Sans Parler du Chien / Connie Willis

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
Mimi
Porte Etendard
Messages : 948
Enregistré le : 10 août 2005, 22:18
Localisation : Belgium ten points

Sans Parler du Chien / Connie Willis

Message non lu par Mimi » 08 déc. 2006, 15:05

Pour ma part je garde un excellent souvenir du "grand livre" et de "sans parler du chien"...

Vardamir
Porte Etendard
Messages : 964
Enregistré le : 14 mai 2004, 20:13
Localisation : Devant mon PC à l'heure où j'écris ceci

x

Message non lu par Vardamir » 11 déc. 2006, 19:37

Sans parler du chien est un CHEF-D'OEUVRE sans égal (ou presque).
Un jour il faudrait que j'en lise d'autres de cet auteur...
Le totalitarisme c'est : Ferme ta gueule, la démocratie c'est : Cause toujours...

Durandal
Lieutenant
Messages : 305
Enregistré le : 21 nov. 2005, 22:19

Message non lu par Durandal » 12 déc. 2006, 00:20

Bon, alors sans parler du chien, parlons du chat !

...

Oui, je sias c'est pourri et alors ?

Sinon, si ça parle pas de chien, ça parle de quoi ce bouquin ?
Ne dites jamais Fontaine

Avatar du membre
WolfRider
Porte Etendard
Messages : 1310
Enregistré le : 12 févr. 2004, 14:45
Localisation : Les citées Libres

Message non lu par WolfRider » 12 déc. 2006, 20:24

Du temps ! :lol:

Vardamir
Porte Etendard
Messages : 964
Enregistré le : 14 mai 2004, 20:13
Localisation : Devant mon PC à l'heure où j'écris ceci

Message non lu par Vardamir » 12 déc. 2006, 22:16

En fait c'est un genre de pastiche de Trois hommes dans un bateau dont le sous-titre était Sans parler du chien (car en plus des héros il y avait un chien sur le bateau...)
Le totalitarisme c'est : Ferme ta gueule, la démocratie c'est : Cause toujours...

Durandal
Lieutenant
Messages : 305
Enregistré le : 21 nov. 2005, 22:19

Message non lu par Durandal » 12 déc. 2006, 23:58

Marrant comme ça m'aide ces réponses...

Bon allez, mois je vais parler à mon chien, comme ça au moins je srai de quoi ça parle ^^
Ne dites jamais Fontaine

Avatar du membre
Mimi
Porte Etendard
Messages : 948
Enregistré le : 10 août 2005, 22:18
Localisation : Belgium ten points

Message non lu par Mimi » 13 déc. 2006, 10:52

Le seul conseil à donner c'est de le lire......vachement trop top génial.....
ça parle de voyage dans le temps de recherche d'objet de changement du temps du blitz de l'ère victorienne de problème de santé et quand même du chien :lol:

Vardamir
Porte Etendard
Messages : 964
Enregistré le : 14 mai 2004, 20:13
Localisation : Devant mon PC à l'heure où j'écris ceci

Message non lu par Vardamir » 13 déc. 2006, 20:03

Mais je te rassure Durandal dans ce livre le problème reste le chat (si si je t'assure).
Le totalitarisme c'est : Ferme ta gueule, la démocratie c'est : Cause toujours...

Durandal
Lieutenant
Messages : 305
Enregistré le : 21 nov. 2005, 22:19

Message non lu par Durandal » 13 déc. 2006, 21:04

Ca a l'air d'etre tordu ce bouquin, mais tordu...

Je snes que je vais le fuir...

De plus mes stats m'appellent... :(
Ne dites jamais Fontaine

Avatar du membre
Mimi
Porte Etendard
Messages : 948
Enregistré le : 10 août 2005, 22:18
Localisation : Belgium ten points

Message non lu par Mimi » 14 déc. 2006, 12:21

Voici un petit résumé 8)


Au XXIe siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d'historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour voyager dans le temps. L'un d'entre eux, Ned Henry, enquête sur la cathédrale de Coventry, détruite par un raid aérien nazi. Un roman qui vous fera remonter le temps et peut-être même vous y perdre....
Mot de l'éditeur

Au XXIe siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d'historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour voyager dans le temps. Ned Henry, l'un deux, effectue ainsi d'incessantes navettes vers le passé pour récolter un maximum d'informations sur la cathédrale de Coventry, détruite par un raid aérien nazi. Or c'est à ce même Henry, épuisé par ses voyages et passablement déphasé, que Dunworthy confie la tâche de corriger un paradoxe temporel provoqué par une de ses collègues, qui a sauvé un chat de la noyade en 1888 et l'a ramené par inadvertance avec elle dans le futur. Or l'incongruité de la rencontre de ce matou voyageur avec un chien victorien pourrait bien remettre en cause... la survie de l'humanité !"

Bref résumé sur le site de la Fnac

Avatar du membre
Mimi
Porte Etendard
Messages : 948
Enregistré le : 10 août 2005, 22:18
Localisation : Belgium ten points

Message non lu par Mimi » 14 déc. 2006, 12:22

Au fait, j'adore les chats. :D

Avatar du membre
WolfRider
Porte Etendard
Messages : 1310
Enregistré le : 12 févr. 2004, 14:45
Localisation : Les citées Libres

Message non lu par WolfRider » 14 déc. 2006, 21:21

Alors c'est extraordinaire un résumé qui réussi à être fidèle au livre sans le spoiler éhonteusement !
Bien des éditeurs devraient en prendre de la graine pour leur 4e de couv' !

Avatar du membre
muaD
Porte Etendard
Messages : 611
Enregistré le : 31 août 2006, 20:57

Message non lu par muaD » 27 mai 2007, 20:04

Je viens de finir "Sans parler du chien" et je trouve que c'est un excellent livre.
Une histoire originale, pas mal d'humour, un style plaisant, des personnages attachants, tout est réuni pour en faire un grand livre. Pas un chef d'oeuvre à mon avis mais un bouquin à lire quand on aime bien les histoires de voyages dans le temps.
Lectures actuelles :

Avatar du membre
WolfRider
Porte Etendard
Messages : 1310
Enregistré le : 12 févr. 2004, 14:45
Localisation : Les citées Libres

Message non lu par WolfRider » 28 mai 2007, 02:13

muaD a écrit :Je viens de finir "Sans parler du chien" et je trouve que c'est un excellent livre.
Une histoire originale, pas mal d'humour, un style plaisant, des personnages attachants, tout est réuni pour en faire un grand livre. Pas un chef d'oeuvre à mon avis mais un bouquin à lire quand on aime bien les histoires de voyages dans le temps.
T'as tout compris à Connie Willis : l'humour, le style, les persos, tout ce qui en fait, ama, une très grande écrivaine. Franchement passer à coté de Connie Willis c'est passer à coté d'un grand moment de literrature, quelque soit le genre ou sous-genre !

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3627
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Sans Parler du Chien / Connie Willis

Message non lu par tam-tam » 16 août 2011, 15:13

Image

Jouissant d’une excellente réputation, j’ai souvent tourné autour de ce roman sans jamais me décider à le commencer. Et bien je peux vous annoncer tout de suite que je n’aurais pas dû attendre aussi longtemps !

Ned Henry est un voyageur de l’histoire. Il est membre d’un office d’historiens qui explorent le passé à des fins pédagogiques grâce à une machine à remonter le temps. Les règles du voyage dans le temps sont simples, il ne faut sous aucun prétexte modifier le cours de l’histoire sous peine de créer un paradoxe temporel aux conséquences désastreuses. Le moindre détail a son importance. Juste un exemple : Empêcher la rencontre entre deux personnes destinées à vivre une belle histoire d’amour c’est aussi empêcher la naissance des bébés qui vont avec cette belle romance. Et si ce bébé devait devenir par la suite Napoléon ou Hitler, c’est la face du monde qui en deviendrait complètement changée.

Et justement, Ned va être envoyé à la rescousse d’une de ses consœurs pour tenter de réparer le paradoxe temporel qu’elle a créé en sauvant de la noyade un pauvre chat à l’époque victorienne. Mais mal préparé et déphasé par un nombre excessif de voyages dans le temps Ned va encore complexifier la situation par ses maladresses et sa mémoire fragmentaire au lieu de la résoudre. Sa mission commence donc comme un fiasco et il devra faire appel à toutes ses capacités pour se sortir du bourbier dans lequel il s’est fourré.

Le ton du récit est très léger, il y a beaucoup d’humour dans la prose de Connie Willis. Un humour très fin, à l’anglaise serai-je tenté de dire. Il est particulièrement amusant d’observer les gesticulations de Ned qui tente désespérément de redresser une situation qui lui échappe de plus en plus. Ses quêtes seront multiples: retrouver un chat, empêcher un mariage, en provoquer un autre, trouver une potiche… Rien de très chevaleresque et pourtant Ned n’en est pas moins un héros à part entière.

Ce roman donne aussi l’occasion à Connie Willis de dresser une caricature féroce de la société victorienne. Les aristocrates « made in England » sont dépeints comme des individus futiles, crédules, précieux et incapables. Au contraire de leurs domestiques sans qui leur petit monde ne tournerait plus. Quelques chapitres sont véritablement extraordinaires : la séance de spiritisme, la partie de croquet et la brocante. Qu’est ce que j’ai pris du plaisir à lire ce bouquin ! Cela faisait vraiment très longtemps que je n’avais pas autant souri grâce à un livre.

Alors voilà, si vous recherchez un livre original, drôle et finement écrit, Sans parler du chien est incontestablement fait pour vous.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Répondre