !
A la même époque, chez DC et Marvel les superhéros milliardaires luttaient encore contre les super braqueurs de banque, mais ça c’était avant que le rêve américain ne soit euthanasier par les forces occultes de la crevardise…

Après artistiquement, difficile d’échapper à l’influence d’Ozamu Tezuka le père fondateur du manga, et on sent très rapidement le style cartoon et ses guimmicks des premières œuvres d’Hergé (Tintin), de Carl Barks (Picsou) ou d’E. C. Segar (Popeye)… C’est finalement aussi la voie que suivra plus tard Akira Toriyama en puissant à fond dans les œuvres de Tex Avery et Chuck Jones. Il n’empêche qu’il y a pas mal de planches mettant en scènes les super pouvoirs de 009 qui sont d’une belle modernité, annonçant les œuvres de Go Nagai qui ont révolutionné la planète manga dans les années 1970. Bien sûr, si vous êtes allergiques aux dessins vintage, passez votre chemin hein car je ne vous oblige à rien ! Personnellement, je ne remercierai jamais assez Glénat d’avoir offert à ce manga culte et humaniste une belle réédition dans sa collection Vintage.

https://www.youtube.com/watch?v=r5DwEjYxPhM[/video]
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre