[BD] La Complainte des Landes Perdues - Jean Dufaux

Section consacrée à la BD sous toute ses formes, principalement la fantasy bien entendu mais également la SF ou la bd traditionnelle
Avatar du membre
Cymoril
Sorcier
Messages : 2983
Enregistré le : 15 nov. 2004, 16:39

[BD] La Complainte des Landes Perdues - Jean Dufaux

Message non lu par Cymoril » 09 févr. 2009, 19:18

Série pour le moment composée de deux cycles :
Celui sur Sioban : 4 tomes (publiés dans les années 1990)
Le nouveau : Les chevaliers du Pardon (qui devrait compter aussi 4 tomes mais qui est en cours de publication)

Il est une contrée oubliée qui s'est forgée au gré de légendes et de mythes... l'Eruin Dulea. Une jeune princesse, Sioban, y a perdu son père alors qu'elle était encore enfant et voit sa mère accepter d'épouser le frère de celui-ci, le maléfique Lord Blackmore. Héritière de l'antique lignée des Sudennes, dotée d'un tempérament pour le moins volontaire, Sioban va tenter de reconquérir la couronne de ses aïeux même si pour cela, elle doit croiser la route du mage Betlam, celui-là même qui assassina son père.

Après ce résumé intrigant, mystérieux et qui, selon toute vraisemblance, vous poussera à courir dans une librairie acheter l'intégrale de la série, venons-en à la critique. J'aime beaucoup cette série. Je l'avais lu étant gamine et forcément, celle-ci possédant ce qu'il faut d'aventure épique, de drame, d'histoires d'amour en tous genres et un brin d'humour par ci par là, j'avais adoré. Mon amoureux ayant acheté les deux premiers tomes du nouveau cycle (qui, malgré des apparences trompeuses, se passe une vingtaine d'année avant celui consacré à Sioban), je me suis replongée dans cette histoire avec délices. Ce n'est pas par hasard que, en tant qu'auteur dans le titre, j'ai mis seulement le scénariste. D'une part, c'est lui qui a donné une solide cohérence à l'ensemble en développant un univers à la sauce celtique mais très original mais d'autre part, les dessinateurs ont changé : on passe de Rosinski (à ses débuts) pour le 1er cycle à Delaby (inconnu au bataillon en ce qui me concerne jusqu'à ce que je lise son nom sur la couverture). Personnellement, j'ai une nette préférence pour le second. C'est peut-être dû à ça mais Les chevaliers du pardon me paraît bien plus sombre, mature et étoffé.

Pour illustrer le changement de dessinateur :
Rosinski
Image
Delaby (pas la plus belle planche) :
Image

Bon, vu que c'est un classique, j'imagine que tout le monde connait mais sait-on jamais...

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: B.D. La complainte des landes perdues / Jean Dufaux

Message non lu par arsenie » 09 févr. 2009, 19:39

Cymoril a écrit :
Bon, vu que c'est un classique, j'imagine que tout le monde connait mais sait-on jamais...
eh non, je n'y connais rien! :roll:
mais vos infos ne sont pas perdues : j'investis pour neuveux/nièces :wink:
toujours avec succès! 8) merci
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Avatar du membre
Darkstar
Asservi(e)
Messages : 3357
Enregistré le : 05 janv. 2006, 17:02
Lecture du moment : Le Sentiment du Fer
Localisation : Front de l'est
Contact :

Re: B.D. La complainte des landes perdues / Jean Dufaux

Message non lu par Darkstar » 09 févr. 2009, 21:42

J'ai un (ou deux) tome(s), c'est plutôt bon. Je conseille... ;)
"When you play the game of thrones, you win or you die, there is no middle ground." Cersei Lannister
Phnglui mglw nafh cthulhu r'lyeh wgah nagl fhtagn.
"Et c'est ainsi, par la petite porte, que je m'introduisis dans la famille du Podestat." Benvenuto

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3535
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: B.D. La complainte des landes perdues / Jean Dufaux

Message non lu par tam-tam » 10 févr. 2009, 09:26

j'ai beaucoup aimé les 4 premiers tomes. rosinski est un excellent dessinateur, en plus l'histoire est fantastique et ne tombe pas dans le piège du happy end.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Répondre