[Cycle] Yeruldelgger / Ian Manook

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Albéric
Annaliste
Messages : 1906
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

[Cycle] Yeruldelgger / Ian Manook

Message non lu par Albéric » 04 août 2016, 20:25

Image
Résumé tome 1 :
Cinq ans plus tôt, Kushi, la fille de l'inspecteur Yeruldelgger a été enlevée et assassinée pour l'obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat des terres de la steppe mongole.
La découverte du cadavre d'une autre fillette va le replonger dans les mêmes tourments. Dans un pays à l'histoire et aux paysages sauvages, une guerre sale d'argent et de pouvoir s'est déclarée autour d'une des richesses minières les plus rares et les plus convoitées de la planète.
Pour lutter contre les puissances qui veulent s'accaparer son pays, Yeruldelgger va puiser ses forces dans les traditions héritées des guerriers de Gengis Khan, dans les techniques modernes d'investigation, et dans la force de ses poings.
Parce qu'un homme qui a tout perdu ne peut rien perdre de plus. Il ne peut que tout reconquérir. Peu à peu, sans pitié ni pardon...

Un polar se déroulant dans la Mongolie d'aujourd'hui : l'idée n'est pas banale et s'avère assez intéressante, voire pertinente. On nous dépeint un peuple abruti par un demi-siècle de déculturation communiste, coincé entre une capitale décatie et la steppe infinie, entre les villas des nouveaux riches et les grands ensembles soviétiques, entre les immeubles d'affaires et les palais staliniens, entre les oligarques russes et les conglomérats chinois, mais aussi entre les touristes allemands et les commerciaux coréens...
Le dépaysement est garanti, mais ne nous voilons pas la face : il s'agit d'un polar occidental transposé en Mongolie. D'ailleurs l'auteur n'en est aucunement dupe et assume pleinement, piochant à parts égales dans la noirceur des polars scandinaves et le côté action movie des séries policières américaines. le personnage principal bigger than life (trop d'ailleurs ^^) incarne ainsi successivement Colombo, Mannix, Kojak, Dirty Harry, Paul Kersey, Rick Hunter, Cordell Walker, Robert Goren, Horatio Caine… Et c'est toujours un bonheur quand il nous fait en clin d'oeil « je sais que tu sais » en se moquant de tel ou tel personnage et des stéréotypes qu'il véhicule…
Image

Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnnkhen au passé lourd et tragique, commissaire de Police à Oulan-Bator, enquête simultanément sur la découverte d'un cadavre d'enfant dans la steppe et sur l'homicide multiple d'industriels chinois queutards et de leurs putes mongoles. Avec l'aide de sa séduisante adjointe Oyun, de Solongo son amante médecin légiste et de Gantulga l'enfant des rues, il va découvrir que les deux enquêtes sont liés entre elles, et à celle de l'assassinat de sa fille cadette plusieurs années plus tôt, et en remontant la piste des milieux néo-nazis de Mongolie va tomber sur une conspiration des familles avec un supervilain jamesbondien, version ultralibérale…
J'ai apprécié, j'ai même bien aimé pendant pas mal de pages… Las, dans comme les séries américaines ça finit en jump the shark… (ça et les quasi placements publicitaires sur la boisson, la bouffe, les véhicules et les imachin : tout le monde semble posséder un imac, un ipad et iphone… ouais on croit vachement hein ! ^^)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jumping_the_shark
Trop de cliffhangers, trop de twists, essentiellement à base de viols et de meurtres ultraviolents sur fond de corruption généralisée (Oh My God SPOILER), et passé un cap l'équilibre de l'ensemble s'est rompu et la magie du truc s'est envolée… Dommage, cela a failli me réconcilier définitivement avec le genre policier avec lequel je m'étais fâché (pour cause d'overdose de séries policières américaines toutes formatées voire pompées les unes sur les autres), et avec 150 pages de moins et 2 ou 3 changements cela parfaitement pu y parvenir. Par contre ça ferait un super film, et j'imagine déjà par avance le casting deluxe auquel on pourrait avoir droit… oui mais non, on est en France avec des élites et des preneurs de décisions à la con donc c'est mort ! (« oui vous comprenez, la ménagère de moins de 50 ans et le public blanc et chrétien ne pas s'identifier à des personnages aux yeux bridés ») Putain, VDM !
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Albéric
Annaliste
Messages : 1906
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: [Cycle] Yeruldelgger / Ian Manook

Message non lu par Albéric » 04 août 2016, 20:26

Image
Résumé Les Temps sauvages :
Quand le vent du Nord s'abat sur les steppes enneigées d'Asie centrale, personne ne vous entend mourir. Pour Yeruldelgger, le salut ne peut venir que de loin, très loin...
Après le succès mondial de Yeruldelgger, couronné par de nombreux prix, Ian Manook retrouve la Mongolie et ses terres extrêmes dans un grand thriller où il confirme son talent pour la construction d’intrigues qui mêlent problématiques contemporaines, personnages charismatiques et descriptions foisonnantes des paysages, des coutumes. Dépaysement garanti.

Qu'est-ce que c'est que ce sac de nœuds de 580 pages ??? J’aimerais dire que cela jump the shark très rapidement, mais en fait ça jump the shark tout le temps… (sans parler des What The Fuck ? et des deus ex machina)


L'IGS (ça existe en Mongolie ?), la Sécurité Nationale (ça existe en Mongolie ?), les services secrets chinois, Vladimir Poutine, le FSB et les mafias russes, Angela Merkel et le Bundesnachrichtendienst, David Cameron et le MI6, des enlèvements, des assassinats, des trafics de clandestins, du vol à la tire à l’échelle internationael pour au final un banal règlement de compte entre homines crevarices... OK, on est dans un mélange entre Rocambole et John Le Carré avec un John McLane des plaines, mais passé un cap le joyeux délire de la Série B jamesbondienne devient juste un gros nanard à la Steven Seagal et j'ai arrêté de chercher à comprendre la logique du roman policier où criminels et enquêteurs mettent tous la charrue avant les bœufs. Pire, je ne savais même plus pourquoi on avait commencé par deux scènes de crime à la Les Experts Mongolie / NCIS Oulan Bator, dont tout le monde y compris les enquêteurs et les lecteurs finissent par se contrefoutre (qui était le cavalier gelé ? OSEF ! Pourquoi il a été écrasé par yack jeté d’un hélicoptère ? OSEF !! Pourquoi des bidasses en délire ont-ils été tués à cause de cela ? OSEF !!! Bref faire simple et cohérent quand on peut faire compliqué et incohérent…)
Et pour ne rien gâcher, l'auteur se fait plaisir avec Armen l'Arménien (humour j’imagine), le barbouze au placard qui reprend du service. Allez zou, déjà que cela part des tous les sens parfois sans aucun sens, il faut ajouter Laurent Fabius, la DSGE, la BAC et la ferroviaire, OSS 117 et Jason Bourne avec l'inévitable évocation du génocide de 1917... Soupirs

Le personnage principal qualifié de ninja shaolin (sic), emprunte consécutivement à Kojak, Dirty Harry, Starsky et Hutch, Crockett et Tubbs, Rick Hunter, Martin Riggs, Robert Goren, Horatio Caine et surtout Chuck Norris. OK l'auteur l'envoie où il veut le voir sévir à grands coups de révélations à la Docteur House, sans se soucier de la cohérence de l’ensemble (genre le gros délire à la Tarantino sur le hockey européen en pleine séance de passage à tabac…). Mais malgré le second degré et l’autodérision cela se prend quand même au sérieux avec moult passages dignes d'un polar nordique sur la misère urbaine d'Oulan-Bator, la misère rurale des steppes infinies, les cités minières pourries de Russie et les cités dortoirs pourries de France... Yourtes, isbas, banlieues même combat ? L'auteur s'attarde maintes fois pour basher l'héritage du Régime d’Avant aka celui de l’URSS, mais quand on voit le résultat de 25 ans de capitalisation et de libéralisation des pays anciennement soviétiques il faut parfois bien plisser des yeux pour voir les différences… Avant t'étais pauvre et dans la merde, maintenant t'es pauvre et dans la merde, mais avec un i-machin pour aller râler sur les réseaux sociaux et aller voir les überrichs péter dans la soie... Ironie inside j'espère ? Oui parce que dans la Mongolie de Ian Manook, tous les protagonistes de l’intrigue ont un i-phone TM, un i-tab TM, un mac-book TM… Bonjour la suspension d'incrédulité !!! (sans parler de la facilité pour les jeunes diplômés de trouver un emploi dans la conception et la maintenance de sites web, des distributeurs automatiques des derniers sodas light à la mode, des centres commerciaux type mall et des cybercafés dans un pays où un tiers de la population est encore nomade… ou de la couverture intégrale du pays par Google Maps à laquelle n’importe quel quidam peut accéder... mdr)
Sinon que reste-il des autres personnages ? Solongo ne sert à rein, Gantulga est cantonnée au rôle de MacGuffin, et Oyun est de nouveau le centre d’intérêt de toutes les scènes grimdark du récit (censément traumatisée par ce qu’elle a subi dans le tome 1, elle s’envoie en l’air dès les premiers chapitres du tome 2 avec un couple adepte du triolisme à voile et à vapeur… c’est n’importe quoi !)


Plus que jamais on sent le polar occidental mainstream plaqué sur un décor exotique pour être plus vendeur, mais pourquoi raconter une histoire qui se déroule en Mongolie pour se retrouver avec un personnage principal qui cite Victor Hugo, Voltaire, Lamartine et Baudelaire à tout bout de champ ?
Après cela reste un page-turner qui remplit son office grâce aux capacités de dialoguiste de l'auteur, et pas mal de répliques m'ont bien fait rire quand même (genre les truffes de l'opération « Goldorak » ^^)… Mais je ne serai pas du tome 3, car les nombreuses descriptions culinaires mongoles, russes ou françaises ne compensent pas la pénibilité de devoir se caguer le placement commercial de tous les véhicules automobiles ou de tous les i-machins créés par Steve Jobs.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Répondre