[Cycle] Luna / Ian McDonald

Pour ceux qui lisent aussi de la science-fiction, ce forum est pour vous. Retrouvez-y les sujets abordant les grands classiques de la SF écrits par Philip K. Dick, Frank Herbert, Richard Matheson, Ray Bradbury, Dan Simmons, Pierre Bordage, Andreas Eschbach, René Barjavel, Norman Spinrad...
Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3549
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

[Cycle] Luna / Ian McDonald

Message non lu par tam-tam » 10 nov. 2017, 14:09

Image
2110.
Sur une Lune où tout se vend, où tout s’achète, jusqu’aux sels minéraux contenus dans votre urine, et où la mort peut survenir à peu près à n’importe quel moment, Adrianna Corta est la dirigeante du plus récent des cinq «Dragons», ces familles à couteaux tirés qui règnent sur les colonies lunaires. Elle doit l’ascension météoritique de son organisation au commerce de l’Hélium-3. Mais Corta-Hélio possède de nombreux ennemis, et si Adrianna, au crépuscule de sa vie, veut léguer quelque chose à ses cinq enfants, il lui faudra se battre, et en retour ils devront se battre pour elle…
Car sur la Lune, ce nouveau Far West en pleine ruée vers l’or, tous les coups sont permis.

Développé en série télé par CBS, souvent comparé à Game of Thrones à cause de la brutalité de ses intrigues, récompensé par le Gaylactic Spectrum Award 2016, Luna est le premier volume d’une trilogie.
J'ai eu l'immense joie de gagner un exemplaire dédicacé. 8)
Le seul McDo qui soit bon pour la santé.
Lecture sous peu... :book2:
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
tam-tam
Sorcier
Messages : 3549
Enregistré le : 25 janv. 2007, 20:45
Localisation : Khatovar

Re: [Cycle] Luna / Ian McDonald

Message non lu par tam-tam » 15 janv. 2018, 19:03

Après le Mexique (Nécroville), le Brésil (Brasyl), l’Inde (le fleuve des dieux), la Turquie (la maison des derviches), l’Irlande (roi du matin, reine du jour), et Mars (Desolation road), nous débarquons cette fois ci, vous l’aurez compris rien qu’au titre, sur la Lune. Ian McDonald c’est un peu le guide du routard de la SF tant il aime nous faire découvrir à chaque fois de nouvelles contrées… par ses petits sentiers détournés.

Alors de quoi ça parle Luna ? Dans 1 siècle la lune sera devenue le nouvel El Dorado d’une terre en fin de cycle. Cette lune sera complétement privatisée. Tout se paiera. Absolument tout, y compris l’air que vous respirerez. Chaque inspiration augmentera la dette que vous contracterez auprès de la Lunar Development Corporation. Dette qui s’affichera en surimposition sur votre rétine grâce à un implant. Ce sera valable également pour l’eau et les datas... Vous voulez faire des économies ? Respirez moins, ou recyclez votre urine… Pour les données ce sera plus compliqué, si vous n’êtes pas connecté vous n’existerez tout simplement pas.

Quand je comparais la lune à un nouvel El Dorado, ce n’était pas anodin. Le satellite est effectivement devenu une terre de conquêtes ou il est possible de recommencer une vie à partir de rien et de se tailler un empire financier en très peu de temps. Car tout va très vite sur la Lune. Tout est mouvant et en perpétuelle effervescence. Quand le roman débute, la lune est dominée par les « 5 dragons », 5 familles spécialisées chacune dans une branche industrielle. A savoir : les MacKenzie (Métaux), Sun (Informatique), Vorontzov (transports), Asamoah (Biotech), et les petits derniers en date les Corta, magnats de l’Hélium 3 (substitut au pétrole).

Telles les monarchies européennes du moyen âge, ces 5 familles s’allient, s’espionnent, s’opposent voir même se battent pour assoir leur suprématie. D’ailleurs Ian McDonald a lui-même surnommé Luna « Game of Domes » en référence au Trône de Fer de GRR Martin. Ce qui est justifié ne serait-ce que par l’importance du casting déployé.

Si le roman débute sur une situation plutôt stable, elle va très vite dégénérer et sombrer dans le chaos le plus total. Le rythme est intense, et tel un rouleau compresseur les évènements s’enchaînent sans aucun temps mort. Heureusement que le tome 2 sort en février (c’est une trilogie).

En dépit de sa complexité, il s’agit là de l’un des plus accessibles romans de l’auteur. L’équilibre entre exotisme, rebondissements et beaux personnages fait qu’on entre dans cette histoire comme dans une motte de beurre…tout en douceur. La seule réelle difficulté étant le casting pléthorique…mais étant données certaines destinées tragiques il fallait bien ça.

Alors que nombre d’auteurs dorment sur leurs lauriers et se contentent de reproduire à l’infini ce qui a fait leur succès d’antan, Ian McDonald réussit une nouvelle fois le tour de force de se renouveler et de me surprendre. Total respect!
Image
Le bonheur, c'est simple comme un coup de feu - David Gunn
Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents - Alain Damasio
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce que l'on veut - Chuck Palahniuk

Avatar du membre
Dark horse
Porte Etendard
Messages : 517
Enregistré le : 12 août 2015, 22:16
Localisation : Bretagne

Re: [Cycle] Luna / Ian McDonald

Message non lu par Dark horse » 16 janv. 2018, 21:03

Une critique qui donne sacrément envie Tam ! Va falloir que j'essaie un peu plus de SF moi :D
"La baleine de vent a effectué son approche et s'est arrimée en enroulant ses tentacules autour d'arbres et de rochers. Sa présence dans les airs décontenançait tout le monde dans le camp. J'aime bien ce mot, « décontenancer ». C'est une façon délicate de dire qu'ils chiaient dans leur bénard."

Répondre