Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Galan Dracos
Porte Etendard
Messages : 687
Enregistré le : 22 avr. 2004, 11:44

Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Message non lu par Galan Dracos » 02 sept. 2006, 12:07

Nous sommes en 1968, en pleine révolution libertaire, en pleine explosion de la littérature de SF qui atteint son âge d'or. La SF se popularise en France, avec de sauteurs tels que Farmer, Sturgeon, Asimov, Zelazny.

Oui, mais...

Tout un pan de la SF reste inconnu en France : la SF la plus violente, la plus débridée, la plus pornographique et la plus subversive, la SF qu'inventent en ce moment quelques auteurs des Etats-Unis, menés par Philip José Farmer.

Tout cela va changer avec l'édition Chute Libre, qui proclame fièrement au dos de son premier bouquin publié :

Lecteur
Ton époque : une farce dont tu es le figurant
Ton rôle : produire, en baver, la boucler
Ton avenir : produire plus, en baver plus, la boucler plus
Pourtant
Tout change ; les idées, les sentiments, les désirs
Tout vibre : les corps, les villes, les planètes
Tout explose : les cerveau, les poings, les sexes
Alors
Décroche : sans toi, la plaisanterie ne peut pas durer
Agis
Jouis
Chute Libre
décrit ton époque : tout ce que tu as trop longtemps refoulé va jaillir
Alors
Mets-toi en chute libre.


Et de publier à la chaîne des ouvrages de SF qui font scandale :


La Jungle Nue (Philip José Farmer)...ou le mythe de Tarzan revisité à la sauce ultra-violente, avec un appel à la libération sexuelle comme unique moyen de canaliser ses pulsions !

Les Culbuteurs de l'Enfer (Roger Zelazny)...ou Mad Max avant l'heure, mélange de technologie et de folie furieuse !

Comme une Bête et Gare à la Bête (encore PJS)...ou comment un homme comme les autres se transforme en Messie et découvre ses pouvoirs par de multiples expériences sexuelles !

La défonce Glogauer (Michael Morcoock)...ou le pouvoir de la drogue dans une société futuriste !


Avec des excès dans le choquant :


La Foire aux Atrocités (J. G. Ballard)...ou un portrait cru du meurtre, de la torture et du viol, écrit de façon erratique et schizophrénique, portant un message nihiliste !

Orgasmachine (Ian Watson)...ou quand le viol devient la norme sexuelle d'une société !


Et des messages politiques tendancieux :

Les Pionniers du Chaos et Le Chaos final (Norman Spinrad)...deux chefs-d'oeuvre méconnus, pamphlets anarchisant où l'infinité de l'espace devient la métaphore du désordre naturel et de l'inanité de l'ordre imposé par la société !


Quand vous saurez enfin que cette édition a, la première, publié Le bal des schizos ou Robot Blues d'un certain Philip K. Dick, vous n'hésiterez plus!



Evidemment, cette édition n'existe plus depuis longtemps, mais la plupart des bouquins qui n'ont pas été réédités en France (beaucoup par manque de succès, beaucoup par...euh...impubliabilité) sont disponibles sur Amazon (souvent en anglais), voire dans d'autres collections. En tous cas, je les ai découverts dans le coffre au trésor de mon père, et j'avoue qu'on atteint là une dimension de la SF souvent sous-exploitée...c'est certes subversif et voyeuriste, mais ça a le mérite d'être décomplexé et assumé, donc, à tester !

Avatar du membre
WolfRider
Porte Etendard
Messages : 1274
Enregistré le : 12 févr. 2004, 14:45
Localisation : Les citées Libres

Re: Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Message non lu par WolfRider » 02 sept. 2006, 18:15

Galan Dracos a écrit :La Jungle Nue (Philip José Farmer)...ou le mythe de Tarzan revisité à la sauce ultra-violente, avec un appel à la libération sexuelle comme unique moyen de canaliser ses pulsions !

Les Culbuteurs de l'Enfer (Roger Zelazny)...ou Mad Max avant l'heure, mélange de technologie et de folie furieuse !

Comme une Bête et Gare à la Bête (encore PJS)...ou comment un homme comme les autres se transforme en Messie et découvre ses pouvoirs par de multiples expériences sexuelles !

La défonce Glogauer (Michael Morcoock)...ou le pouvoir de la drogue dans une société futuriste !
Je n'ai pas lu ces livres de Farmer, jamais pu les trouver en français.
Par contre ceux de Zelazny sont comme toujours avec cet auteurs excellent. Le 1er Mad Max est une adaption très libre du 1er.
Et celui de Moorcock est à remettre dans le contexte de l'époque avec l'explosion des drogues comme les acides. Mais c'est pas son meilleur livre.



Galan Dracos a écrit :Avec des excès dans le choquant :


La Foire aux Atrocités (J. G. Ballard)...ou un portrait cru du meurtre, de la torture et du viol, écrit de façon erratique et schizophrénique, portant un message nihiliste !
Si je me souvient bien c'est ce livre qui fut adapté, dabord au théatre puis au ciné, sous le nom d'Orange Mécanique. Jamais réussi à le lire.
Galan Dracos a écrit :Orgasmachine (Ian Watson)...ou quand le viol devient la norme sexuelle d'une société !


Et des messages politiques tendancieux :

Les Pionniers du Chaos et Le Chaos final (Norman Spinrad)...deux chefs-d'oeuvre méconnus, pamphlets anarchisant où l'infinité de l'espace devient la métaphore du désordre naturel et de l'inanité de l'ordre imposé par la société !


Quand vous saurez enfin que cette édition a, la première, publié Le bal des schizos ou Robot Blues d'un certain Philip K. Dick, vous n'hésiterez plus!
Je ne connais pas le Ian Watson. Par contre je ne suis pas daccord sur le tendencieux pour Spinrad. Cet auteur est très constant ds son oeuvre pour dénoncé les abus de l'ordre que la société impose.
J'ai trouvé le Bal des Schizons il y a une 15aine d'années ds un petit supermarché de Vierzon. Superbe bouquin. Du Dick pur jus. Par contre je ne connaissais pas Robot Blues. Ca ne serait pas une sorte de prototype à "Les androides rêvent de moutons électriques" ?
Galan Dracos a écrit :Evidemment, cette édition n'existe plus depuis longtemps, mais la plupart des bouquins qui n'ont pas été réédités en France (beaucoup par manque de succès, beaucoup par...euh...impubliabilité) sont disponibles sur Amazon (souvent en anglais), voire dans d'autres collections. En tous cas, je les ai découverts dans le coffre au trésor de mon père, et j'avoue qu'on atteint là une dimension de la SF souvent sous-exploitée...c'est certes subversif et voyeuriste, mais ça a le mérite d'être décomplexé et assumé, donc, à tester !
Veinard. C'est un mec bien ton grand père et qui gagne à être connus.

Galan Dracos
Porte Etendard
Messages : 687
Enregistré le : 22 avr. 2004, 11:44

Message non lu par Galan Dracos » 02 sept. 2006, 18:37

Robot Blues = Les Androïdes etc. = Blade Runner (en film), ce sont différentes traductions.

Pour Ballard, c'est vrai que ça a pu inspirer Orange Mécanique, mais c'est vraiment trop erratique et l'absence de réelle "histoire" rend difficile la filiation...je précise que je ne l'ai pas terminé, je suis parti en vacances avant de l'avoir fini, et il est trop fragile pour être transporté.

Je n'ai d'ailleurs pas lu tout ces livres : les "Bêtes" de Farmer restent encore dans la rubrique "à faire".

Yeurl
Porte Etendard
Messages : 734
Enregistré le : 15 déc. 2004, 13:51
Localisation : Lyon

Re: Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Message non lu par Yeurl » 02 sept. 2006, 21:52

Jenlain a écrit :
Galan Dracos a écrit :Avec des excès dans le choquant :


La Foire aux Atrocités (J. G. Ballard)...ou un portrait cru du meurtre, de la torture et du viol, écrit de façon erratique et schizophrénique, portant un message nihiliste !
Si je me souvient bien c'est ce livre qui fut adapté, dabord au théatre puis au ciné, sous le nom d'Orange Mécanique. Jamais réussi à le lire.
Ta mémoire te joue des tours car Orange mécanique est adapté du roman éponyme d'Anthony Burgess, et que le bouquin de Ballard est sorti sept ans après ce dernier :wink:

Par contre je crois qu'il y a bel et bien un film adapté du Ballard qui date de quelques années - jamais vu.

Sinon cette collection est le témoin d'une époque où les auteurs de SF avaient vraiment des couilles, époque qui paraît être désormais loin derrière nous... :(
"Il ne peut y avoir de crise internationale la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein." (Kissinger)

Avatar du membre
Supernounours
Annaliste
Messages : 3834
Enregistré le : 14 avr. 2004, 10:12
Lecture du moment : Saga Harry Potter
Localisation : Bretagne

Re: Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Message non lu par Supernounours » 02 sept. 2006, 22:09

Yeurl a écrit :Sinon cette collection est le témoin d'une époque où les auteurs de SF avaient vraiment des couilles, époque qui paraît être désormais loin derrière nous... :(
Si on ne voit plus de bouquin de ce genre, c'est sûrement parce qu'aucun éditeur n'accepte de les cautionner.
Quand tu sais que tu n'as aucune chance d'être publié, tu vas pas t'amuser à passer des mois à écrire un livre... :roll:
C'est triste mais un écrivain doit penser à la rentabilité de son projet avant de se lancer.
Si ses chances sont nulles, pas la peine de se lancer. :?

Yeurl
Porte Etendard
Messages : 734
Enregistré le : 15 déc. 2004, 13:51
Localisation : Lyon

Re: Chute Libre, ou la SF trash, trash, TRAAASH !

Message non lu par Yeurl » 02 sept. 2006, 22:56

Supernounours a écrit :
Yeurl a écrit :Sinon cette collection est le témoin d'une époque où les auteurs de SF avaient vraiment des couilles, époque qui paraît être désormais loin derrière nous... :(
Si on ne voit plus de bouquin de ce genre, c'est sûrement parce qu'aucun éditeur n'accepte de les cautionner.
Quand tu sais que tu n'as aucune chance d'être publié, tu vas pas t'amuser à passer des mois à écrire un livre... :roll:
C'est triste mais un écrivain doit penser à la rentabilité de son projet avant de se lancer.
Si ses chances sont nulles, pas la peine de se lancer. :?
Sans aller aussi loin que des bouquins de ce genre (qui sont des cas extrèmes) il y avait dans les années 60-70 une génération d'auteurs (lancés par New worlds que barrait Moorcock) qui faisaient de la SF une littérature subversive, qui portait une vraie reflexion sur la société et qui ne se gênait pas pour dynamiter codes et conventions. Les Spinrad, Ballard, Farmer, Moorcock, Ellison et autres Disch et Delany n'ont pas eu beaucoup d'héritiers je trouve. Sans compter que l'ambition littéraire de ces gens était très haute.
La SF "d'aujourd'hui" n'est pas plus mauvaise, mais elle est dans l'ensemble plus sage.
"Il ne peut y avoir de crise internationale la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein." (Kissinger)

Répondre