Niourk / Stefan Wul

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3511
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Niourk / Stefan Wul

Message non lu par tam-tam » 19 janv. 2009, 08:52

Un livre que j'aurais sûrement adoré si je l'avais lu à 15 ans. Il est clairement estampillé jeunesse que ce soit par la taille (180 pages avec des dessins intercalés) ou dans le ton (assez naïf).

C'est l'histoire d'un petit garçon noir, qui vit au sein d'une tribu de blancs. Il est marginalisé , une sorte de vilain petit canard. Sauf qu'un destin extraordinaire l'attend et que du rôle de victime il passe à celui de conquérant.
L'action se passe sur une terre dévastée par on ne sait quelle catastrophe. L'atlantique s'est asséché, ne laissant que quelques marécages insalubres. C'est là que vit la tribu, entre les îles de Cuba et d'Haït (devenues montagnes pour le coup).
La tribu se voit contrainte à migrer. Elle se dirige alors vers la grande cité de "Niourk". Je vous laisse deviner de quelle cité il s'agit. Quand on connait le truc on devine très facilement.

Ce livre nous propose un beau petit voyage dépaysant. Il faut le lire avec des yeux d'enfant.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Toon
Sorcier
Messages : 4264
Enregistré le : 06 févr. 2004, 12:33
Lecture du moment : LA route du Patriarche/RAS
Localisation : Somewhere In Time / 22 Acacia Avenue
Contact :

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Toon » 19 janv. 2009, 22:55

en détachant chaque syllabe c'est assez évident ;)
Image
Image

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3511
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par tam-tam » 20 janv. 2009, 08:36

Bravo Toon, tu as trouvé le truc ! :mrgreen:
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Supernounours
Annaliste
Messages : 3834
Enregistré le : 14 avr. 2004, 10:12
Lecture du moment : Saga Harry Potter
Localisation : Bretagne

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Supernounours » 21 janv. 2009, 01:46

tam-tam a écrit :Un livre que j'aurais sûrement adoré si je l'avais lu à 15 ans.
Je l'ai lu vers cet âge là et j'en garde un très bon souvenir. :mrgreen:

Avatar du membre
Bran Noircorbac
Sorcier
Messages : 2689
Enregistré le : 21 janv. 2005, 22:29
Localisation : Elsass
Contact :

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Bran Noircorbac » 28 janv. 2009, 12:47

tam-tam a écrit :Bravo Toon, tu as trouvé le truc ! :mrgreen:
Il est fort ce Toon. ^^
Votre talent [lecture de textes vains] vient d'augmenter d'un point

Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Catlinel » 28 mai 2009, 21:27

J'adore le style de cet auteur ! C'est un livre court, voire concis, mais avec une histoire intéressante, un vocabulaire plutôt simple ce qui n'est pas si courant en SF, un décor post-apocalyptique plutôt bien planté et un personnage principal qu'on prend plaisir à suivre

Albéric
Annaliste
Messages : 1863
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Albéric » 24 oct. 2014, 18:58

Image
Résumé de Niourk :
Les hommes ont régressé à un stade primitif après une catastrophe nucléaire qui a bouleversé la planète. La survie s’est organisée au coeur de tribus. Dans l’une d’elle vit un enfant noir, rejeté par les siens à cause de sa différence. Lorsque l’enfant est condamné à mort par leur chef, il se met alors en route vers Niourk, la ville des dieux, en quête de nourriture. Mais dans cette métropole abandonnée ne subsistent que ruine, radiations et machines étranges...

Une belle histoire qui démarre comme un roman d’apprentissage et d’aventure pour basculer ensuite vers la fable philosophique. Le roman date des années 50, mais si je ne l’avais pas su, je l’aurais daté des années 1980. C’est donc qu’il a bien vieilli, mieux qu’il était sans doute en avance sur son époque… Dans l’évolution de la Science-Fiction française, je dirais qu’on sent que le roman se situe entre la SF humaniste à la René Barjavel et la SF humaniste à la Paul-Jean Hérault
Il s’agit donc évidemment d’un récit humaniste. ^^


Il y a clairement une dimension anthropologique dans cette histoire tellement ce récit post-apocalyptique est construit comme un récit préhistorique. On se croirait dans La Guerre du feu, ou dans un bon vieux Rahan, Fils des Âges Farouches ! On sent que l’auteur a puisé à la source de tous ces auteurs qui ont su défendre et mettre en lumière les civilisations premières.
Image
Dans les 3 premières parties nous suivons une tribu humaine qui nomadise autour des monts Cub, Hait et Jam, entre ce qui fut autrefois le Golfe du Mexique et l’Océan Atlantique. L’enfant noir, mis à l’écart de sa tribu caucasienne en raison de sa peau colorée, voit son sort basculer quand il découvre sur la montagne Santiag la dépouille du Vieux, chef spirituel de la tribu. En s’appropriant ses secrets, et donc son statut social au sein de la tribu, il découvre un bâton-tonnerre qu’il pense être offert par les dieux…
En compagnie de l’ours qu’il a sauvé et apprivoisé, il va se porter au secours des siens pourchassés par une race de pieuvres anthropophages ayant accédé à l’intelligence au contact des déchets radioactifs jetés à la mer par les hommes de l’Avant.
Et après sa rencontre le dieu fou (comment s’appelle déjà le 2e tome de la saga Hawkmoon de Michael Moorcock ? Je me demande si…), il décide de conduire son peuple vers la cité de Niourk située au bord du fleuve Huds, malgré un mal mystérieux qui emporte les siens les uns après les autres…
Dans la 4e partie, nous suivons dans les entrailles de Niourk les naufragés de l’espace Ing 3 et Capt 4 à la recherche de Doc 1. Il court après l’enfant noir qu’il prenne pour l’un des leurs…
Dans la 5e et dernière partie, l’enfant noir guéri de l’irradiation dont il était victime achève sa transfiguration.
Et finalement, l’enfant noir, qui passe de la « pensée sauvage » (oui, je n’aime pas trop ce terme, encore trop péjoratif) à la civilisation, suit le chemin inverse de William Cheval-Noir Singer, qui dans L’Œil de chat de l’auteur américain Roger Zelazny, régressait de la civilisation à la « pensée sauvage » de ses ancêtres navajos pour échapper à son poursuivant télépathe…
Image

Contrairement à ce qu’assène la pensée unique actuelle, l’être humain est un animal social qui ne peut vivre uniquement par et pour lui-même.
D’un côté nous avons les sauvages terriens qui considèrent comme des dieux tous ceux qui sont plus intelligents qu’eux.
D’un côté nous avons les civilisés vénusiens qui considèrent comme des animaux tous ceux qui sont moins intelligents qu’eux.
Alf, le bon sauvage, offre une troisième voie : nous nous élevons et nous tombons tous l’ensemble…
Le roman nous conte donc la civilisation, puis la transfiguration de l’enfant noir, qui en devenant Alphabet acquiert des pourvois quasis divins. Et que fait-il de son omniscience et de son omnipotence ?
SpoilerAfficher
Il ressuscite les membres de la tribu qu’il a toujours voulu intégrer. Mieux, en ajoutant les vénusiens Ing 3 et Doc 1 à sa tribu, il élargit la famille qu’il n’a jamais connue et dont il a toujours rêvée.
Désormais, c’est l’humanité toute entière qui est sa famille, et il compte bien lui offre paix, prospérité et bonheur. Dans L’Epée de l’aurore de Michael Moorcock, les héros rebelles traversent l’Océan atlantique pour demander l’aide d’Orland Fank le guide noir des Grands Bienheureux de Dnark, jadis appelée New York… C’est tellement gros que je me demande si… Non, ne me dites pas que ?! ^^
Image
Et est-ce vraiment un hasard si ses puissants pouvoirs psioniques ressemblent fortement aux pouvoirs magiques du monde shamanique (télépathie, télékinésie, lévitation, dédoublement…) ? Non, je ne le crois pas. ^^

Au final l’auteur reprend la maxime de Rabelais : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » C’est en conjuguant raison et passion, et en offrant du sens à l’usage des sciences, que l’homme sera enfin en paix avec lui-même.
Image
C’est un récit daté de 1957, qui appartient à une époque où on croyait encore en l’avenir et en l’homme. Pas comme aujourd’hui, car depuis le There Is No Alternative de Celle-Qui-Ne-Faut-Pas-Nommer, l’humanité n’a plus d’autre horizon que celui offert par les adorateurs du Veau d’Or.


Comme Les Royaumes du Nord de l’auteur anglais Philip Pullman, ce livre est autant un roman jeunesse qu’un roman adulte. On peut le lire des deux manières, mais en tant qu’adulte, et c’est la dimension jeunesse qui m’a le plus séduit…
Comme quoi, il ne faut jamais juré de rien !
J’ai quand même un certain nombre de doutes sur son accessibilité pour la jeunesse actuelle : le roman est court mais scandé par un rythme particulier avec ces chapitres qui parfois ne font qu’une page, et certaines scènes très crues peuvent déranger, comme celles consacrées au cannibalisme rituel. Mais une bonne histoire reste une bonne historie, et je reste persuadés qu’en la remaniant on peut la moderniser facilement sans la dénaturer. Du coup je suis curieux de découvrir son adaptation en bande dessinée.
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Fabien Lyraud
Porte Etendard
Messages : 551
Enregistré le : 25 déc. 2012, 20:13
Localisation : St Léonard de Noblat
Contact :

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par Fabien Lyraud » 25 oct. 2014, 10:12

Niourk a été écrit au départ pour la collection Fleuve Noir Anticipation à la fin des années 50, donc tout sauf une collection jeunesse. Wul fait partie de ces auteurs qui ont relevé le niveau de la collection à la fin des 50's.
Le livre a été réédité 20 ans plus tard en Folio Junior SF et est devenu un classique du roman ado alors que le roman avait été écrit pour les adultes. En tout cas c'est un très bon roman.

Avatar du membre
amos
Lieutenant
Messages : 379
Enregistré le : 04 janv. 2014, 13:28
Localisation : Toulouse

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par amos » 26 oct. 2014, 20:11

pareil je 'lai lu vers 15ans, j'en garde un souvenir ... bon ou pas je ne sorais le dire, je l'ai lu pour l'école en plein milieu du cycle Dune, trop gamin pour voir la chance que j'avais, j'étais juste "trop deg" de devoir lire autre chose :) Mais c'est vrai que c'est un bon roman par contre j'ai quand même (d'après mon souvenir) du mal à le classer dans la rubrique "bouquin pour adulte".

manakeo
Bleusaille
Messages : 9
Enregistré le : 08 avr. 2016, 01:51
Contact :

Re: Niourk / Stefan Wul

Message non lu par manakeo » 08 avr. 2016, 02:06

Je ne suis pas hyper d'accord avec "le lire avec des yeux d'enfants". Ou alors je suis un grand enfant ! :D
L'histoire est vraiment très belle, simple et profonde à la fois..
MJ sur un forum d'écriture de SF Station Alpha

Répondre