[Cycle] L'Univers Etranger / CJ Cherryh

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

[Cycle] L'Univers Etranger / CJ Cherryh

Message non lu par Catlinel » 07 févr. 2010, 14:52

Image

"A bord du Phœnix, des artisans, des techniciens, des savants ont pour mission de conquérir une colonie. Hélas, le vaisseau s'est perdu dans les confins de la galaxie. Tandis que certains des passagers décident de poursuivre leur quête, d'autres préfèrent débarquer sur la première planète accueillante qu'ils rencontrent.
Ce nouveau monde n'a qu'un défaut: il est habité. Les indigènes sont très grands, beaux comme des idoles. Signe particulier : ils en sont tout juste au stade de la machine à vapeur mais adorent les armes à feu et pratiquent l'assassinat en toute légalité.
La guerre est inévitable. Les Terriens alignent un arsenal de pointe mais les Atevi sont chez eux - et nombreux. Technologie contre multitude...
Pourtant, il faudra bien un jour déclarer le cessez-le-feu, signer un traité de paix. Mais comment négocier quand on ne parle pas la même langue?
C'est précisément la mission du paidhi. L'interprète. Rude tache que la sienne..."

______________________________

Je crois que pour apprécier certains livres de cette auteur, il faut être affligée d'une bonne dose de masochisme^^. Celui-ci fait partie des plus ardus que j'ai lus jusqu'à présent.
Bren Cameron. Le paidhi. David contre tout un monde de Goliath.
Un homme, un seul, qui vit parmi les Atevi depuis presque une décennie, et qui se rend compte à son corps défendant, que depuis deux siècles que les humains ont posé le pied sur le monde des géants, que les deux races sont toujours aussi étrangères l'une à l'autre.
Les atevi sont des rocs, des montagnes humaines qui semblent insensible à l'émotion telle que la conçoivent les êtres humains.
Le devoir et la fidélité au "Man-chi", l'idéal auquel ils ont choisi d'appartenir, est tout. Au delà de tout. Ni famille, ni lien d'aucune sorte, ni même leur propre vie n'est plus importante que le Man-chi qu'ils servent. Et comme pour achever de déstabiliser leurs voisins humains, la trahison et l'assassinat sont non seulement monnaie courante mais également le moyen légal le plus communément utilisé pour se débarrasser de ce ou ceux qui les incommodent.
Bren Cameron prend toute l'étendue de cette philosophie de vie par la manière forte, emporté malgré lui dans une dynamique d'événements qu'il n'a pas su prévoir et qu'il se voit impossible de contrôler. le paidhi se retrouve plongé dans le noir le plus absolu, dans l'ignorance la plus complète. Surnageant à grand-peine dans une eau plus que trouble, le jeune homme se voit contraint de remettre en question absolument tout ce qu'il croyait connaître des atevi. Y compris les sentiments d'estime réciproque qu'il pensait avoir lié avec ceux qu'il côtoie quotidiennement depuis sa prise de service.
Que croire ? Qui croire ? De qui se méfier ? En qui avoir confiance ? Que faire ? Comment empêcher le pire d'arriver quand ceux chargés de veiller sur votre sécurité vous semblent tout aussi dangereux que ceux qui en veulent à votre vie ?
Voilà donc de quel bois se compose près des deux tiers de ce roman. Complots, mystères, secrets, conjectures. Bren Cameron est dans le noir, et on y est avec lui. On est témoin de toutes ses hésitations, de ses doutes, de ses peurs, de ses interrogations. Et tout en suivant l'écheveau fébrile de ses pensées, on découvre peu à peu en toile de fond le monde Ateva, sa géographie, ses habitants et son évolution du point de vue humain, depuis que ceux-ci ont débarqué accidentellement sur la planète.
CJ Cherryh n'est pas du genre à prendre ses lecteurs par la main et à les guider dans les multiples méandres et fils de ses histoires. A charge au lecteur d'être attentif, de ne rien perdre, d'essayer de tirer ses propres conclusions et d'essayer de ne pas se perdre en route. Ca donne donc une lecture dense, laborieuse, extrêmement frustrante par moment, parce qu'on patauge dans la même obscurité que le paidhi.
Mais en même temps, tout ça est tellement réaliste, tellement criant de vérité que vaille que vaille, à aucun moment je n'ai eu envie de balancer mon livre et d'abandonner. Et bien que je sache que je vais sûrement au devant des mêmes difficultés avec le tome suivant, je meurs d'envie de m'y plonger immédiatement.
Modifié en dernier par Catlinel le 02 mars 2010, 02:48, modifié 1 fois.

arsenie
Asservi(e)
Messages : 2446
Enregistré le : 04 mars 2004, 11:40

Re: Le Paidhi / CJ Cherryh

Message non lu par arsenie » 01 mars 2010, 10:48

8) je suis entrain de le lire : pas de la gnognotte....
Déjà, le découpage : on assiste au début, l'arrivée dans l'espace en un point non prévu...sans aucun repère connu.
Quelques pages sur la réorganisation dans le vaisseau, pour reconstituer les réserves d'énergie
Quelques autres après le "débarquement", le premier contact direct, des 2 points de vues...
Puis, on saute 8 générations - cette fameuse guerre, n'est qu'un rappel historique.
L'essentiel du livre est une énorme paranoïa de ce paidhi, seul parmi des millions d'Ateva incompréhensibles et hostiles
C'est "tendu"! bien écrit, fin ... mais pas très jouissif ! :mrgreen:
D'autant que je me perds en conjectures sur ce qui est considéré comme "normal", allant de soi :
- les atevis sont plus grands, plus costaux, plus noirs, plus "yeux de chat" Mais sinon, ils sont tout pareil!!!!
même leur châteaux forts.... la déco incluse !!!
même plan d'organisation que sur terre chez tous les êtres vivants : pas possible!
Même "évolution" technologique !!! pas possible!
Même atmosphère!!!
Par contre, notre "nain" n'a de problème de taille que pour la promenade accompagnée, les sièges et tables ne sont jamais trop haut! les "serrures et poignées de porte" non plus ...
Pour moi, la situation du paidhi est tout bonnement "terrestre" : si on se retrouve seul, "otage" d'une tribu "alquaida",
la différence de mentalité ne serait pas moindre :mrgreen:
edit : terminé, rien de plus sauf que ça appelle une suite dont je n'ai pas trouvé le nom :roll:
lectures en cours : Par delà la lue bleue de simon Green
vision : le Prisonnier

Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

Re: [Cycle] L'univers étranger / CJ Cherryh

Message non lu par Catlinel » 02 mars 2010, 03:33

arsenie a écrit :Même "évolution" technologique !!! pas possible!
Même atmosphère!!!
Bon, je ne sais pas où tu en es de ta lecture, mais ce point-là est plus ou moins expliqué "plausiblement" à un moment ou un autre.
arsenie a écrit :- les atevis sont plus grands, plus costaux, plus noirs, plus "yeux de chat" Mais sinon, ils sont tout pareil!!!!
même leur châteaux forts.... la déco incluse !!!
Là, c'est pas faux. Mais je peinais tellement pour ne pas me laisser larguer dans les développements et conjecture que j'ai même pas pensé à me pencher sur ces détails-là. :lol: A mon avis, il vaut d'ailleurs mieux ne pas y regarder de trop près, il ne doit pas y avoir que ça; je préfère mettre ça sur le compte de l'excentricité ateva. :mrgreen:
arsenie a écrit :edit : terminé, rien de plus sauf que ça appelle une suite dont je n'ai pas trouvé le nom :roll:
C'est juste. Je m'en suis rendue compte il y a peu, je viens de changer le titre en conséquence.
La suite directe s'appelle "Le retour du phoenix" et en toute vraisemblance, ça a l'air aussi dense à lire et à comprendre que le premier; ce qui ne m'empêche pas d'avoir hâte de m'y mettre. :mrgreen:
Là où ça se gâte, c'est que le cycle est loin d'être terminé. Bonne nouvelle ? Euh oui... Sauf qu'à part les deux premiers tomes, il n'y a pas de traduction disponible ou même en cours. Il semblerait que la série n'est pas rencontrée le succès escompté, va savoir... :? On a donc :

Arc 1
01 - Foreigner, 1994 (Le Paidhi)
02 - Invader, 1995 (Le retour du Phoenix)
03 - Inheritor, 1996
Arc 2
04 - Precursor, 1999
05 - Defender, 2001
06 - Explorer, 2003
Arc 3
07 - Destroyer, 2005
08 - Pretender, 2006
09 - Deliverer, 2007
Arc 4
10 - Conspirator, 2009
11 - Deceiver, à paraître
12 - ?

Je me suis commandée "Inheritor" histoire de voir si mon niveau d'anglais tiendrait le choc. Je dois dire que j'appréhende pas mal, mais bon, au moins je serais fixée.

Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

Re: [Cycle] L'Univers Etranger / CJ Cherryh

Message non lu par Catlinel » 18 janv. 2011, 14:38

Image

Livre en VO anglaise

Six mois ont passé depuis la réapparition du vaisseau spatial Phœnix. Sur le continent Atevi, dans un effort désespéré pour maintenir la paix, Bren Cameron a pris contact avec l'équipage du vaisseau en tant que porte-parole des Atevi, prenant le risque de passer pour un traître avéré aux yeux des siens. Au terme de ces premiers échanges, il est décidé que deux représentants du vaisseau seraient envoyés sur la planète; l'un auprès de Bren, l'autre avec la colonie humaine sur l'île de Mospheira.
Reste maintenant à Bren la très délicate mission d'éduquer et de former au métier de Paidhi un être humain qui ne connais rien à la diplomatie et qui n'a de plus jamais mis les pieds sur une planète de toute sa vie.

_____________________________

J'ai pris ce troisième tome à titre d'essai, pour voir si j'arriverais à suivre la série en anglais. J'avais quelques doutes, car la lecture en français n'était déjà pas très simple à vrai dire. Mais finalement ça c'est très bien passé, à ma grande joie car je craignais beaucoup de devoir attendre une hypothétique traduction pour poursuivre la série.
Bren est toujours autant sur le fil du rasoir car contrairement à ce qu'on aurait pu croire, l'arrivée de ce "paidhi de l'espace" est loin d'avoir arrangé les choses. Jason n'est pas né sur une planète, il ne connaît rien ni aux coutumes des humains et bien sûr, encore moins sur celles des Atevi. L'instruire et le monitorer est un travail de tous les instants. Une lutte même, car Bren lui-même peine à le comprendre et on ne peut pas dire que l'apprenti paidhi soit une sinécure sur le long terme.
Et pour ne rien arranger, Bren n'a quasiment aucun contact avec l'île, que ce soit au niveau de ses supérieurs au département des affaires étrangères ou avec ses proches.
J'ai tellement apprécié que je n'ai absolument pas vu le temps filer pendant ma lecture et sans m'en rendre compte, j'ai passé une belle nuit blanche penchée sur les pages de mon livre. Ca faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Loin de moi l'idée de m'en plaindre; sauf peut-être un petit peu parce que je n'ai pas encore la suite sous la main^^.

Répondre