Táin Bó Cúailnge(VO) / Thomas Kinsella

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4276
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Táin Bó Cúailnge(VO) / Thomas Kinsella

Message non lu par Toon » 13 févr. 2016, 18:28

Image
La Táin Bó Cúailnge, que l’on traduit usuellement par la « Rafle (ou Razzia) des Vaches de Cooley » est le récit principal et le plus long du cycle d'Ulster qui, avec le cycle mythologique, le cycle fenian, et le cycle historique, constituent le corpus littéraire de la mythologie celtique irlandaise. La version manuscrite la plus ancienne date du tout début du xie siècle, mais sa composition remonte à la période protohistorique.

Une coalition des royaumes d’Irlande, emmenée par les souverains du Connaught envahissent le royaume d’Ulster pour la possession du taureau fabuleux, le Brun de Cúailnge. Ils doivent affronter le plus terrible des guerriers, Cúchulainn.
Le Tain est l'une des 2 versions d'un même récit écrit il y a environ 1000 ans. C'est une oeuvre mythologique qui narre notamment les exploits de Cúchulainn, incarnation de l'un des dieux du Panthéon Celtique. Le récit à probablement pris Hercule comme source d'inspiration de leur héros, cependant les 12 travaux du célèbre grec me paraissent bien loin des faits d'arme de l'Irlandais. Dès 5 ans, le gamin soulève un lit sur lequel 30 soldats étaient assis !

Bien au dela de l'aspect mythologique, le livre nous décrit une Irlande du XIème siècle pas encore converti au christianisme et où les druides sont présents et souvent consultés comme des sages. La place des femmes dans la société Irlandaise de l'époque est très importante: celles-ci occupent des positions dominantes de Reines, de meneuses d'homme ou de combattantes. l'égalité totale y est d’ailleurs prôné à l’extrême: Dixit la reine Medb: C'est une honte pour une femme d'être plus intelligente que son mari, mais convient s'ils sont égaux.

Je comprends mieux pourquoi les femmes Irlandaises modernes ne sont pas farouches et que certaines se soient ouvertement engagés au côté de l'IRA (Mairread Farrel par exemple).

Mais entre les lignes j'ai également reconnu dans le Tain une source dans laquelle JRR Tolkien a forcément puisé pour l'écriture de son cycle de la Terre du Milieu en général et du SIlmarillon en particulier. Nul doute que Jack Vance s'y est également abreuvé

Tout ca serait parfait si je n'avais pas décidé de le lire en anglais (traduit par Thomas Kinsella de l'ancien Irlandais): Pas simple, mais cadeau d'une jeune et jolie Irlandaise d'une trentain d'année :wub: , comment refuser ?
Image
Image

Répondre