Les Fils du Vent / Robert Charles Wilson

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3553
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Les Fils du Vent / Robert Charles Wilson

Message non lu par tam-tam » 13 avr. 2011, 07:42

Image

Karen, Laura et Tim sont trois frère et sœurs qui contrairement à leurs parents, ont la faculté de se déplacer aux travers d’univers parallèles.

Ce pouvoir, perçu comme une malédiction, terrifie le père qui tente par tous les moyens d’empêcher ses enfants de l’utiliser. Mais malgré les pluies de coups de poings, l’appel du pouvoir reste souvent le plus fort.

Autre phénomène étrange, la famille est constamment épiée par un mystérieux « Homme en Gris ». En dépit des multiples déménagements dans le but de lui échapper, il arrive toujours à retrouver leur trace. Au moindre moment d’inattention, il semble capable de les enlever tel un croquemitaine des temps modernes.

Quels sont ses desseins ? Quelle est l’origine du don des enfants ? Quels sont ces univers parallèles ? Voilà tout l’intérêt de ce roman, un beau programme en perspective vous en conviendrez !

Les Fils du Vent est l’un des premiers romans écrit par Wilson. Il porte déjà toutes les caractéristiques propres à l’auteur : un phénomène mystérieux couplé avec des personnages très finement dépeints et dotés d’un profond humanisme.

Ainsi Karen est une jeune femme chamboulée par son divorce, elle est terrorisée par le pouvoir qu’elle détient. Ce n’est que par la force des choses qu’elle tentera de réunir sa fratrie et de partir en quête de ses origines. Ce n’est pas une héroïne dans le sens où on l’entend. Elle est effacée, attentiste, mais pour l’amour qu’elle voue à son fils elle saura se faire violence et opérer sa mutation.
L’ « Homme en Gris » est indéniablement le petit plus du roman. Insondable, insaisissable, on aimerait en savoir beaucoup plus sur ce personnage hors du commun. Il aurait gagné à prendre un peu plus d’épaisseur.

Bref, vraiment une belle réussite que ces Fils du Vent, qui sans égaler Spin nous offre un fort beau voyage.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Répondre