Flashback / Dan Simmons

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3512
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Flashback / Dan Simmons

Message non lu par tam-tam » 25 avr. 2013, 11:00

Image
2035. L'Amérique a beaucoup changé. Le monde aussi. En faillite financière, politique et morale, les Etats-Unis se sont désintégrés. Le Nouveau-Mexique a été envahi par les Hispaniques de la reconquista, la Californie risque de l'être. Plusieurs Etats ont proclamé leur indépendance.
Le multimilliardaire japonais Nakamura — qui tire un pouvoir presque illimité de son immense fortune mais aussi de son rôle de conseiller plénipotentiaire pour la reconstruction de l'Amérique — charge Nick Bottom, ancien policier de Denver, de reprendre l'enquête sur l'assassinat de son fils Keigo, survenu six ans plus tôt. Nick a travaillé à l'époque sur cette affaire. Mais depuis la mort de sa femme dans un accident de voiture, devenu accro au flashback, drogue illégale, il a quitté la police.
Le flaschback permet de revivre des souvenirs parfaits : en ce qui concerne Nick, ceux de sa vie avec sa femme. Toute l'Amérique s'y adonne : pour les jeunes c'est le moyen de revisiter leurs turpitudes, pour les vieux celui de retourner dans le monde idéal d'autrefois...
Nick est assisté par Sato, le chef des gardes du corps de Nakamura, samouraï d'un Japon néoféodal qui veille à ce qu'il n'utilise pas, à des fins personnelles, la drogue qui lui est fournie afin qu'il puisse revivre les moments de sa première investigation...
Mais pourquoi Nakamura tient-il tant à ce que Nick replonge dans cette enquête qui a échoué six ans plus tôt ?
A la base ce roman avait tout pour me plaire : une ambiance mi cyberpunk mi post-apo, un détective privé miteux, et un grand écrivain pour mettre ça en musique. Au final je suis super déçu car ce qui aurait pu être un très bon roman s’est transformé en une tribune politique aux idées douteuses.

Car Dan Simmons n’y va pas par 4 chemins, et vu l’insistance avec laquelle il assène ses propos, il est difficile de croire que ces idées ne soient pas siennes. La crise mondiale a pour origine l’action sociale mise en place par l’administration Obama qui a affaiblis les Etats-Unis. Les américains touchés par la crise se sont réfugiés dans les rêves que permettent le « flashback » (une drogue qui permet de revivre à l’infini les meilleurs moments de sa vie). Les pays « bronzés » en ont profité (les fourbes) pour atomiser Israël et prendre la place de l’Occident. Les Etats-Unis (complètement désunis) ont fort à faire pour résister à une reconquista par l’Etat du Nuevo Mexico (une bande de trafiquants de drogues arrogants). Tandis que le grand Califat Islamique (rien que des terroristes arriérés) et le Japon (des ninjas sans foi ni loi) manœuvrent plus discrètement pour rafler la mise.

Plus d’une fois les discours qu’il fait tenir à ses différents personnages sont fascistes. Et ça s’étale sur des paragraphes entiers… Ecœurant… :vahid:

Vraiment dommage ! Car l’empathie avec Nick Bottom, le détective privé, est assurée. Le concept du Flashback est brillant et très bien exploité. Les scènes de combat en blindé m’ont rappelé au bon souvenir de Câblé de Walter John Williams.

2ème fois que je suis déçu par Dan Simmons, après Drood (pour d’autres raisons toutefois). Le capital sympathie dont bénéficiait jusqu’à présent l’écrivain est tombé très très bas.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Albéric
Annaliste
Messages : 1863
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par Albéric » 25 avr. 2013, 13:01

Un bon thriller cyberpunk qui malheureusement pue le pamphlet politique douteux :
- les politiques sociales sont responsables de l'effondrement du monde
Obama est un traître et on doit arrêter d'assister les feignasses gauchos
- le réchauffement climatique c'est bidon et les écolos ne sont que des drogués
- l'Islam c'est le Mal et les Bougnoules sont des tueurs barbares d'un autre temps
- les Européens et les Canadiens sont des abrutis sans couilles totalement stupides
- les Russes sont soit des trafiquants d'armes soit des trafiquants de drogues
- les chinanos viennent aux States que pour profiter des allocs et manger le pain des WASP
- les instances internationales ne servent qu'à empêcher la destinée manifeste des Etats-Unis qui est de gouverner le monde et de l'emmener vers un néolibéralisme messianique
- en dehors du libéralisme à outrance, point de salut (c'est le TINA : There Is No Alternative de Reagan, Thatcher, Cameron, Merkel, Sarkozy, Hollande et de l'establisment connaro-polito-économico-médiatique)
C'est marrant l'URSS disait la même chose du communisme !
- le monde était mieux avant que les hippies gaucho ne le saccagent à partir de 1968

C'est le même gars qui écrit Les Cantos d'Hypérion ???
Remarquez dès L'Echiquier du Mal on peut sentir le sioniste ultra qui pouvait adhérer au Tea Party :
un membre du peuple élu est maltraité, c'est un crime contre l'humanité
des millions de basanés sont génocidés, c'est le juste retour des choses

Aujourd'hui Dan Simmons est un militant d'extrême-droite qui ne se sent plus pisser.
Sur son site il a donné le nom et les adresses d'étudiants et d'étudiantes palestiniens à "faire dégager".
Jean-Daniel Brèque, son traducteur français de longue date, qui collaborait à son site a donné sa démission en justifiant qu'il "ne pouvait pas cautionner des incitations à la haine".
Dan Simmons a alors contacté son avocat pour rompre ses engagements et pour faire en sorte qu'il ne puisse plus jamais travailler sur ses écrits passés, présent ou à venir d'une manière ou d'une autre.
http://www.actusf.com/forum/viewtopic.php?p=57700#57700
Un mec sympa et pas rancunier pour un sou comme vous le voyez. Bref un gros connard facho. :barbare:
Modifié en dernier par Albéric le 25 avr. 2013, 13:54, modifié 3 fois.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3512
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par tam-tam » 25 avr. 2013, 13:32

Voilà qui lève malheureusement les derniers doutes qui pouvaient encore planer sur les orientations idéologiques du monsieur. :roll:
Merci Albéric pour ces approfondissements.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Albéric
Annaliste
Messages : 1863
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par Albéric » 25 avr. 2013, 14:08

Pourtant dans Hypérion, on a le personnage de Fedmahn Kassad : un soldat palestinien qui tombe fou amoureux d'une voyageuse temporelle juive... L'auteur a-t-il viré sa cutille ou est-il devenu un vieux con raciste et réac ???
Dans tous les cas c'est désormais un gros facho.


Attention hors-sujet (mais cela fait du bien de vider son sac) :
Mais on a les même en France, sauf qu'ils sont plus malins : je viens d'écouter à la radio un débat sur "les Français sont-ils les plus paresseux du monde ?" (sous-entendu remettons ces feignasses au travail) où une fois de plus des rentiers gagnant entre 5000 et 100 000 euros par mois déclament que les classes modestes sont nanties.
J'ai aussi entendu Nicolas Doze, soit-disant grand journaliste économique, affirmer sans scrupules sur BFM que les Français étaient pourris gâtés car les salaires augmentaient en France alors que tous les autres pays du monde auraient eu le courage de les diminuer.
Ce que ce menteur n'a pas précisé, c'était que ce n'étaient pas les salaires qui augmentaient mais la moyenne des salaires qui augmente mécaniquement au fur et à mesures des licenciements des bas salaires.
(pourquoi la moyenne n'augmente pas ailleurs : parce que les bas salaires ont déjà été licenciés...)
C'est comme les grandes écoles qui se félicitent de la progression des moyennes de classes en faisant dégager les élèves aux moins bonnes notes au fur et à mesure des trimestres écoulés.
Quand les chiffres dérangent l'idéologie en place, on change les méthodes de calcul. C'est un classique.


Bref, tout cela pue quand même un peu les années 1930. Les futurs collabos trépignent déjà d'impatience.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
AJP77
Asservi(e)
Messages : 1768
Enregistré le : 10 juin 2004, 21:56
Localisation : Troyes

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par AJP77 » 25 avr. 2013, 16:53

Albéric a écrit :(...) Bref un gros connard facho. :barbare:
Typiquement le genre de réflexion qui m'horripile.

La vie de Dan Simmons, je m'en contrefout... c'est pas parce qu'un auteur est d’extrême droite ou coco que je vais lire ou pas son bouquin.

Mais dire que c'est un connard facho, c'est soit méconnaitre, soit sous estimer ce qu'a été le vrai fascisme. Le fascisme et le nazisme étaient des horreurs absolues... pire que tout ce qu'on peut imaginer de nos jours. Alors comparer à ça le 1er type avec des pensées un peu malsaines, c'est un peu fort. Et en plus, pour moi, ça rabaisse l'horreur du fascisme.

Par contre si on veut parler politique, il y a un topic pour ça. Mais sans moi, car le point godwin est déjà atteint avant même un début de débat (je suis même sûr qu'en me lisant certains vont se dire "bah, c'est un gros connard de fachos lui aussi").
Image

Albéric
Annaliste
Messages : 1863
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par Albéric » 25 avr. 2013, 17:53

La vie de Dan Simmons, je m'en contrefout... c'est pas parce qu'un auteur est d’extrême droite ou coco que je vais lire ou pas son bouquin.
Sauf que la vie d'un auteur est intimement lié à ce qu'il écrit. Comment ne pas pouvoir le prendre en compte ?
J'ai déjà suivi ou eu ce débat sur plusieurs autres forums : on est obligé de le prendre en compte.
Et quand une oeuvre se transforme en tribune politique pour idées douteuses, il faut prendre beaucoup de recul.

Le très bon manga/anime Zipang au Japon a été détourné pour nourrir des discours révisionnistes.
J'aime la musique de Wagner mais le délire raciste sur la pureté de sang dans certains opéras me dérange.
J'adore les BD de Frank Miller mais je ne suis pas dupe du discours fascisant qu'il y a derrière.
Quand il dérape grave, on a un homme qui déclare qu'il faut envoyer la vermine gaucho à Guantánamo et qui se met à faire des comics avec des méchants bougnoules aidés par des traîtres socialistes... Là je dis stop !
Et je suis pas le seul, car ainsi les Captain America des lendemains du 11 septembre ont été censurés en France.
Mais dire que c'est un connard facho, c'est soit méconnaître, soit sous estimer ce qu'a été le vrai fascisme. Le fascisme et le nazisme étaient des horreurs absolues... pire que tout ce qu'on peut imaginer de nos jours. Alors comparer à ça le 1er type avec des pensées un peu malsaines, c'est un peu fort. Et en plus, pour moi, ça rabaisse l'horreur du fascisme.
C'est exactement ce qu'ont dit et écrit certains intellectuels yougoslaves au début des années 1990...
Ce qui rabaisse l'horreur du fascisme, c'est de laisser des gens tenir et soutenir publiquement les mêmes propos que ceux qui ont été entendus dans l'entre-deux-guerres en Russie, en Italie, au Japon, en Allemagne sous prétexte qu'ils sont moins graves que les actes qui en ont autrefois découlés et qu'1 homme averti en vaut 2.
Là on parle quand même d'un gars qui reporte au FBI des conversations privées sorties de leurs contextes et qui jette sur la voie publique leurs noms et leurs adresses parce que ce sont "des bougnoules qui avaient déclaré ne pas aimer Israël" (sic). Et pour faire bonne mesure qui fait renvoyer le gars qui n'était pas d'accord avec ses prises de position. Beaucoup de membres du Régime de Vichy en ont fait moins que cela !
Là c'est plus qu'un peu malsain, c'est carrément très malsain (et en plus il milite pour la guerre contre l'Iran).
Et puis comme l'auteur dépasse le point Goodwin et le point Staline tout seul comme un grand...

Après toute l'idéologie de l'âge d'or, de la décadence, du nécessaire retour à l'ordre moral, cela reste dans le débat d'idées... mais on sait où tout cela finit quand on lui déroule le tapis rouge sans aucun objecteur de conscience.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
Cymoril
Sorcier
Messages : 2969
Enregistré le : 15 nov. 2004, 16:39

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par Cymoril » 25 avr. 2013, 19:04

AJP77 a écrit :Par contre si on veut parler politique, il y a un topic pour ça. Mais sans moi, car le point godwin est déjà atteint avant même un début de débat (je suis même sûr qu'en me lisant certains vont se dire "bah, c'est un gros connard de fachos lui aussi").
Non, AJP, la première réflexion qui m'est venue à l'esprit en te lisant n'a pas été de te traiter de gros facho. Ayant fait un brin d'histoire, je suis même plutôt d'accord avec toi sur l'emploi à tort et à travers du mot. C'est un terme qu'on retrouve trop souvent mal utilisé (même en désignant des idéologies actuelles nauséabondes).
Par contre, il est très intéressant d'avoir un résumé des opinions politiques de l'auteur si ça explique les livres qu'il produit.

Et je suis également d'accord sur le fait que les discussions purement politiques doivent se retrouver en priorité sur le topic adéquat : viewtopic.php?f=9&t=590

dark schneider
Sergent
Messages : 123
Enregistré le : 06 nov. 2012, 22:57

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par dark schneider » 28 avr. 2013, 18:55

AJP77 a écrit : Mais dire que c'est un connard facho, c'est soit méconnaitre, soit sous estimer ce qu'a été le vrai fascisme. Le fascisme et le nazisme étaient des horreurs absolues... pire que tout ce qu'on peut imaginer de nos jours. Alors comparer à ça le 1er type avec des pensées un peu malsaines, c'est un peu fort. Et en plus, pour moi, ça rabaisse l'horreur du fascisme.

Les américains qui ont balancé la bombe atomique sur Hiroshima ne se réclamaient pas le moins du monde du fascisme...pourtant en termes d'horreurs, le résultat fut le même.

L'horreur absolue n'est pas que l'apanage du nazisme, même si ce fut des champions en la matière.

Dan Simmons aurait déclaré que Flashback ne reflétait pas ses idées politiques. Ca vaut ce que ça vaut, mais ses autres déclarations ne sont pourtant guère ambigüe. Néanmoins, un jour je prendrai la peine de lire ce livre, j'aime bien la aussi parfois la provoc de droite. Je n'avais pas perçu un discours sioniste dans L'Echiquier du mal, et dans le génial Hypérion, le personnage de Kassad était effectivement héroïque. Mais effectivement, comme beaucoup d'américains, il semblerait que Simmons se soit radicalisé après le 11 septembre.

Pour l'instant le principal reproche que je lui ferais, c'est sa tendance à tirer à la ligne depuis le moyen Endymion : ses livres sont tous des pavés depuis. Du coup, je manque de motivation à les lire.
Olympos avait déjà fait polémique à l'époque pour ses idées sionistes.

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3512
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par tam-tam » 29 avr. 2013, 13:08

Effectivement "Udo" Dark Schneider, il ne faut pas non plus jetter le bébé avec l'eau du bain.
Terreur, est un excellent ouvrage, IMHO son meilleur. C'est un immense roman d'aventures qui ne véhicule aucune idée (nauséabonde ou pas).
Pour ma part, je compte (un jour :whistle: ) finir le cycle d'Hypérion. Toujours pas lu Endymion et l'Eveil d'Endymion. Tant que faire se peut j'aime bien finir les cycles que je commence.

C'est sûr qu'il faut savoir dissocier l'écrivain de l'homme qui se cache derrière. Mais concernant Flashback, c'est malheureusement la même personne... Et elle n'est franchement pas fréquentable.
De mémoire, dans ce roman, il fait dire à l'un de ses personnages qu'il regrette qu'au Canada le prénom le plus donné aux nouveaux nés soit Mohamed.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Lain
Porte Etendard
Messages : 611
Enregistré le : 03 mars 2005, 10:15
Lecture du moment : Janua Vera (J.P. Jaworski)
Localisation : Dans la jungle luxuriante d'un monde incréé
Contact :

Re: Flashback / Dan Simmons

Message non lu par Lain » 24 août 2014, 13:49

Tous les bouquins de Dan Simmons ont un lien avec le judaïsme et recyclent les mêmes ficelles. C'est parfois discret comme dans The Terror (formidable roman en effet), parfois utile à l'histoire et supportable (l’Échiquier du Mal, Ilium/Olympos), et parfois totalement déplacé et nauséabond (Flashback).

C'est pareil pour O.S. Card hein, Alain Damasio aussi, et même China Mieville. J'avoue que ça me gêne moins chez Mieville car il a un vrai recul sur ses idées politiques, mais bon, c'est utile d'en avoir conscience.

Là où tous ces auteurs ont du génie (c'est moins évident pour OSC...), c'est qu'à côté de cet engagement politique plus ou moins prononcé, ils ont une culture. Simmons n'est pas comparé à F. Herbert par hasard : ses influences littéraires et philosophiques sont très vastes et contribuent grandement à la qualité de ses romans (je pense notamment à Ilium/Olympos qui aurait pu être le nanar du siècle sans les différents niveaux de lecture : mythologie grecque, Shakespeare, Proust... ça frise le gloubiboulga tellement c'est riche, mais au moins y'a de la matière).
- Close this world, open the nexT -

http://www.egocosmos.net/ et http://blog.matthy.net/ ;)

Répondre