Merlin - 1998 - Steve Barron

La fantasy au cinéma, un mariage pas souvent réussi mais qui offre parfois des chefs d'oeuvres comme le Seigneur des Anneaux, Conan le Barbare et autres Willow
Avatar du membre
Gregor
Sorcier
Messages : 5809
Enregistré le : 09 févr. 2004, 14:20
Lecture du moment : Hypérion
Localisation : Seine et Marne
Contact :

Merlin - 1998 - Steve Barron

Message non lu par Gregor » 24 oct. 2012, 13:49

Le film débute quand la reine Mab prend peur face à la montée du christianisme. Elle décide alors de créer un magicien aux pouvoirs surpuissants pour guider le peuple vers « les anciennes voies ». Merlin est né de la magie, sans père mortel. À sa naissance, sa mère décède et Mab vient le chercher. Seulement la sage femme - qui méprise les anciennes voies qu'elle juge cruelles - la défie en lui faisant comprendre qu'elle n'a pas la patience, ni l'étoffe d'une mère. Mab accepte qu'elle l'élève jusqu'à ce qu'il soit prêt pour apprendre. Le temps passe, le jeune homme apprend de sa tante d'écouter avant tout son cœur. Merlin rencontre Nimueh dont il tombe éperdument amoureux. Il lui sauve la vie, et c'est à ce moment qu'il découvre ses pouvoirs. Mab le fait venir dans son pays magique et Friks, l'assistant de Mab, lui enseigne la magie. Il y a trois stades de magie, et Merlin n'ira pas au-delà du deuxième : faire de la magie avec ses mains. Mais sa tante lui manque et il n'a pas envie de devenir un puissant magicien. C'est alors que La dame du Lac lui révèle que Mab a laissé sa mère mourir. Le jeune homme s'enfuit chez lui, et découvre Mab devant sa tante mourante. Cette dernière voulait que la vieille femme persuade Merlin de pratiquer la magie, mais celle-ci refuse. Merlin couve une haine contre Mab. À partir de là, il prête serment de ne se servir de sa magie que pour détruire Mab.
Image
Ma bibliothèque : viewtopic.php?f=9&t=4351

Avatar du membre
Gregor
Sorcier
Messages : 5809
Enregistré le : 09 févr. 2004, 14:20
Lecture du moment : Hypérion
Localisation : Seine et Marne
Contact :

Re: Merlin - 1998 - Steve Barron

Message non lu par Gregor » 28 févr. 2013, 20:39

voilà finis à l'instant. Alors que dire. Déjà le scénar est en grande partie idem d'excalibur de Boorman ou du bouquin qui a inspiré celui ci si on veut.

Visuellement c'est plutôt honnêtes avec même parfois de très bon FX (et aussi des mauvais mais ça c'est attendu). Sam Neill joue pas mal mais on connait le bonhomme. Le casting féminin est correct dans l'ensemble (même très correcte avec cersei en guenièvre brune pas mal ;)) Le casting masculin bien moins notamment arthur qui a une tête d'ado (pratique pour la période sur se jeunesse mais beaucoup moins quand il est plus âgé et barbu, barbe qui fait vieux postiche moche). Le doublage VF est honnête hormis la voix ashmatique de la reine mab, ou tuberculeuse plutôt.

Mais bon 3 heures pour ça c'est long quand même. On s'ennuie surtout que le scénar est connu d'avance si on connait les légendes arthuriennes même avec les inventions de cette version. Quelques touches d'humour de ci de là. Mordred est ma foi pas mal dans ce registre.

bref pas grand chose à en redire. Je le conseille pas vraiment dans le sens où ça n'apporte rien, mais c'est pas non plus à fuir.
Ma bibliothèque : viewtopic.php?f=9&t=4351

dark schneider
Sergent
Messages : 123
Enregistré le : 06 nov. 2012, 22:57

Re: Merlin - 1998 - Steve Barron

Message non lu par dark schneider » 28 févr. 2013, 22:13

Moi, j'avais beaucoup, beaucoup aimé quand il avait été diffusé ce soir de noël 98. Et j'ai toujours beaucoup aimé à sa rediffusion. Plus d'ailleurs que le Excalibur de John Boorman. Alors c'est sur que si je le reverrai aujourd'hui je n'aurai sans doute pas le même avis car les FX ont sans doute pris un coup de vieux (bien que j'en garde un bon souvenir) et qu'il doit y voir des longueurs. Mais je me souviens très très bien de la performance de Sam Neill : je l'avais trouvé tout à fait excellent, et ça ça ne vieillis pas. Il y a de l'émotion dans ce Merlin, bien plus que dans celui de Boorman (trop grandiloquent et théâtrale, et ultra daté sur la forme).

Répondre