Skin Trade

Riverdream, le voyage de Haviland Tuf et tout le reste autour de l'auteur
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3612
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Skin Trade

Message non lu par tam-tam » 13 janv. 2012, 09:03

Je ne sais pas ce que ça vaut mais un nouveau Martin c'est toujours une bonne nouvelle :)
Editions Actu SF
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Bran Noircorbac
Sorcier
Messages : 2690
Enregistré le : 21 janv. 2005, 22:29
Localisation : Elsass
Contact :

Re: Skin Trade

Message non lu par Bran Noircorbac » 23 mai 2012, 08:43

Une bonne nouvelle, c'est le mot! Malgré une fin que j'ai trouvé un peu expédiée, ce récit d'environ 200 pages nous plonge dans l'ambiance d'un polar fantastique réjouissant. Tout y est : morts mystérieuses, privé tourmenté, ville rouillée...
Le style est comme d'habitude un plaisir, et le sens du récit de l'auteur fait merveille.
Chapitre des défauts, comme je l'ai dit, une fin qui m'a laissé sur ma faim, mais c'est aussi le problème de la nouvelle bien écrite : on en voudrait plus!
Votre talent [lecture de textes vains] vient d'augmenter d'un point

Albéric
Annaliste
Messages : 1973
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Skin Trade

Message non lu par Albéric » 17 août 2013, 11:03

La novella cela a toujours été un format bâtard : sans surprise on se retrouve avec une nouvelle trop longue et un roman trop court, mais pire encore une histoire divisée en 2 parties tellement différentes dans la forme que j’ai eu l’impression que 2 auteurs différents étaient derrière elles…
Je soupçonne carrément Martin d’avoir recyclé un script refusé pour la télévision tellement on sent le storyboarding dans le découpage des paragraphes est les coupures pub dans les twists et les cliffhangers.
Et dans le même genre et le même exercice de style un Neil Gaiman fait bien mieux, ne serait qu’avec son Neverwhere écrit quelques années plus tard.
Peut-être que les fantaisix vont s’extasier sur l’originalité du mélange des genres, mais les vrais amateurs du genre savent qu’on fait cela depuis des lustres (cf. Edgar Poe 1809-1849 !).
Reste l’habillage hard boiled vraiment très plaisant, mais qui fait village de Potemkine.


La 1ère partie est dense, confuse avec des phrases très courtes typiquement hard boiled donc.
On se retrouve dans une ville décrépie du Rush Belt anéantie par la dérégulation reaganiennes (avec des piques très drôle sur la très inefficace libéralisation des télécoms et la paire de ciseaux qui met fin à l’addiction aux cartes de crédit mise en place par des banques-dealers maffieuses).
On suit en parallèle les investigations de l’agent de recouvrement Willie Flambeau, qui a toute les clés de l’intrigue, et de la détective privée Randi Wade, qui doit découvrir lesdites clés.
Evidemment on retrouve tous les archétypes du roman noir : le magnat louche et sa parentèle qui ont fait main basse sur la ville, les politiciens complices, les flics complices, les journalistes complices, les nombreuses victimes du système…
Evidemment les affreux crimes du présent renvoient aux affreux crimes du passé…
On se prend rapidement au jeu une fois qu’on a identifié les personnages et les ressorts de l’intrigue, ce qui n’était initialement pas si facile que cela au départ tellement on enchaine les scènes sans rien expliquer du tout.

Force est de reconnaître que G. R. R. Martin n’a jamais été un grand styliste : ce n’est pas moi qui le dit, c’est les critiques et les lecteurs anglo-saxons. Mais il est ultra efficace pour camper un personnage, un cadre ou une ambiance en quelques pages : là réside sa très grande force d’où son intérêt pour les nouvelles et l’intérêt de ses nouvelles !
Il suffit de comparer la prose de ce Skin Trade à la traduction du TdF par Jean Sola pour s’en apercevoir…

Avec la 2e partie les phrases et les paragraphes s’allongent et la prose se pose alors même que l’histoire s’accélère et que l’action se densifie : on entre dans le page turner et c’est tant mieux.
Les personnages remettent en place les pièces de l’intrigue, mais on ne peut pas le faire en même temps qu’eux tellement ladite intrigue était initialement mal fagotée, à l’image du concept de Chasseur qui offre un dénouement plutôt frustrant (bonjour les incohérences scénaristiques si on se donne la peine de prendre un peu de recul pour réfléchir aux fausses pistes).

Et pour l’anecdote, je me demande si G. R. R. Martin n’a pas inventé le « paranormal porno » ?
SpoilerAfficher
Franchement ce petit gros entre 2 âges quadra qui transforme une adolescente vierge paraplégique en lycanthrope pour niquer comme des bêtes sous forme de bêtes… sans commentaire !



Une novella très agréable et très vite lue, idéale pour se remettre le pied à l’étrier littéraire, mais aucunement mémorable car finalement assez inaboutie (sans même parler de la concurrence).
Cela aurait pu (du ?) être un bon roman et cela aurait donné un bon épisode d’Au-Delà du Réel, de Supernatural ou de Grimm sinon un très bon film mais le World Fantasy Award a été généreux cette année là pour le récompenser d’un titre prestigieux.
Mettons les choses au points (car « titre essentiel » « œuvre majeure » c’est assez fumé quand même !)
- pour un connaisseur de polar, peu d’originalité : c’est sympa sans plus
- pour un connaisseur de fantastique, peu d’originalité : c’est sympa sans plus
- le mélange des genres est efficace, mais pour les connaisseurs de l’œuvre de Neil Gaiman vont trouver cela très léger sur le fond comme sur la forme.
(le très sympathique Willie Flambeau le lycanthrope asthmatique va vite quitter mon imaginaire, alors que j’ai toujours en tête Gros Charlie coincé entre un patron voyou et la vengeance du Dieu-Tigre)
- et ceux qui le qualifient de précurseur de la fantasy urbaine connaissent bien mal l’histoire du genre… Mais comme pour eux les genres n’existent pas, cette inculture est assez logique.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Fabien Lyraud
Porte Etendard
Messages : 606
Enregistré le : 25 déc. 2012, 20:13
Localisation : St Léonard de Noblat
Contact :

Re: Skin Trade

Message non lu par Fabien Lyraud » 18 août 2013, 19:06

- et ceux qui le qualifient de précurseur de la fantasy urbaine connaissent bien mal l’histoire du genre… Mais comme pour eux les genres n’existent pas, cette inculture est assez logique.
Il y a eu Poul Anderson avant avec Operation Luna et Operation Chaos, deux romans inédits en français me semble-t-il. Mais la fantasy urbaine en 1982 il ne devait pas y en avoir pléthore. Ca c'est sur. Donc c'est une demi vérité.

Albéric
Annaliste
Messages : 1973
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Skin Trade

Message non lu par Albéric » 18 août 2013, 20:06

Fabien Lyraud a écrit :
- et ceux qui le qualifient de précurseur de la fantasy urbaine connaissent bien mal l’histoire du genre… Mais comme pour eux les genres n’existent pas, cette inculture est assez logique.
Il y a eu Poul Anderson avant avec Operation Luna et Operation Chaos, deux romans inédits en français me semble-t-il. Mais la fantasy urbaine en 1982 il ne devait pas y en avoir pléthore. Ca c'est sur. Donc c'est une demi vérité.
La novella est de 1989 : les vampires d'Anne Rice pour ne citer qu'eux sont passés avant Skin Trade.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre