Tome 8 : Elle est les Ténèbres

Ici tout ce qui se rapporte directement à la Compagnie Noire
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 535
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Tome 8 : Elle est les Ténèbres

Message non lu par Dark horse » 20 déc. 2016, 22:02

Image


La mort est aveugle, elle emporte aussi bien les hommes que les femmes et les enfants. Elle emporte aussi bien les insouciants que les obstinés. Elle emporte ceux qui embrassent la vie comme ceux qui la défient. Joueuse, elle emplit les âmes de doute et instille la folie. Elle semble indifférente, mais elle n'oublie jamais de graver dans les cœurs les plus féconds les tourments inconsolables du deuil.

La Compagnie noire s'est installée dans le palais royal, à Taglios, d'où elle peut organiser son assaut contre les forces d'Ombrelongue. Ils y planquent leur meilleur atout, le comateux Fumée. Toubib ne fait pas les choses à moitié et prend le temps de cuisiner quelques prisonniers avant d'établir son plan de bataille. Il en demande beaucoup à Murgen pour que celui-ci chevauche de plus en plus le fantôme afin d'espionner plus précisément les lignes ennemies. Murgen prend du plaisir à batifoler hors de son corps, y trouvant un échappatoire à la perte de sa bien aimée. Libre à lui de survoler les contreforts de la douloureuse Dejagore, les ruines récentes de Kiaulune, la forteresse de Belvédère, mais Fumée rechigne à aller plus loin au sud, le transportant illico au diable vauvert. A chaque fois, le réveil est douloureux pour Murgen, il crève la dalle et meurt de soif.

Pendant que Madame consolide les positions toujours plus au sud, Toubib décide de faire bouger toute la smala et d'aller rejoindre sa belle. L'équipe emporte Fumée à bord d'un chariot sous la bonne garde du plus valeureux et du plus digne de confiance de la compagnie, Qu'un Oeil...
Le boulot abattu par Madame reflète son talent inné et sa compétence acquise au fil des siècles. Les troupe de l'ombre sont traquées et repoussées sans relâche malgré les brillants efforts de Mogaba, devenu un des généraux d'Ombrelongue.

Le tyran fulmine en même temps qu'il se décompose devant toutes les déconvenues. Il espère compter sur ses alliés, mais Mogaba a seulement pour but de détrôner Toubib, le Hurleur a pour seul objectif de se venger, la Fille de la Nuit ne vit que pour permettre l'Année des crânes, et la dernière alliée est insondable, changeant de raison comme de visage.

Le plus gros problème de la Compagnie, ce sont les ombres. Elles se faufilent, tels des serpents invisibles qui inoculent leur venin au résultat garanti. Mais Madame a trouvé la parade, une nouvelle arme qui apportera peut être la lumière à ces saletés d'ombres rampantes. Malgré tout, Mogaba résiste, même séparé de son allégeance au Maître d'ombres il continue de mettre des bâtons dans les roues de Toubib, son meilleur ennemi.

Murgen, lui, continue ses expéditions, au gré de sa santé... Il en vient même à rêver de ses chevauchées à travers des cauchemars le menant dans des cavernes aussi glacées que les hôtes qui y demeurent. Des personnages aux allures familières trônent éternellement dans ces cocons frigorifiques. Mais chaque fois qu'il s'y aventure, une menace plus sombre que les ténèbres l'écrase de son imposante domination.
J'étais presque arrivé au fourgon quand le royaume ectoplasmique s'est empli d'une puanteur innommable, comme si on avait ouvert d'un seul coup de pied tous les tombeaux de l'univers. Jusque-là, je n'avais guère eu l'occasion de flairer beaucoup d'odeurs dans ce monde, et aucune n'arrivait à la cheville de celle-là. "
Un jour, la Compagnie noire remonterait cette route. Nul ne l'empruntait jamais, mais nous le ferions. C'était la route du Khatovar. La route qui nous ramènerait à notre point de départ.
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Avatar du membre
Gregor
Sorcier
Messages : 5574
Enregistré le : 09 févr. 2004, 14:20
Lecture du moment : L'épée de la Providence
Localisation : Seine et Marne
Contact :

Re: Tome 8 : Elle est les ténèbres

Message non lu par Gregor » 21 déc. 2016, 09:11

le khatovar se rapproche pour toi .... ou pas

:D

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3559
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Tome 8 : Elle est les ténèbres

Message non lu par tam-tam » 26 déc. 2016, 11:31

La route est encore longue quand même...Et semée d'embûches... :twisted:
Tiens Dark Horse, une nouvelle paire de rangers pour toi. T'en auras besoin soldat!!
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 535
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: Tome 8 : Elle est les Ténèbres

Message non lu par Dark horse » 26 déc. 2016, 12:19

J'y arriverai :D , plus que deux bons pavés mais des pavés de qualité et surtout complètement trippants !
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre