L'Ecorcheur / Neal Asher

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3559
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

L'Ecorcheur / Neal Asher

Message non lu par tam-tam » 29 sept. 2008, 08:09

L’écorcheur – Pocket – 561 pages

Spatterjay est une planète océan parsemée de quelques rares atolls et archipels. C’est surtout une planète où la faune marine est très bien pourvue en dents, pinces et autres appendices destinés à mâcher, déchirer ou mastiquer… Pas évident de survivre dans un tel monde pour le commun des mortels.

Sauf que les Hoopers (les habitants de Spatterjay) ont été contaminés par un virus qui les rends quasiment immortels, insensibles à la douleur et dotés d’une force herculéenne (oui, tout ça). Alors dans ces conditions là forcément ça compense, et les monstres aquatiques n’ont qu’à bien se tenir.

Spatterjay est un monde brutal emprunt d’une certaine poésie que l’esprit débordant d’imagination de Neal Asher rend crédible. Un peu à la manière d’un China Miéville, ce roman déborde d’inventivité, c’est un vrai régal. Juste un exemple : Les voiles des bateaux, que l’on appelle capture-les-vents, sont vivantes. Les vieux capitaines doivent les convaincre de bien vouloir s’installer sur leurs vaisseaux, contrat de travail à l’appui.

Et l’histoire me direz vous ! Sans révolutionner le genre elle reste d’honnête facture, bien que prévisible sur la fin. On suit les aventures de Keech, un flic mort il y a 700 ans et ressuscité, bien décidé à se venger de ceux qui l’ont tué, Erlin, une mystérieuse jeune femme, et Janer un humain employé pour d’obscures raisons par une « ruche », il a une petite boîte fixée sur son épaule qui contient 2 frelons lui donnant les instructions de la ruche. Pour différents motifs ils vont se lancer à la poursuite de l’écorcheur, un être terrible dont le corps est perdu au fin fond d’un archipel et la tête est enfermée dans un coffre à l’autre bout de la planète.

Bien que portant une étiquette SF, le roman a une forte connotation fantasy je trouve. Certes, il y a bien des règlements de comptes à coups de rail guns et de roquettes hallucinothermiques, mais l’ambiance générale fait plus penser à Pirates des Caraïbes. Je vous mets la couverture de l’édition grand format car je la trouve magnifique et qu’elle reflète bien l’ambiance du livre, contrairement à la couverture du poche pas folichonne pour le coup.

Malheureusement il y a un gros point négatif, c’est le style de l’auteur : imprécis, voire même contradictoire par moment. Cela n’a toutefois pas freiné mon enthousiasme.

Inventif, original, dense, il y a du génie chez Neal ASHER ! Un livre-univers épatant.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Supernounours
Annaliste
Messages : 3834
Enregistré le : 14 avr. 2004, 10:12
Lecture du moment : Saga Harry Potter
Localisation : Bretagne

Re: L'écorcheur / Neal Asher

Message non lu par Supernounours » 11 oct. 2008, 16:49

Wha, ça a vraiment l'air excellent !
Ce mélange technologies SF / ambiance fantasy semble des plus réussis. 8)

Avatar du membre
Catlinel
Porte Etendard
Messages : 549
Enregistré le : 28 mai 2009, 15:08
Localisation : Dans la Bibliothèque de l'Université de l'Invisible, Oook !

Re: L'écorcheur / Neal Asher

Message non lu par Catlinel » 28 mai 2009, 21:37

Ce livre est sans contexte l'un de mes gros coups de cœur de 2008.
Il m'a demandé une attention de tous les instants et il m'a fallu beaucoup de concentration tout au long de ma lecture, ce que certains pourraient trouver rebutant j'imagine; on n'est pas toujours dans l'humeur ou la condition requise lol. Pour ma part, j'ai adoré!
Le style de cet auteur m'a totalement conquise : trouver un livre qui mêle SF/Horreur/humour avec un tel brio est vraiment rare, Résultat, j'ai passé mon temps à aller de grimaces de dégoût en fous rires entre autres "berk" et "oh non!!", ce qui a bien fait rire la personne qui me l'a fait découvrir.
L'écosystème de Spatterjay a trouvé un moyen vraiment horriginal pour veiller à ce que les maîllons qui le composent aient toujours tous de quoi manger.
Le genre de destination qui vous donne des cauchemars rien que d'y penser... et qui fait baver votre fibre aventureuse à grosses gouttes XD !!!

J'ai appris récemment que L'écorcheur fait partie d'une trilogie, qui elle-même fait partie d'une série.

(Dans l'ordre de publication)
POLITY UNIVERSE

Agent Cormac series
1. Gridlinked (2001)
2. The Line of Polity (2003)
3. Brass Man (2005)
4. Polity Agent (2006)
5. The Line War (2008)

Spatterjay series
1. The Skinner (2002) (L'écorcheur)
2. The Voyage of the Sable Keech (2006)
3. Orbus (2009)

Polity series
1. Prador Moon (2006)
2. Hilldiggers (2007)
3. Shadow of the Scorpion (2008)

Pour l'heure, on dirait bien qu'il n'y a que "l'Ecorcheur" qui ait été traduit...
Je crois vraiment que je vais revoir en conséquence mon pourcentage de lecture en VO.

Albéric
Annaliste
Messages : 1907
Enregistré le : 27 oct. 2012, 19:57

Re: L'Ecorcheur / Neal Asher

Message non lu par Albéric » 22 nov. 2017, 15:36

l'auteur est un pilier de la SF anglaise, quasiment non traduit en VF... Soupirs... C'est pas assez intello pour nos bobos, c'est ça le truc ???
Fans de Gemmell ? Venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3559
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: L'Ecorcheur / Neal Asher

Message non lu par tam-tam » 26 déc. 2017, 17:13

Oui c'est bien dommage en effet, une telle imagination ça vaut vraiment le détour. Ceci dit, autant j'ai adoré L'écorcheur, autant j'ai trouvé Voyageurs très moyen... Faudrait que je lise Drone le 3ème et dernier de ses livres traduit en français pour arrêter un avis plus définitif.
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Répondre