Les Flots Sans Rivage / C.J. Cherryh

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

Les Flots Sans Rivage / C.J. Cherryh

Message non lu par Catlinel » 12 août 2012, 15:39

Image

LIBERTE est une planète perdue au large des grandes routes stellaires. Les vaisseaux qui font commerce n'y relâchent que rarement. Ce n'est pas que LIBERTE soit un monde inhospitalier, comme c'est parfois le cas pour d'autres planètes, mais des touristes ou des marchands avaient rapporté que les villes étaient hantées de personnages mystérieux, drapés dans des robes bleues et peuplées de créatures bizarrement étrangères.
Les humains nés sur LIBERTE prétendent, quant à eux, qu'il ne s'agit que de faux bruits, qu'il n'existe ni robes bleues ni créatures étrangères. C'est également le point de vue de Herrin, l'artiste, et de Waden, l'autocrate. Mais soudain, les choses ne sont plus ce qu'elles étaient : la réalité se fond dans le domaine incertain des apparences. Et alors...

______________________________________________________

Les livres de cette auteure ne sont jamais faciles à appréhender; pourtant, celui-ci a été presque facile à lire comparé à d'autres où l'intrigue était tellement alambiquée qu'on s'en arracherait les cheveux à essayer de démêler l'écheveau. La plupart des concepts abordés étaient accessibles et sur ce côté, je n'ai pas eu de mal à suivre. Et malgré tout, pendant une bonne moitié, je n'avais aucune idée sur la direction que prenait l'histoire. Je me suis un peu forcée à poursuivre, je dois l'avouer, d'autant plus que ça n'aide pas vraiment quand les personnages principaux n'étaient pas loin de m'inspirer une franche antipathie.
Mais boum, voilà qu'à un moment donné, un événement vient tout chambouler et tout bascule. A partir de là, je n'ai plus réussi à lâcher le livre. Les comportements étranges D'Herrin, de Waden, les points de l'histoire que je trouvais ambigüs, tout a pris un sens.
Je suis contente de ne pas avoir lâcher le livre en cours de route; j'ai été tentée, je dois bien l'avouer, mais c'eut été dommage. Cette société, ce monde que décrit l'auteure tout du long, une fois sous le coup de la compréhension, j'ai trouvé cela fascinant.

Répondre