Sitting Bull / Farid Ameur

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4301
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Sitting Bull / Farid Ameur

Message non lu par Toon » 17 déc. 2015, 21:24

Image
Eté 1874. De l’or a été découvert en territoire indien. À leurs risques et périls, des milliers de prospecteurs s’y aventurent. La guerre est déclarée. Figure emblématique de la résistance amérindienne, le chef Sitting Bull prend la tête d’une coalition de Sioux et de Cheyennes. Guerrier, homme-médecine et guide spirituel, Sitting Bull mène son peuple dans une série de combats contre les tuniques bleues.

Guerrier, homme-médecine et guide spirituel, Sitting Bull mène son peuple dans une série de combats contre les tuniques bleues. Le 25 juin 1876, il remporte la bataille de Little Big Horn face au 7e de cavalerie du lieutenant-colonel Custer. Pour la postérité, cet affrontement devient le point culminant des guerres indiennes.
Je lis très rarement des biographies mais celle-ci m'a fait de l'oeil dès la couverture, le genre de truc à ne pas faire normalement...

Ici, Farid Ameur nous fait rencontrer deux personnages pouvant être aussi différents que semblables: Sitting Bull, chef Sioux (au passage on apprendra que le terme SIoux est en fait très peu précis, puisque regroupant des nombreuses tribus assez différentes), radicalement opposé à toute idée de la civilisation telle que l'homme blanc voudrait lui opposer. Il conjuge l'art du combat au shamanisme tribal. L'homme n'est cependant pas le "gentil" de l'histoire, l'indien est bien un homme sanguinaire qui a eu son comptant de scalps de tribus rivales...

De l'autre le Général Custer, aussi jeune qu'il a les dents longues, tueurs de femmes et d'enfants et pourtant ouvertement Démocrate et chasseur de membres du KKK ! A la tête du 7ième de Calvalerie il rêve de s'emparer des Black Hills et des mines d'or qu'elles hébergent.

Avec une talent inouïe pour la narration au présent, l'auteur vous projette au coeurdans l'une des plus célèbres batailles de l'histoire américaine qui fut remportée facilement, et plutôt à la surprise générale, par les Indiens. Une fois le combat démarré le livre est un implacable page-turner. Vous vous surprendrez à penser très forts aux nombreux westerns et films que nous avons tous vu, Little Big Man en tête.

BIen sur la fin est connues à l'avance, de même que l'après-fin qui vit la spoilation totale de leurs terres, leur parckage dans leur réserve et annihilation de leur culture. Il y a des pages sombres dans l'histoire américaine..
Image
Image

Avatar du membre
Darkstar
Asservi(e)
Messages : 3359
Enregistré le : 05 janv. 2006, 17:02
Lecture du moment : Le Sentiment du Fer
Localisation : Front de l'est
Contact :

Re: Sitting Bull / Farid Ameur

Message non lu par Darkstar » 18 déc. 2015, 09:38

J'ai toujours aimé la culture des natifs d'origine. Mon préféré c'est chef joseph des Nez Percés, il a fait quelques beaux scores et sorti quelques phrases mythiques.

Intéressant comme ouvrage, je vais y regarder de plus près. :popcorn:
"When you play the game of thrones, you win or you die, there is no middle ground." Cersei Lannister
Phnglui mglw nafh cthulhu r'lyeh wgah nagl fhtagn.
"Et c'est ainsi, par la petite porte, que je m'introduisis dans la famille du Podestat." Benvenuto

Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 517
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: Sitting Bull / Farid Ameur

Message non lu par Dark horse » 24 déc. 2015, 10:25

Ouais, pareil, si je tombe dessus, je le prends!

Ça m'intéresse aussi et je n'ai jamais lu de livres sur le sujet (j'ai tout de même l'intégrale des Tuniques Bleues :D )
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre