Evariste / Pierre-André Désérable

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4309
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Evariste / Pierre-André Désérable

Message non lu par Toon » 26 août 2015, 16:47

Image
À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l'amour et la mort à l'aube, sur le pré. C'est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.
Décidé de passer un mois d'Aout "no-fantasy", je me suis plongé dans ce court Roman attiré autant par sa "courtitude" (ca se dit ca?), son prix récent ( L'Express-BFMTV) et par le passé de l'auteur (Un joueur de Hockey professionnel qui a eu le temps de rédiger son oeuvre au fond de cars lors des déplacements de son équipe).

Soyons clair, la lecture est de haute volée, le vocabulaire riche et les tournures de phrases propres et très bien construites, au point où l'on est porté par la maîtrise de la langue.

Mais l'auteur évite facilement l'écueil du roman qui serait trop académique: on a bien affaire à un jeune écrivain du XXIème siècle qui mélange aussi les bien des termes devenus inusités avec "fucking", "tweeter" ou encore des locutions latines.

La où l'on pourrait attendre une biographie pointilleuse et précise, l'auteur ponctue son récit d'évasifs "On ne sait pas" , "cela à du se passer comme ça" ou de cinglants "on s'en fout de toute façon". Et je lui donne raison, l'essentiel est dans cet amour que l'auteur aura développé pour son "héro" qui navigue dans le Paris des années 30 (comprenez 1830). Même pas besoin d'être calé en math, mais si vous l'êtes c'est un petit plus appréciable qui vous permettra d'éviter certaines piques de l'auteur.

Et même si la fin est connue à l'avance, on ne peut s’empêcher de croiser les doigts forts afin qu'elle ne se produise pas. Parce que la vie d'Evariste n'a pas été rose à défaut d'être brève.

Petite cerise sur le gateau très personnelle: Il fait fait mention du 94 Rue Broca dans Paris. Je connais bien cette adresse l'un de mes meilleurs amis y habitait et durant un an nous avons fait la campagne DragonLance :)
Image
Image

Répondre