My Absolute Darling / Gabriel Tallent

Forum consacré aux autres genres : littérature classique, romans historiques ou policiers, essais, etc.
Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 1002
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

My Absolute Darling / Gabriel Tallent

Message non lu par Dark horse »

Image

Un premier roman fort, porté par des personnages marquants et une peur constante de voir éclater une fureur sous-jacente.

C'est déjà une bonne chose d'avoir gardé le titre en vo, et cela va d'autant avec le cadre du nord de la Californie qui va nous entourer tout au long de la lecture.
Les descriptions de l'environnement sont omniprésentes et malheureusement trop répétitives, mais toutefois totalement dépaysantes pour qui ne vit pas dans cette région à la nature abondante.

La petite Turtle et son père y vivent en semi-reclus, préférant un certain isolement. Un flingue ou un couteau toujours à sa ceinture, Turtle pense beaucoup, à sa façon, avec une rude opinion d'elle-même et du monde qui l'entoure. Son père la façonne d'une manière peu commune, la préparant aux pires des situations.

Turtle va en cours, mais y rencontre beaucoup de difficultés. Elle n'a pas appris avec les mêmes codes et ne peut que se rebeller face à un système qui ne lui convient pas.
Sa rencontre avec deux jeunes ados lui ouvre des portes, une fuite depuis longtemps espérée, et qu'elle rejette pourtant...


Les pensées profondes de Turtle sont souvent dérangeantes, complexées par le comportement d'un père abusif qui veut transformer sa fille en une espèce de soldat dévoué à sa vision du monde. Un monde où elle et lui ne sont que les seuls êtres dignes de confiance.
Et vient la dérive... les actes pervers de ce père qui s'approprie son enfant au delà du raisonnable. Qui l'incite à une violence injustifiée et à un dégoût de sa personne pour soi-disant la "fortifier".

Certaines scènes seront insoutenables pour les non avertis, mais elles soutiennent la démarche de l'auteur de dépeindre cette relation toxique. Les sévices subis et acceptés par Turtle comme une preuve d'amour la contraignent tout en la poussant vers les limites de l'acceptable.

C'est l'arrivée de Cayenne et une amitié naissante qui viennent rappeler à Turtle son envie naturelle de sociabilité. Et la confrontation avec le paternel n'en sera que plus explosive...


Malgré des moments traînant un peu en longueur et un souci de la description de l'environnement trop appuyé, l'immersion dans ce cocon malsain est particulièrement bien rendue. De nombreux détails concernant l'armement sont assez lourds mais logiques vu le contexte, et heureusement, la niaiserie ne pointe pas le bout de son nez quand les ados entrent en scène (malgré un sentiment d'exaspération devant le comportement "arty" de Jacob).

C'est un roman qui mérite sa réussite et qui se clôture de belle manière.
Bravo Turtle.
"Quand viendra le temps du froid blanc, ne mangez pas la neige jaune". The Witcher 3 : Wild Hunt
Répondre