Antiqu'idées / Collectif

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Albéric
Annaliste
Messages : 1973
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Antiqu'idées / Collectif

Message non lu par Albéric » 07 août 2016, 20:05

Image
Résumé d'Antiqu'idées :
Après Histoires d’aulx, U-chroniques, Riposte Apo, Total Chaos, Rétro-fictions et Star Ouest, l’association imaJn’ère vous propose une nouvelle anthologie thématique !
Réalisée à l’occasion du sixième salon ImaJn’ère, le salon de la Science-Fiction et du Policier d’Angers où de plus en de plus d’auteurs de l’imaginaire francophone se réunissent chaque année, l’anthologie Antiqu’idées explore tous les aspects bien connus de l’Antiquité, par le biais de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique et d’une pointe de polar.
Que pouvons-nous trouver comme idées neuves en refouillant l’Antiquité ? Revisiter un passé déjà connu, imaginer un futur plus rose ou tout simplement plonger dans l’Histoire antique pour le plaisir des yeux et des sens, voilà le programme d’Antiqu’idées. Quinze auteurs ont imaginé des histoires originales mettant en scène des éléments ou des personnages antiques, pour bousculer nos connaissances et rappeler que l’Histoire peut être vue autrement, voire même revécue.
De la Guerre de Troie à la Cimmérie, en passant par l’Égypte, Carthage et les confins bien connus de notre héritage gréco-latin, ces quinze nouvelles s’attachent à nous conter gaiement notre besoin de combat épique, de voyage au lointain et de quête de nos racines.
Textes de :
Estelle Faye, Eva Simonin, Fabien Clavel, Olivier Boile, Justin Hurle, Brice Tarvel, Myrtille Bastard, Isa3elle Arnoult, Jean-Hugues Villacampa, Arnaud Cuidet, Pierre-Marie Soncarrieu, Patrice Verry, Romuald Herbreteau, Jérôme Verschueren, Lionel Davoust


J’avais une envie de peplum, et l’ami Dionysos89, alias Denis Piel, actif blogueur et éminent babeliote, me propose de me lancer dans le nouveau recueil du Salon ImaJn’ère d’Angers. Vous imaginez bien que j’ai sauté sur l’occasion… blink


Estelle Faye, La Maison des Vignes
SpoilerAfficher
Alors qu'un groupe d'amis luttent contre une nouvelle étape de l’euthanasie de l’éducation publique française, l'un de membres du groupe expatrié dans les Causses semble sombrer dans l'ivresse et la folie (ou la folie de l'ivresse ?). Nous avons là une nouvelle fantastique simple mais soignée, assez proche de la littérature épistolaire par ailleurs, qui respectent tout les codes du récit lovecraftien, la noirceur et le pessimisme en moins (encore que tous les récits lovecraftiens ne soient pas tous noirs et pessimistes).
J'avais déjà noté dans d'autres critiques les appétences lovecraftiennes de la merveilleuse Estelle Faye, mais en les associant ici à un récit d’ambiance à la fois mélancolique et régionaliste on converse avec les mânes de quelques belles figures de la littérature française et j'ai presque senti le fantôme de Maupassant regarder par-dessus mon épaule... Bref, un très bon démarrage pour le recueil.


Eva Simonin, Rivages
SpoilerAfficher
Un petit thriller mettant en scène la contrôleuse qualité Callia, prise au piège de simulations 5D des récits homériques... Une jolie nouvelle à chute ayant pour thème les niveaux de réalité et les niveaux de virtualité, donc bravo à Eva Simonin d’avoir réussi l’exercice de style.


Fabien Clavel, Deux fois vainqueur traverser l'Achéron
SpoilerAfficher
On nous raconte le mythe d’Orphée à travers les yeux d’Eurydice, tout en revisitant joliment les grands classiques de la culture zombie… Mmythologie + zombie : mais quelle bonne idée, et le tout en vers s’il vous plait ! J’ai toujours du mal à rentrer dans les univers de l’auteur, mais ce qu’il fait est toujours intéressant sur le fond et impressionnant sur la forme.


Olivier Boile, Le Rêve du pont Milvius
SpoilerAfficher
Certains partent de l'Histoire pour nous conter une uchronie, d'autres partent de l'uchronie pour nous conter l'Histoire. C'est le cas ici de la belle nouvelle du sympathique Olivier Boile, qui part du califat mondial du XIVe siècle après la Révélation du Prophète Mohammed (remember « Caliph » dans GURPS Alternate Earths 2 ^^) pour traiter de la bataille entre Constantin et Maxence au Pont Milvius... Avec la victoire de Constantin, le christianisme devenait la religion d’État de la première puissance mondiale de l'Antiquité, passant ainsi du statut de secte dérivée du judaïsme à celui de religion universelle. Il y a des allers-retours entre le présent et le passé et force est de constater que les passages peplum ont de la gueule, me rappelant au bon souvenir du film Constantin le Grand (réalisé par Lionello de Felice en 1960, avec Mario Nascimbene aux partitions musicales)...
Et mention spéciale à l'auteur frankistanais ayant écrit Les Trois Janissaires et Les Sultans maudits... mdr ! ^^


Justin Hurle, Ponce, Pilate, ponce !
SpoilerAfficher
L'Exode, aka la fuite des Hébreux d’Égypte, est passé à la moulinette d'un humour délirant. Ça part dans tous les sens, et cela n'hésite pas à tout sacrifier pour le plaisir d'un bon mot ou d'une situation cocasse. Dans le genre c'est réussi, mais je n'ai jamais été super fan des grosses pochades à la Terry Pratchett : sur 20 pages je suis amusé, sur 200 pages j’aurais vite été saoulé...


Brice Tarvel, Le Tombeau de Calypso
SpoilerAfficher
Après un naufrage, Ulysse est recueilli aux Colonnes d’Hercule par une indigène qui lui indique qu’il est à Gibraltar et qu’il est sûrement un touriste frappé d’amnésie… L’idée d’Ulysse naufragé temporel est séduisante, mais elle est à peine exploitée et du coup, du coup je n’ai pas compris l’intérêt de cette histoire de magicienne qui en dehors de ses parties de jambe en l’air rajeunissantes vit en ermite immortelle sur son île déserte.


Myrtille Bastard, Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies
SpoilerAfficher
Une nouvelle à chute largement humoristique qui ressemblerait presque à la version téléachat du Bazaar du Bizarre (remember Le Cycle des Epées de Fritz Leiber) avec cette histoire de divinités sur mesures dans un univers où à triomphé le roman way of life. Le résultat est assez sympathique.


Isa3elle Arnoult, Âheli ou la mémoire enfouie
SpoilerAfficher
Une nouvelle efficace en trois temps :
- une introduction archéologique
- un développement prenant la forme d’un récit d’ambiance se déroulant dans la vallée de l’Indus à l’époque où celles du Nil, de l’Euphrate et du Tigre connaissaient la naissance et le développement des civilisations égyptiennes et sumériennes
- une chute SF, qui rappelle Cal de Ter de P.-J. Hérault donc pour moi l’époque des jeux de simulation à la Populus, Powermonger, Megalomania, Civilization et tutti quanti (et oui, ça ne me rajeunit pas tout ça ! les nouvelles générations trouveront sans grande difficulté leurs équivalents actuels)
Encore un exercice de style réussi.


Jean-Hughes Villacampa, Quid Novi Medice
SpoilerAfficher
Avec un récit intitulé « Quoi de neuf docteur ? », je m'attendais à un nouveau gros délire... Oui mais non, on revisite la Guerre des Gaules en expliquant les victoire finale de César par l'intervention de super-héros disposant de super résistance, super force, supers sens et super intelligence parmi les cavaliers germaniques alliés (l'amateur de comics s'amusera à retrouver leurs équivalents chez DC / Marvel Comics ^^). L'idée est cool est fun, mais la force du récit vient plutôt des scènes de bataille racontées à la première personne, détaillées et documentées, vivantes et immersives... Finalement, dommage que la nouvelle soit aussi courte !


Arnaud Cuidet, Carthage !
SpoilerAfficher
Dans ce récit plus proche de Druillet que de Flaubert, tout n'est qu'allégorie dans l'opposition entre Salammbô prêtresse de la lune et championne de Carthage et Scipion guerrier du soleil et champion de Rome. Il n’y pas de fond, et on s’en fout royalement car entre science et magie, c'est un festival pyrotechnique digne d'un blockbuster hollywoodien… Ironman peut aller se rhabiller, et ici Arnaud Cuidet n'a pas grand-chose à envier à Dan Simmons et Javier Negrete !
C'est la nouvelle que j’ai le plus kiffé dans ce recueil, parce que la novellisation de baston superhéroïque c’est un exercice de style vraiment pas facile du tout finalement, donc je vais désormais suivre l'actualité de l'auteur... blink


Pierre-Marie Soncarieu, Boadicée
SpoilerAfficher
Il y a une vraie hétérogénéité entre les dialogues qui m’a paru moyens car artificiels et les descriptions du destin de Boadicée qui sont d’une autre qualité. Que voulaient le dieu Cernunos et le serviteur de Dagda ? Je n’en sais rien, par contre j’ai bien vu où en voulait en venir l’auteur en montrant une Churchill antique qui n’a que du sang et des larmes à offrir à son peuple et qui va s’échiner en vain contre son destin. Oui, on lui montre son avenir pour qu’elle se sacrifie et que son souvenir inspire les générations futures. On nous montre donc par avance la construction d’une légende nationale (un peut comme ce que faisait Virgile dans l’Enéide), mais franchement les liens entre les rebelles celtes d’Icénie et les aristocrates loyalistes de la City ne m’ont pas sauté aux yeux… Rendez-moi Michael Moorcock, David Gemmell et Manda Scott !


Patrice Verry, Discorde
SpoilerAfficher
Une réécriture du jugement de Paris qui au-delà du pitch de SF tient à 75 % de Sex and the City et à 25 % de Save me Pythie. Une nouvelle à chute sympathique certes, mais je n'ai pas plus apprécié que cela en dépit du recours à un humour volontiers coquin...


Romuald Herbreteau, Une Histoire Tauride
SpoilerAfficher
Bon OK, sur un chantier de fouille en Crimée on nous assistons à un tsunami spatio-temporel qui réécrit notre réalité pour la modeler sur l’imaginaire de R.E. Howard au grand dam des agrégés d’histoire victimes d’une épidémie de suicides. Mais pour le reste je n’ai pas compris l’opposition entre chiens mutants russes à la solde de Vladimir Poutine et chats mutants défendant la cause ukrainienne… ni les liens éventuels avec les films de Christopher Nolan (Inception ?) et avec les livres des frères Strougatski (Stalker ?). En fait, je ne sais vraiment pas quoi penser de cette nouvelle New Weird.
Petit aparté : pourquoi c’est les livres les plus intellectualistes des frères Strougatski qui ont été traduits, et pas ses œuvres les plus populaires qui ont eu droit à moult adaptions en films et en jeux vidéos (parce que Prisoners of Power, où sont renvoyés dos à dos communisme, fascisme et capitalisme c’est quand même quelque chose hein !) ? Ah oui, j’oubliais qu’on était en France…


Jérôme Vershueren, L'Immortel et l'Assassin
SpoilerAfficher
Il s'agit d'un pastiche de Star Wars avec des épées lumière, Palpatine, Dark Vador et Luke Skywalker transposés dans la Chine du Premier Auguste Empereur ! Du coup on passe de la fantasy parodique au conte philosophique entre le Kaamelott d'Alexandre Astier et La Magnificence des oiseaux de Barry Hughart. C'était amusant, mais je n'aime pas trop qu'on tourne en dérision les mythes fondateurs de l'humanité (ici en l’occurrence, l'universelle quête du héros aux mille et un visages) donc je suis resté mi figue mi raisin quant au résultat…


Lionel Davoust, Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse
SpoilerAfficher
Une grosse pochade à la Terry Pratchett rédigée sous la forme d'un article d’ingénierie agronomique. Le comique de répétition fait la part belle aux clins d’œil culturels, qu'ils soient mythologiques, littéraires ou autres, mais je n'ai pas ri ni même souri : plus j’avançais et plus je restais de glace… Je n’ai pas aimé du tout en fait : j'ai décidément bien du mal avec les œuvres de Lionel Davoust. (Mais bon c'était foutu par avance avec ce pitch de mettre fin aux problèmes alimentaires dans le monde en donnant des êtres humains à bouffer à d'autres êtres humains)



Dans un recueil de nouvelles, il y a des récits auxquels on accroche et des récits auxquels on n’accroche pas, et c’est d’autant plus vrai quand chaque récit est l’œuvre d’un auteur différent. Bref les goûts et les couleurs, mais comme le signale Denis Piel dans la préface, le recueil balaie tous les lieux et toutes les époques de l’Antiquité dans un joli mélange des genres même si humour et science-fiction se taillent la part du lion. Et malgré la variété des situations et la diversité des tons, l’ensemble est étonnamment homogène donc je ne peux que féliciter toute l’équipe d’ImaJn’ère pour leur travail de sélection des textes. Pour ne rien gâcher, l’ouvrage est d’un bon rapport qualité prix et l’illustration de couverture de TBOY est cool et fun !
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Fabien Lyraud
Porte Etendard
Messages : 604
Enregistré le : 25 déc. 2012, 20:13
Localisation : St Léonard de Noblat
Contact :

Re: Antiqu'idées / Collectif

Message non lu par Fabien Lyraud » 08 août 2016, 10:14

Une antho sur l'antiquité, je m'attendais plutôt à ce que la sword and sorcery antique soit de sortie. Je comprend mieux maintenant pourquoi ma nouvelle a été refusé (je leur avait fourgué "le dernier héros", une nouvelle où se mêle la mythologie et les personnages d'Andromaque de Racine, le destin d'un survivant troyen - le dernier héros du titre - et Dinonysos en détective des dieux )

Albéric
Annaliste
Messages : 1973
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Antiqu'idées / Collectif

Message non lu par Albéric » 08 août 2016, 10:59

Fabien Lyraud a écrit :Une antho sur l'antiquité, je m'attendais plutôt à ce que la sword and sorcery antique soit de sortie. Je comprend mieux maintenant pourquoi ma nouvelle a été refusé (je leur avait fourgué "le dernier héros", une nouvelle où se mêle la mythologie et les personnages d'Andromaque de Racine, le destin d'un survivant troyen - le dernier héros du titre - et Dinonysos en détective des dieux )
la fantasy est effectivement le parent pauvre du recueil, plutôt orienté SF et humour pour le coup
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre